4
min

La digue de notre enfance

Image de Pierre Odlanir

Pierre Odlanir

28 lectures

23

Par terre, mon plat était foutu. Si seulement il n’y avait que mon plat. Mon mariage semblait lui aussi gisant au sol. J’ai tout fait pourtant. J’y ai mis tous mes efforts dedans. J’ai mis un peu de poivre pour relever la sauce. J’ai pris du vin rouge pour que le tout soit harmonieux. J’ai même pensé à un dessert un peu osé histoire de lui plaire réellement. Je ne suis pas sûr qu’il ait apprécié tous ces efforts.

Il travaille beaucoup, me parle de moins en moins et j’ai pensé que pour la Saint-Valentin nous aurions l’occasion de nous retrouver un peu. Quand je l’ai vu arriver, il avait sa tête des mauvais jours. Je m’étais bien habillée, et j’espérais qu’il le remarque. Au lieu de ça j’ai eu le droit à un « c’est quoi tout ce bordel ». Je lui ai répondu que c’était la Saint-Valentin et que c’était une bonne occasion pour nous de repartir sur de bonnes bases. Ce n’est pas qu’on ne s’aime plus ou qu’il s’est passé quelque chose de mal mais c’est juste qu’une sorte de distance s’est installée sans qu’on s’en rende compte. Je lui ai montré le bon petit plat que j’avais fait, il m’a regardé et m’a dit qu’il allait faire un tour. Il est sorti. J’étais bouleversée, le plat m’a lâché des mains. Voilà que j’ai un sol à nettoyer et un mari à retrouver.

J’ai commencé par nettoyer le plat et je me suis demandé où est-ce qu’il avait bien pu aller. Il y avait ce bar où il allait avec ses potes quand il était jeune. Mais je dois dire qu’il n’y va plus souvent. Il y a aussi cette digue où je sais qu’il aime bien aller depuis très longtemps. C’est là bas que je l’ai rencontré d’ailleurs. J’étais allée faire du vélo au bord de la plage puis j’ai vu ce garçon solitaire assis au loin. Je me suis rapproché et lui ai demandé ce qu’il faisait, il m’a dit qu’il attendait le levé de soleil. J’ai attendu un moment avec lui sans lui avouer qu’il fallait attendre ou moins le couché du soleil pour ça car j’admirais la passion qu’il y avait dans ses yeux. Je pense qu’il est bien sur cette digue à attendre son levé de soleil.


***


J’ai encore passé une journée de merde. Mon boulot m’étouffe. J’ai presque envie de m’en aller de ce trou paumé où j’habite avec ma femme. Je sens qu’on est de plus en plus distants avec ma femme en ce moment. Je me demande si elle a quelqu’un d’autre. Ou alors est elle juste de moins en moins attirée par moi. Il faut dire que les mariages aussi tôt dans une vie ça peut faire peur quand on commence à réaliser. Moi j’ai bien réalisé et je sais que c’est la femme de ma vie. Je ne le lui ai pas dit depuis un bon moment en y repensant.

Quand je suis rentré, il était tard. Les lumières étaient encore. C’était la Saint-Valentin et j’avais encore oublié. Je me suis senti bête d’avoir pu douter d’elle. Je me suis senti encore plus bête de n’avoir rien vu venir. La vue de ce nouvel échec m’a fait fuir. Je sais que ce n’est pas la réaction la plus mature qui soit mais je n’ai jamais su être vraiment mature. Je ne suis qu’un gosse dans le corps d’un homme de 26 ans. On ne nous donne jamais de mode d’emploi pour devenir un adulte. Seulement des conseils préfabriqués à partir d’autres conseils tout aussi insensés, et ce depuis la nuit des temps.

Je suis allé me réfugier au seul endroit qui sache encore m’apaiser, la digue ouest. C’est là bas que je l’ai rencontrée d’ailleurs. C’était une fin d’après-midi et j’étais en train d’admirer le soleil se coucher. Elle s’est approchée de moi et m’a demandé ce que je faisais. Je l’ai trouvée très belle au premier coup d’œil. J’ai voulu faire un peu d’humour en disant que j’attendais le levé du soleil. Elle n’a pas ri. Je me suis senti un peu misérable l’espace d’un instant mais comme elle est restée ça allait mieux. Elle s’est assise à côté de moi. Elle m’a fixé un moment. Nous n’avons pas parlé mais nous nous sommes comme qui dirait apprivoisés. Je me suis allongé un moment en pensant à tout ces moments passés avec elle.

Il faisait chaud, le temps était calme, les étoiles brillaient. J’ai au bout d’un moment entendu le moteur d’une voiture. A moitié l’esprit endormi je l’ai vue sortir de la voiture. Elle était belle. Elle s’est approchée de moi et nous avons parlés.


***


- Je savais que je te trouverai ici mon gronchon à moi. Qu’est-ce qui se passe ?
- Non rien d’important j’avais besoin de réfléchir un peu.
- Ha non tu ne vas pas commencer à te refermer hein. Ecoute si j’ai fait un truc qui ne va pas dit moi. Je sais que ça fait un moment qu’on est plus trop proches mais ce soir j’ai fait un effort et t’es parti comme un voleur donc dis moi ce qui se passe.
- Non c’est pas toi. Je ne sais pas comment te dire mais j’en ai un peu marre de cette vie. T’as pas envie de changer un peu ?
- De changer de quoi ? Tu me fais peur là.
- Non je vais pas te quitter. Je t’aime et ce de plus en plus chaque jour. Tu vois, quand je suis rentré ce soir je me suis senti débile de ne pas avoir pensé au jour auquel on était, débile de me laisser marcher dessus au boulot, débile de ne pas t’apporter tout ce que tu mérites.
- Mais j’ai tout ce que je mérite je t’ai toi et ça me suffit amplement. Je suis heureuse avec toi.
- Oui moi aussi.
- ...
- Alors ça va peut-être te sembler dingue mais je pense qu’il faudrait qu’on parte d’ici pour vivre notre vie à deux pleinement. J’ai l’impression qu’on a raté pleins d’opportunités en restant ici parce qu’on avait peur de voir le monde.
- Et tu veux qu’on aille où ?
- On pourrait déjà commencer par visiter le pays et voir où on se sent bien tout les deux.
- Moi je me sens bien là où tu es. Mais l’idée est pas mal, je signe où ?


***


Nous avons beaucoup parlé cette nuit là. Nous avons fait beaucoup de projets. Nous avons pensé à ce qui composerait notre vie future et c’était bon de se sentir à nouveau vivants. Nous n’avons pas vu le temps passer, si bien que le soleil s’est levé. C’était comme si nous venions de réaliser notre promesse d’enfance. Une vie plus libre et pleine d’amour est devant nous à présent.

PRIX

Image de 2018

Thèmes

Image de Très très court
23

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Il est bon de faire le point de temps à autre et votre TTC le démontre fort bien, Pierre ! Bravo à vous. Vous avez mes cinq votes.
J'ai un sonnet en compète printemps sur le triste sort d'un migrant : http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/mumba si le cœur vous en dit !

·
Image de Maour
Maour · il y a
Je vous soutiens pour le prix ;)
J'espère que vous aimerez aussi mon poème :
http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/le-retour-du-soleil
Amitiés

·
Image de Mememomo
Mememomo · il y a
Très belle histoire qui donne à réfléchir.
·
Image de Pierre Odlanir
Pierre Odlanir · il y a
Merci à vous !
·