1
min

La fête au village

Image de Mariem

Mariem

278 lectures

43

Qualifié

C'est fête au village.
Quelques forains ont installé leurs manèges rutilants et de longues tables ont été dressées. Ça sent la viande grillée, les frites, la bière.
Il y a foule. L'occasion de sortir de sa routine était rare ici, et on ne boudait pas son plaisir. Des rires, des cris d'enfants, les flonflons habituels de ces réunions de campagne résonnent dans tout le patelin. Elles sont de sortie aussi. Elle et sa mère qui, pour une fois, a accepté de quitter la ferme. Elle crut un instant pouvoir se laisser aller comme les autres. Manger, boire, rire... Boire surtout. Ça éloigne la noirceur des jours et libère une forme de joie.
Il est venu. Le copain d'école, avant. Il s'est approché. Elle a eu un petit sourire. Puis il a posé son bras au travers des épaules, lourd comme une bûche. Insistant. Elle aimait cela, cette possession, d'un coup, inattendue. Ça pouvait vouloir dire aussi protection, amour peut-être même je te veux à moi...
Mais elle, ne veut pas. Elle ne peut pas. Il y a le regard de l'autre. Le regard de la mère et ça n'est pas possible. Elle veut retirer ce bois pesant de ses épaules. Il ne faut pas. Mais il a pesé plus fort, alors elle le laisse. Ça fait quand même du bien, tant pis.
Elle n'a plus levé les yeux, a évité d'affronter le reproche maternel, qu'elle devine, lourd, implacable.
Alors ce soir à la maison, elle est gentille, aux petits soins : « veux-tu que je t'aide, regarde, je vais éplucher les légumes pour faire la soupe... T'as rien vu, n'est-ce pas, tu vas rien dire, tu as déjà oublié, tiens, j'en suis sûre... Regarde comme je t'aide bien, ça efface tout, hein ; et puis, il est parti lui, disparu, il n'est plus rien, il n'y a plus que toi et moi et vois comme je suis brave et que je t'aide bien, que veux-tu que je fasse encore... Là, je vais ranger maintenant, t'énerve pas, je suis gentille, n'est-ce pas, je regrette, tu sais, je sais pas comment j'ai pu me laisser aller, mais c'est lui qui m'a forcée, ce bras sur les épaules, j'en voulais pas... 'Suis une mauvaise fille, mais personne n'a rien vu, il s'est rien passé... »
Le repas est prêt.
Elle pose deux assiettes sur la table.
La mère allume la télé.

PRIX

Image de Eté 2016
43

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
Pas faciles, les relations mère/fille...
·
Image de Mog
Mog · il y a
L'emprise psychologique maternelle est parfaitement décrite !
·
Image de Thara
Thara · il y a
On finit toujours par vivre pour quelqu'un. Il y a des mères qui préfèrent gâcher la vie de leur unique enfant pour ne pas vieillir seule.
·
Image de Patricia Burny-Deleau
Patricia Burny-Deleau · il y a
Huis clos étouffant et révoltant ! D'un côté une mère possessive et de l'autre une fille qui n'a pas les ressources psychologiques pour s'en sortir ! Désespérant !
·
Image de Bruno Teyrac
Bruno Teyrac · il y a
Pesanteur, enfermement, emprise d'une mère qui étouffe sa fille. C'est très bien rendu. On ressent ce malaise. Mon vote.
·
Image de Mariem
Mariem · il y a
Merci Bruno !
·
Image de Lange Rostre
Lange Rostre · il y a
Un instant de vie joliment écrit +1 . On arrive à ressentir l'ambiance.
·
Image de Mariem
Mariem · il y a
Merci Lange pour votre commentaire et votre vote!
·
Image de Nadine Gazonneau
Nadine Gazonneau · il y a
En peu de mots votre texte exprime l’essentiel des rapports entre les êtres. J'aime +1 de la part de Tilee auteur de "transparence".
·
Image de Mariem
Mariem · il y a
Merci Tilee !
·
Image de Barbara V.
Barbara V. · il y a
Ah les mères, celles qui veulent garder toujours le bébé à la maison... C'est triste et violent, et malheureusement, ce sont des situations qui existent. Belle écriture en tout cas, le monologue intérieur de la fille, pleine d'angoisse, est merveilleusement écrit.
Mon vote :) !

·
Image de Mariem
Mariem · il y a
Merci beaucoup Barbara !
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Voilà comment dire le maximum en une économie de mots. On y est, on voit très bien la fille et la mère, les regards, les gestes. Ce qui est génial, c'est que la mère ne dit rien et pourtant on entend ses reproches, on les voit dans les yeux de la fille ... Cette courte nouvelle raconte une histoire universelle où chacun(e) peut s'y reconnaître ... Bravo !!
·
Image de Mariem
Mariem · il y a
Merci Katy pour votre passage ici et de votre commentaire. C'est vrai que j'étais passée chez vous et avais discrètement voté parce j'aime beaucoup votre écriture... sans laisser de commentaire... mais je songeais y revenir :)
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Belle idée (sujet) pour une nouvelle et vous l'avez parfaitement explorée : bravo ! Je vote et vous souhaite bonne chance.
De mon coté, "le coq et l'oie" sont en lice.

·
Image de Mariem
Mariem · il y a
Merci Marie
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
C'est avec plaisir !
·