La lampe

il y a
3 min
377
lectures
58
En compétition

JCJR parce que ce sont mes initiales. Mon stylo court sur le papier,ayant parfois une vie propre et je ne sais pas toujours où il peut m'emmener...bonne lecture. Jean-Claude.  [+]

Image de Été 2020

Bon, on ne va pas se voiler la face. Quand on écrit régulièrement, on se soumet à des rituels de lieux, d’endroits d’objets et d’habitudes. Pour moi, une des choses, qui compte le plus, c’est ma lampe, celle qui a toujours été là pour réchauffer mon papier. Eh bien, elle a rendu l’âme, certainement à cause d’une inspiration trop forte, qui aura créé une surtension. Vous vous rendez compte ? Cette accompagnatrice de tant d’années, qui a éclairé mes écrits, donné à ma page blanche cette couleur légèrement romantique et participé à l’ambiance de mon bureau, irisant l’aura de ma bulle littéraire, a émis son dernier rayon. Comment remplacer une telle amie ? Évidemment pas dans une grande surface, il en faut une qui ait une âme.
Me voilà donc parti, à cette heure particulière et célèbre, vous savez, celle où blanchit la campagne, pour un marché aux puces avec leurs étalages dans les rues et le mouvement incessant des commerçants, qui s’interpellent. Je me suis arrêté devant cette vitrine, un peu à la Harry Potter, mais si, je vous assure, il y avait un balai avec une balle de Quidditch, à côté d’une machine à écrire, dont la poussière des touches s’éparpillait dans les lueurs d’une lampe au gré d’un plumeau censé la nettoyer, mais pas trop, pour ne pas altérer son cachet. Le style Tiffany, aux allures de vitrail, diffusait sa lumière enveloppante.
— Vous aussi, êtes fasciné par cette lampe, me dit quelqu’un, que je n’avais pas vu venir, mais connaissez-vous son histoire ? Savez-vous qu’elle a éclairé les récits d’Hemingway ?
Le brocanteur avait dû sortir sans que je le voie. Il m’invita à rentrer.
— Imaginez-la sur votre feuille, reprit-il, invitant votre stylo dans les aventures colorées d’une fumée d’opium vers des rêveries du bout du monde. Imaginez les boissons interdites se mélangeant à l’encre du stylo. Vous aurez de la peine à vous sevrer de sa présence, qui vous emmènera là où vous n’auriez jamais osé aller. On dit qu’au plus fort de l’inspiration, on peut même respirer quelques odeurs d’absinthe. Tout n’est que magie. Je ne m’en séparerai que la mort dans l’âme de voir partir une partie de l’histoire de ma petite échoppe.
Il me proposa un prix à la hauteur de toute son histoire.
On ne négocie pas avec un coup de cœur, mais là, c’était vraiment trop. Je sortis mon regard de la vitrine pour le laisser errer plus en avant dans l’antre de la boutique et il m’emmena, au détour des antiquités, respirer de plus près l’odeur des vieilleries. Tout était agencé dans un désordre calculé, propice à l’aventure et à la découverte, dont une étagère, éparpillée de livres gardés par des petites figurines, qui semblaient prêtes à partir en guerre. Il y avait une vie dans ces petits soldats à l’attaque d’un château moyenâgeux, défendu par un dragon cracheur de flammes. Tout avait l’air un peu figé, mais c’est sûr que la nuit, des comptes devaient se régler dans l’obscurité de la boutique.
Et puis il y eut ce bureau d’écolier, vous savez, ce petit meuble d’un seul tenant, incluant le banc, patiné par des milliers de fonds de culottes et avec le petit trou pour l’encrier. Cela me rappela l’usage des porte-plumes avec leurs pleins et déliés d’une écriture calligraphiée. Cela ne vous dit rien ? Alors c’est que nous n’avons pas le même âge.
Le brocanteur suivait mes pas religieusement sans m’interrompre, à l’affut de la moindre réaction, de la plus petite expression d’intérêt pour un objet, qui l’aurait fait intervenir. Il me montra les initiales griffées sur un coin du bureau, certainement à l’origine d’une histoire à deux sur les bancs de l’école. Il ouvrit une malle, libérant la vie de tous ses voyages, que je me plaisais à imaginer lointains, au fil d’aventures rocambolesques. Il me montra une armure, avec un sabre, véritable gardien d’on ne sait quel trésor dans une cachette secrète.
L’arrière-boutique avait une fenêtre, d’époque évidemment, par laquelle pénétrait le soleil rasant du matin, exorcisant toutes les couleurs dans une atmosphère mystérieuse. C’est là que je le vis, dans son assise majestueuse et son cuir craquelé, recelant ses histoires. Il attendait que je m’assoie et me voilà parti à remonter le temps, ce temps, qui m’était propre jusqu’à l’enfant, que j’étais, explorant un grenier, où sommeillaient toutes mes craintes et mes fantômes.
— À qui fut ce fauteuil ? demandais-je instamment.
— Freud, me répondit-il.
J’étais dans le voyage de toute ma construction. Puis je me retournai et aperçus, du fond du magasin, la petite lampe dans l’entrée, dont la lueur furtive éclairait la vitrine.
— Venez, me dit le brocanteur, je vais vous faire un prix.
Nous sommes repartis, à rebours des vieilleries, côtoyant les tableaux jusqu’à un comptoir, sur lequel il posa la lampe.
— Vous m’êtes très sympathique, me dit-il en vendeur confirmé, je vous fais un rabais de vingt pour cent.
Il emballait déjà l’objet dans un plastique à bulles, puis dans du papier kraft, le fixant avec un morceau de scotch, sans douter de ma réponse. Je le regardais faire attentivement, il n’avait pas dit grand-chose et était tout aussi mystérieux que le contenu de sa boutique. Il avait deviné tout de suite mon centre d’intérêt. Je le payai, il me raccompagna et ouvrit la porte, qui fit tinter la petite clochette. Il me souhaita une bonne journée.

58
58

Un petit mot pour l'auteur ? 71 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Françoise Desvigne
Françoise Desvigne · il y a
On s'attache aux objets ! Très beau votre TTC! Mes compliments !
Image de jc jr
jc jr · il y a
Merci à vous, Françoise.
Image de Vivipioupiou77
Vivipioupiou77 · il y a
avec cette nouvelle lampe, il semble que l'inspiration soit revenue, bravo
Image de jc jr
jc jr · il y a
En effet, merci de votre passage,Vivipioupiou77.
Image de Mome de Meuse
Mome de Meuse · il y a
Si, si, moi je connais les pupitres d'écolier dont vous parlez ( je viens d'ailleurs de vendre le mien, la mort dans l'âme. Il était à double place ...) pourvu qu'un brocanteur ami du vôtre lui fasse un bon accueil.
Image de jc jr
jc jr · il y a
Merci, Mome de Meuse.. A+
Image de Eva Dayer
Eva Dayer · il y a
Les objets qui ont vécu ont plein d'histoires à nous raconter ...
Image de jc jr
jc jr · il y a
Merci de votre passage, Eva.
Image de Elisabeth Mondoloni
Elisabeth Mondoloni · il y a
Beau texte, très belle ambiance, ensorcelante et mystérieuse, bien décrite.
Image de jc jr
jc jr · il y a
Merci d'être passée et de votre commentaire, Elisabeth.
Image de Elisabeth Mondoloni
Elisabeth Mondoloni · il y a
Merci à vous. Bonne soirée
Image de Lange Rostre
Lange Rostre · il y a
Très beau retour vers le passé grâce à ces objets plus ou moins magiques.....
Image de jc jr
jc jr · il y a
Merci de votre passage Lange.
Image de Fleur A.
Fleur A. · il y a
chaque objet à son histoire... réelle ou fantasmée
Image de Zouzou
Zouzou · il y a
Il fait bon de parcourir le temps chez vous !
En lice poésie, si vous aimez...

Image de Gérard Muller
Gérard Muller · il y a
Que voilà un joli style délicieusement ironique.
Image de James Wouaal
James Wouaal · il y a
Sympa comme tout cette balade !

Tenez si un jour vous voulez en faire une très semblable pleine de chinoiseries !

https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/la-petite-boutique-de-cendre-1

Vous aimerez aussi !