72 lectures

2

La journée de la femme... Un magazine m'a demandé une bafouille sur la journée de la femme. Pour moi c'est un oxymore, une gageure. Une journée ? On ne reviendra pas sur la sémantique ou sur le fait que l'on réduise la femme au même rang que les autres « choses » à qui l'homme à gentiment offert une journée. Je trouve d'ailleurs particulièrement succulent en tant qu'ancien plombier de voir la femme précéder la journée mondiale de la plomberie dans le calendrier. D'ailleurs n'oubliez pas le 13 octobre la journée du Hamburger.

Ma femme n'a pas de journée, elle n'a jamais eu de St valentin, j'avoue lui offrir, je crois, quelque chose pour son anniversaire. A première vue cela paraît une démonstration de délaissement amoureux. A vous de voir. Je vis pour mes femmes, ma meilleure amie, mon amante, la mère de mes enfants, mes filles. Elles n'ont pas une journée, jamais, elles ont une vie.
Après j'ai beau chercher les mots, je trouve rien de bien concret, les femmes, je les connais mieux que les hommes, déjà, c'est mon centre d’intérêt premier, je ne ne suis pas sportif, je ne loue pas une confiance sans bornes à l'amitié virile. Je suis un « geek » de la vieille école, et comme beaucoup de geek, j'ai vécu dans les livres, les jeux de rôles et les jeux vidéos, où bien souvent comme dans Mario ou Zelda le centre ultime de la quête était la conquête féminine, sauver la princesse. Comme autant d'allégories simplistes qui pourraient être démontées par une féministe de premier rang et me faire passer pour un misogyne, je pense que ces histoires et ces romans d'apprentissages nous forment à être dignes de la Femme.
Il n'appartient qu'à nous de s'approprier notre relation avec autrui, déifier ou rabaisser l'autre sexe. Je vis dans un monde de femmes après avoir vécu professionnellement dans des mondes d'hommes. Vivre dans un milieu féminin lorsqu'on est un géant barbu, timide et extraverti n'est pas simple. Les petites brimades et réflexions dont je suis l'objet peuvent paraître, pour elles, un juste retour des choses pour tout ce qu'elles ont pu vivre. Et même, j'ai bien vu que mon sexe me donne l'ascendant sur elles selon les intervenants qui entrent dans les bureaux. Mais je n'en suis qu'un témoin innocent.
Je suis de toute façon un mauvais juge, souffrant de TDA et d'autres petites choses comme de phobie sociale et d'ochlophobie, l'humain ne se définit pas pour moi en terme de féminin et masculin physiologique mais psychique. N'entrons pas dans le débat trans-genre, les êtres humains sont en tout point égaux dans leur capacités à recevoir de l'amour et à la restituer.
Pour égaler cette journée censée montrer l'amour que les vrais maîtres du monde portent aux femmes, ils ont pensé aussi a instituer un nombre de journées conséquent sur les réalités que celles-ci subissent dans le monde : près d'une vingtaine concernent directement la femme et sans doute le double si on élargit aux enfants, sans parler des maladies unisexes.

Ca répond pas à la putain de question, pourquoi une journée des astéroïdes, du chiffres Pi ou des passages à niveaux.

Je suis humain, vous êtes humaines. Rien a battre de ce qu'il y a ou pas entre vos jambes.

Bonne Journée.

Thèmes

Image de Très très courts
2

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,