3
min

La disparition du fontainier

Image de Isdanitov

Isdanitov

237 lectures

204

La brume autour de la vieille cabane s'épaissit encore.

Elles sont là, tapies dans l'obscurité de la nuit à m'observer au travers des vitres dépolies. Je peux entendre le vrombissement de leurs ailes tandis que corneilles, pies et corbeaux trouent le silence de leurs croassements et que l'infâme monde de tout ce qui compte de rampant grouille au sol dans un fourmillement clairement audible.

Parfois, un petit coup sec contre le carreau m'indique leur présence, beaucoup plus proche que je n'aurais jamais osé l'imaginer.

Le feu dans l'âtre, destiné à empêcher toute tentative d'effraction par la cheminée, va s'éteindre. Dans quelques instants je vais mourir de la plus atroce des façons mais, peut-être, ce message pourra-t-il vous préserver de toute curiosité déplacée à leur égard. Celui-ci tient en ces quelques mots : surtout n'allez pas y voir.

Me revient en tête la soirée passée il y a bien longtemps avec l'ancien fontainier, mon prédécesseur.

- Tiens en v'là une ! S'était-il écrié en jetant le petit corps sans vie d'une fée sur la table.
- Quoi, mais vous êtes fou !? Fis-je, en reculant, indigné !
- Oh, t'en fais donc pas pour ça, ça fait toujours le même effet la première fois. T'es pas habitué, c'est tout... Ferme la porte pour qu'elles n'entrent pas. M'avait-il dit.
- Mais, mais, c'est une fée que vous avez tuée ! Avais-je insisté, dans tous mes états.
- Oui, une fée, une saleté de fée ! Te trompe, pas, hein, c'est loin d'être des anges... Et de lui retrousser les babines de l'extrémité de son couteau pour me dévoiler son horrible dentition carnassière qui, avec l'absence de nez et des yeux démesurés donnait au petit être un aspect démoniaque et effrayant. Elles tiennent plus de l'insecte que de l'homme. C'est pas parce que vues de loin elles te donnent l'impression de ressembler à de petites jeunes-filles graciles qu'elles sont douces comme nos gamines. Méfie-toi d'elles comme de la peste, y a pas plus vachard qu'une fée un jour de brume ; elles sont alors comme folles et gare à toi si elles te tombent dessus !

Et le vieux fontainier de relever la manche de sa chemise pour me montrer une profonde cicatrice d'une bonne vingtaine de centimètres !

- Souvenir d'une nuit de novembre ! M'avait-il encore dit. Je m'étais trop avancé sur la lande à la recherche des sources et je fus surpris par la brume à la tombée de la nuit. Ce jour-là, je l'ai échappé belle. Saloperie, oui.

Et de me raconter les tours pendables dont les fées sont coutumières.

- Nous faisons un métier dangereux. Insista-t-il. Les fées sont les gardiennes des sources et nous ne sommes que des étrangers à peine tolérés. Ne sors jamais un jour de brume car tu perturberais leurs amours et les fées que tu dérangerais ne te le pardonneraient pas.

Je l'écoutais attentif, buvant chacune de ses paroles et bien décidé à lui obéir en tout point, lui faisant une confiance absolue. Après tout, le vieux fontainier ne m'avait-il pas appris l'emplacement des sources du comté ? Ensemble n'avions-nous pas parcouru le pays à la recherche des signes de la présence d'eau ? Au fil des saisons ne m'avait-il pas guidé et n'avions-nous pas creusé de nouveaux puits ? Ne m'avait-il pas enseigné comment trouver de nouvelles sources ?

-En hiver, me disait-il, cherche les endroits où la neige n'a pas pris. Au printemps, observe les places où la neige fond le plus vite. Avec l'été recherche les endroits les plus verts et les places où le blé ne mûrit pas.

Et puis, avec le temps, je sus ce qu'il fallait savoir. Depuis ce jour, l'argentine comme le trèfle d'eau pouvaient bien tenter de les masquer, toujours je remarquais soudre ry et ruisseau.

- Surtout, disait-il encore, retient l'endroit sans le signaler car, vois-tu, les fées sont malignes et chercheraient à te tromper. Reviens-y plus tard dans l'année et croise les signes pour en juger. Quand tu es prêt, creuse vite et profond et installe s'y une margelle et un seau, les fées ne pourront les déplacer.

Il me dit encore comme pour conclure :

- Maintenant, c'est à toi de prendre la relève mais, en cas de brume ou de brouillard, il ne faut pas y aller, jamais ! Il est des choses de la vie des fées que nous ne devons savoir. Promets..."

Je promis.

C'est de cette manière que les sources du comté me furent confiées.

Aujourd'hui, de la plus stupide des façons, par simple curiosité, j'ai surpris le secret des fées.

Je les ai vues, frénétiques sous l'emprise de la brume, se vautrer dans la fornication avec orvets et vils animaux rampants sous l'oeil concupiscent des charognards de la lande.

J'étais-là.

Je les ai vues se reproduire de la plus sordide des façons sous l'emprise de la brume et il ne leur reste plus qu'à me faire disparaître pour que je ne puisse jamais témoigner de leur lubricité.

PRIX

Image de 2017

Thèmes

Image de Très Très Court
204

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Jenny Guillaume
Jenny Guillaume · il y a
Connaissez-vous "Le livre des fées séchées de Lady Cottington" ^^ ? Votre histoire m'a donné envie de m'y replonger !
·
Image de Richard Laurence
Richard Laurence · il y a
Encore un grand bravo pour ce texte !

Il y a, dans cette finale, des textes de moins bonne qualité, mais le système de votes est ce qu'il est et cela fait partie du jeu... Ce système est un bon système parce qu'il récompense les gens qui votent et font des commentaires sur les textes mais il a aussi un effet pervers : il ne reflète pas réellement les goûts du public.

Je vous invite donc à venir prolonger le plaisir en participant à la "sélection du public" du Festival Off, sur le forum : http://short-edition.com/fr/forum/la-fabrique/imaginarius-2017-le-festival-off

Que la fête continue et longue vie au prix Imaginarius !

·
Image de Isdanitov
Isdanitov · il y a
Merci a vous
·
Image de Maryse
Maryse · il y a
J'aurais aimé vous soutenir pour ce beau texte. Je l'ai loupé. Comme quoi les invitations à la lecture sont très utiles !! N'hésitez pas à m'envoyer des messages lors de vos prochaines publications, j'aurai un grand plaisir à vous lire ;-)
·
Image de Isdanitov
Isdanitov · il y a
Merci à vous. L'important à mes yeux est que mon texte soit lu et que le ressenti soit positif. Si ce texte vous a plu alors j'ai atteint mon objectif.
·
Image de Roxane73
Roxane73 · il y a
J'arrive tardivement et je le regrette vraiment. Vous avez imaginé une histoire originale, à la fois féerique et inquiétante. L'écriture est superbe, très expressive. Une atmosphère étrange, dans laquelle le lecteur se trouve propulsé dès les premières lignes. J'aime beaucoup !
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
On a maintenant une mauvaise impression des fees ! Mon vote ! Vous avez voté une première fois pour “Croisière” qui est en FINALE pour le Prix Imaginarius 2017. Je vous invite à le soutenir de nouveau si tant est qu’il vous plaise toujours. Merci d’avance et bonne soirée !
http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/croisiere-2

·
Image de Petitpoizonrouge
Petitpoizonrouge · il y a
mon soutien, sur le fil !!!
·
Image de Bernard Boutin
Bernard Boutin · il y a
Ah les sales bêtes !!!
·
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Si elles copulent avec des orvets alors pas d'hésitation ! Merci, Isdanitov, de nous avoir révélé un pan caché de la vie des fées et ce pan fée de l'effée !
Vous avez mes cinq votes.

·
Image de Yann Olivier
Yann Olivier · il y a
J'aime. Je vote.
Je suis aussi en compétition :
http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/ainsi-soit-il-2

·
Image de Serge Debono
Serge Debono · il y a
Quel époque, on ne peut même plus se fier aux fées ! Le problème c'est qu'on pense qu'elles ressemblent toutes à Clochette, Glinda ou Marraine. Merci de remettre les pendules à l'heure Isdanitov ;-) Un très bon texte comme toujours. Bonne année et bonne chance.
·