la marche

il y a
3 min
59
lectures
47 voix
En compétition
Image de 2020

Thème

Image de Très très court
Le vent s’engouffrait dans son manteau au cour de cette marche lente et souffreteuse. Au milieu de cette immensité désertique, elle n’était plus qu’un point avançant vainement, presque rien.
Elle avait senti ce désir de tout lâcher pour trouver autre chose. Mais voilà des semaines qu’elle s’était enfoncé dans les montagnes et elle n’avait trouvé que douleur et désarroi. Et quelques moments de grâce, peut-être, déjà elle ne savait plus.
Pourtant elle continuait à chercher ailleurs ce qui semblait lui manquer. Mais ailleurs, c’était toujours quelque part, alors autant se perdre totalement, ne devenir plus qu’un écho dans les montagnes...
Elle traversait ces paysages du Vercors si contrastés qu’elle semblait changer de pays d’heure en heure. A présent, les prairies beiges que la neige recouvrait par endroits s’étendaient devant elle. Un peu plus loin, les roches dessinaient son horizon. Elle avait marché tout le jour et la nuit ne tarderait pas à venir. Il y avait un refuge qu’elle apercevait déjà.
- - -
Elle ouvrit la porte et ce qu’elle vit la stupéfia. L’intérieur était celui d’une très vieille demeure, toute de parquet, au hall immense et dont l’escalier semblait se dresser devant elle. Ce qu’elle percevait de l’extérieur ne pouvait contenir cet espace. C’est un mirage, se dit-elle et elle se claqua les joues comme pour se réveiller. Mais aucune autre réalité ne se révéla à elle.
Elle monta les marches une à une. Des murs aux plafonds, tout semblait enveloppé d’un écrin de poussière. Seule une ampoule grésillante sauvait cet espace de l’obscurité. Elle avançait entre ces murs où le temps avait abdiqué, était resté comme suspendu. Rien ne l’inquiétait réellement dans ce manège étrange. Après tout, elle avait décidé de s’en remettre au destin.
- - -
A sa droite, elle pénétra dans une salle aux murs blancs vaguement décrépis et avec au fond une vieille commode. A l’autre bout une autre porte, et elle se retrouva face à une salle similaire : seuls différaient les tâches sur le mur et l’absence de commode. Cette salle donnait sur une autre dont seuls quelques détails la distinguaient des précédentes. Puis une autre salle encore, une fois, dix fois. Là était un bureau, ici la trace vide d’une armoire, mais toutes se succédaient, sans fin.
Alors qu’elle se faisait à l’idée de traverser indéfiniment ces lieux, elle arriva dans une salle au milieu de laquelle trônait une télévision. Elle s’approcha. C’était une vieille télé, posée là par terre, de celles qu’elle avait regardées, autrefois, dans la maison froide et humide de son enfance. Au dessus se trouvait un lecteur-cassette et une cassette-vidéo qu’elle inséra. Elle s’assit. Un bruit, puis elle se vit.
Non pas elle, pas tout fait, ce n’était pas un miroir, elle n’avait pas la même coupe de cheveux, ni les mêmes habits, mais c’était elle, à n’en pas douter, en gros plan et qui la regardait.
C’était un coup de poignard dans le cœur. Le monde semblait se séparer en deux. Quelque chose était là qui ne devait pas être.
La voyait-elle ? Elle pointa un doigt hésitant vers elle et ne perçut en retour qu’un haussement de sourcil hautain qui lui glaça le cœur. Elle recula en s’appuyant des mains et perdit l’équilibre, et alors vit l’autre, la pointer du doigt et rire, et ce rire sembla résonner dans toutes les salles de cette demeure maudite.
- - -
Elle détala, ce rire à ses trousses, dévala les marches de l’escalier et se retrouva dehors, le cœur au bord d’exploser. Elle regarda devant elle. La nuit était tombée et elle ne savait où aller.
Le froid transperça son visage. Elle pensa retourner d’où elle venait, retrouver au moins la chaleur de cet abri. Mais il fallait y affronter ce sortilège, et à cette pensée, elle avança plus encore.
Le vent s’opposait à elle. Cela tournoyait et tournoyait tellement qu’elle ne pouvait que suivre ce mouvement. Cherchant à avancer, ses pas la ramenait toujours en arrière et c’’est dans ce mouvement que peu à peu, le désir de faire face à ce double prit place en elle. Oui, c’était bien là qu’elle devait aller, et en un même chemin, elle se dirigea vers le refuge.
- - -
Elle traversa la première salle, puis la deuxième et déjà arriva à la dernière. Le dédale de salles avait disparu. N’avait-il existé qu’en rêve ? Mais si tout était illusion, peu importait puisque c’était à présent sa seule réalité.
Elle s’agenouilla devant la télé. Elle la regarda, ou se regarda, elle ne savait pas et cette ignorance était un gouffre qu’elle accueillait avec la sérénité du funambule.
Premier regard, premier sourire. A nouveau, elle la monta du doigt, se montra elle, en un même geste, vers elle, vers soi.
Deuxième regard, deuxième sourire. Elle se caressa la joue, puis de son doigt, traça les contours de son visage à elle, et imperceptiblement, son visage suivit ce mouvement.
Première caresse, premier sourire. Et ce sourire-là semblait naître de ses entrailles. Elle sourit aussi et sentit dans cet étirement de l’âme qu’elle pouvait repartir. Au seuil, elle se retourna vers la télé redevenue grise, toute de neige et déversant son halo de lumière.
- - -
Elle sortit et tout était fini. La certitude de ne pouvoir être en deux endroits distincts avait été piétiné, brûlé et elle allait danser sur ses cendres.
Les étoiles l’accueillaient, une, deux mille, elle ne savait où donner de la tête, et dans ce mouvement, quelque chose bougea en elle, comme une impulsion. Cela commença par la tête, puis inonda son torse et se transmit aux bras, aux jambes. Et c’était maintenant ses pieds qui scandaient le rythme sur le sol et modulaient son dos. Les étoiles étaient là, comme un repère insaisissable qu’elle tâchait malgré tout de sonder, du bout des doigts, puis du bout du crâne, lequel trimbalait tout le reste du corps.
Elle se perdait dans cette transe où quelque chose lui était restitué. Elle avait tout perdu, mais lui restait ce corps, sa seule limite et son infini.

En compétition

47 voix

Un petit mot pour l'auteur ? 11 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de De margotin
De margotin · il y a
Très agréable lecture. Mes voix.
Je vous invite à découvrir mon nouveau recueil de poèmes en lice au grand prix du manuscrit 2020.
veuillez cliquer sur ce lien http://www.lajourneedumanuscrit.com/Stigmates
Pour lire l'extrait et sur j'aime pour connecter, puis sur j'aime à nouveau si vous voulez le soutenir au grand prix de la journée du manuscrit. Merci beaucoup
Salutations chaleureuses

NB: veuillez connecter Disqus au bas de la page si vous voulez laisser un commentaire.

Image de Chantal Sourire
Chantal Sourire · il y a
Un voyage...intérieur ?
Image de Anne Estelle DP
Anne Estelle DP · il y a
C'est très poétique, très sensoriel et très profond à la fois. Chacun peut y lire un bout de son histoire, mais on retrouve cette notion de s'isoler, de marcher, de s'épuiser, de tout lâcher et de s'abandonner à l'immensité de la nature pour se trouver, faire la paix avec soi. Et danser sous la étoiles, le must du must :-)
Image de Sarah Murmur
Sarah Murmur · il y a
Merci pour ce riche commentaire.
Image de Mireille Bosq
Mireille Bosq · il y a
Une rencontre avec une conscience de soi ?c'etait peut-être le but decette excursion ?
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Un grand merci pour ce beau moment de lecture fantastique en Isère ! Mon soutien ! Une invitation à venir vous dépayser dans mon “Dépaysement au Royaume des Animaux” qui est également en compétition pour le Prix Short Paysages – Isère 2020. Merci d’avance !
https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/depaysement-au-royaume-des-animaux

Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Du fantastique en plein Vercors. Le paysage s'y prête.
Image de Tnomreg Germont
Tnomreg Germont · il y a
Mes 5 voix Madame - belle transcendance ...
Image de Ginette Flora Amouma
Ginette Flora Amouma · il y a
Un souffle intérieur.
Image de ALYAE B.S
ALYAE B.S · il y a
Mes 5 voix. :)
Image de Youri Billet
Youri Billet · il y a
J'ai passé un bon moment de lecture. Merci
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/rencontre-a-uriage
Á vous si le coeur vous en dit !
Youri