La magie du bonheur

il y a
2 min
0
lecture
0
Dans un village retiré vivait une petite fille prénommée Néa. Hélas, Néa était née avec une toute petite main. Elle n’avait pas beaucoup d’amis, tous les enfants la trouvaient étrange et se moquaient de cette curieuse particularité. Or, malgré la douloureuse solitude, Néa abritait en elle une joie de vivre peu commune. Elle allait souvent se promener dans les hautes herbes pendant des heures entières et avait plaisir à s’imaginer vivre des aventures extraordinaires dont l’issue était toujours heureuse. Un jour, dans un pré non loin de sa maison, elle découvrit un chaton gris abandonné. Le pauvre semblait bien triste et pleurait à chaudes larmes.
Quelle ne fut pas la surprise de la fillette lorsqu’elle découvrit que le petit n’avait presque pas de queue. Intriguée, Néa s’approcha et lui demanda :
« Bonjour petit chat, comment t’appelles-tu ? Et pourquoi pleures-tu ? »
Le chaton hoqueta, puis, pris de honte, il regarda la fillette pendant un court instant avant de répondre :
« Je n’ai pas de nom... parce que je n’ai pas de famille. Personne ne veut de moi car je ne suis pas comme les autres petits chats. »
Attendrie par les paroles du chaton, Néa s’agenouilla près de lui et lui montra sa petite main :
« Vois-tu, nous avons tous deux quelque chose qui nous rend vraiment uniques au monde. Mais est-ce là un mal? Si tu acceptes d’être mon ami, nous ne nous sentirons plus seuls désormais. Nous nous soutiendrons, quoi qu’il advienne. »
Le chaton n’en croyait ni ses yeux ni ses oreilles, il regarda sa nouvelle amie, et sécha ses larmes, ivre d’un bonheur nouveau. Néa réfléchit quelques instants, puis elle poursuivit :
« Il te faut un nom. Que dirais-tu de Winty ? »
Pour montrer son immense joie, Winty se blottit contre Néa. Il avait un nom, il était enfin quelqu’un et, plus que toute autre chose, une personne l’avait pris en affection et il comptait à ses yeux... Son petit cœur battait si vite ! Néa prit alors Winty dans ses bras, il était temps de rentrer à la maison. Chemin faisant, Winty s’endormit profondément. Néa s’aperçut alors que les poils du chaton prenaient peu à peu une magnifique couleur blanc argenté, si éclatante que lorsqu’ils furent au village, tous les enfants accoururent auprès de Néa, enchantés par la beauté de Winty. L’un des enfants adressa pour la première fois la parole à la fillette :
« Je n’ai jamais vu de chaton aussi joli. »
Les paroles du garçon résonnèrent dans l’esprit de Néa, qui comprit soudain la raison de cette transformation.
« C’est parce que tu n’as jamais vu de chaton aussi heureux », répondit-elle.
Néa embrassa le front de Winty et lui glissa à l’oreille :
« Notre image est le reflet de notre bonheur. »
À cet instant, le chaton ronronna, toujours endormi. Il souriait.
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,