La femme en bleu

il y a
1 min
84
lectures
15

Alors il prit sa plus belle feuille, la bleue, celle qu'il n'employait que les jours de nuit sans lune. En guise de craie, un bout d'étoile, tombé un soir de pluie de ses yeux si forts. Sa main  [+]

La femme en bleu

Elle cache ses mains sous son long voile bleu, elle a peint ses ongles. De carmin, elle aime cette couleur vive qu’elle retrouve dans le ciel certains soirs.
Elle se presse et ses longues jambes fuselées, que personne ne voit, la portent plus loin. Vers le marché aux épices. Laylima, sa petite sœur portera le panier.
Elles marchent pieds nus, pour ne pas faire de bruit, et s’imposent le silence. Massoud, son jeune frère les accompagne aussi. Sans lui, pas de sortie.
Elle préfère marcher, même si la longueur du trajet justifierait le taxi. Ainsi, elle passera devant l’échoppe de Sher Ahmad. Oh, elle ne tournera pas la tête pour le regarder. Elle espère qu’il sera là, bien visible devant sa boutique, assis sur sa chaise, les jambes tendues et le regard moqueur. Saura-t-il qu’elle le mangera des yeux ?
Il est là ! Son cœur bondit car elle croit qu’il l’a reconnue. Elle ralenti son pas, profite du spectacle. Le jeune homme se redresse sur sa chaise, relève la tête et tombe à la renverse. Un pied de sa chaise a cassé.
La jeune fille n’a pu s’empêcher de rire. Oh, juste un petit rire, à peine audible. Affolée, elle a peur d’avoir été entendue. Mais non, ou peut-être par ce vieux monsieur qui la regarde avec insistance ? Il va la prendre à partie, c’est sûr car elle le voit soudain se diriger vers elle, le regard sévère.
Elle allonge le pas, espère que Laylima la suit. Le vieil homme va la rattraper et commence à tendre le bras...
Elle ferme les yeux, c’est fini.
Sher Ahmad a rejoint le vieil homme et lui prend le coude, l’entraîne vers sa boutique, presque de force, sous les cris indignés du vieillard. Ce qu’il lui propose calme aussitôt l’irascible grand père.
La jeune fille ne connaîtra pas l’objet de la transaction, elle est déjà loin. Elle se promet de faire plus attention la prochaine fois...
Demain, la grande sœur de Laylima aura deux doigts coupés pour s’être verni les ongles, puis fouettée en public parce qu’on l’aura entendu rire.

C’est maintenant, et ailleurs....
15

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Espèce unique

Brigitte Prados

Monsieur Oubliette est sans parents ni amis pour lui faire la conversation. Seul un appareil photographique pour compagnon, et une casquette tout droit sortie d’un film de Pagnol. Sélénite n’a... [+]