1
min

La Fiole

Image de Méline Darsck

Méline Darsck

70 lectures

8 voix

Qualifiée

Je n’ai plus rien, même mes souvenirs s’envolent. Saleté de maladie !
Mon soulier vient de heurter une petite fiole en verre. Je la regarde rouler sur le trottoir, la ramasse et lis : « Bois-moi et souviens-toi ! » Je regarde mieux. Une seconde j’hésite à la jeter, mais je retire le bouchon et avale son contenu.
Je ferme les yeux et me traite de fou. Trop tard ! Déjà, le sol se dérobe sous mes pieds, la sensation de tomber dans le vide est si présente que je sens mes cheveux se soulever, le vent fouetter mon visage, ma peau s'étirer, ma bouche s’ouvrir pour happer un air qui se refuse.
Panique. Mes jambes s’activent, mes bras battent en rythme désordonné, je tourne la tête de tous côtés, lorsqu’une voix dans mon dos tente de me calmer.
« Laisse-toi emporter. Profite de l’instant. Tu ne peux plus reculer ! »
En une seconde, je me souviens ! J’avais 25 ans. Un pari stupide et la plus forte émotion de ma vie. Mon premier saut en parachute. Depuis j’en ai fait des centaines. Mais le premier reste gravé au fond de moi.
Enfin c’est ce que je crois.
Parce que là, je revis réellement le moment. Ce ne sont pas des souvenirs édulcorés par le temps. Non ! Là je ressens ma trouille, l’envie de faire dans mon froc, les pulsations de mon cœur, mes poumons douloureux. Je ne sais où regarder.
Je sais pourtant que je dois profiter du spectacle, me gaver de cette émotion. J’essaie de me raisonner.
D’un coup, mon partenaire tire sur la manette, le parachute s’ouvre, brutal coup de frein, l’impression que mes jambes vont se détacher de mon buste.
Enfin je me détends.
Mes yeux observent le ciel, les couleurs des champs, tout parait si minuscule. Mais si beau !
Je suis bien. Je suis en vie... Je suis vivant. Je le crie !
« Oui... et tu vas le rester encore longtemps », rit mon partenaire. »
L’impression que le sol monte vers moi, que les maisons grossissent. Les recommandations dans mon oreille chantent, je ne sais plus faire. Comment atterrir ? Comment ne pas m’écraser ? Mes paupières se ferment malgré moi, je sens une secousse, je roule dans l’herbe
J’ouvre les yeux. Et là, je ne comprends plus. Je me retrouve sur ce maudit trottoir. Loin de l’herbe douce des champs, loin... de mes 25 ans !
Je fronce les sourcils et tente de repartir dans mon souvenir, mais c’est peine perdue. Je regarde la fiole vide. Je vérifie qu’il ne reste pas une goutte au fond.
Une fiole, un rêve.

Prix

Image de 2015

Theme

Image de Le flacon et l'ivresse

8 VOIX

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Un texte qui nous embarque joliment dans les airs. Bravo, Méline, d'avoir su nous raconter de manière captivante cette superbe expérience enfouie au plus profond de la mémoire et rejaillissant grâce à une petite fiole, flacon de l'ivresse ! +1
·
Image de Méline Darsck
Méline Darsck · il y a
Merci Jean Calbix pour vos mots et votre vote. Je suis heureuse que mes mots vous plaisent.
·
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Belle écriture pour ce vertige qui en amène un autre jusqu'à la chute finale. J'ai aimé cette boucle (de fiole à fiole) et le clin d’œil à Alice au pays des Merveille.
Mon vote, évidemment !

·
Image de Méline Darsck
Méline Darsck · il y a
Merci infiniment Joelle Brethes de votre commentaire. Une jolie boucle, même si un peu triste. Contente de cette comparaison.
·
Image de Xenophon
Xenophon · il y a
Comme souvent avec Méline, un teste asrucieux, surprenant, parfois angoissant et avec ici double une chute.
·
Image de Méline Darsck
Méline Darsck · il y a
Merci Xénophon pour vos mots et votre vote. J'en suis flattée et heureuse.
·