La Chute

il y a
1 min
204
lectures
12
Qualifié

Chou à la crème, chouquette au sucre, crème pâtissière... Pour moi, toutes ces oeuvres sont autant de délicieuses pâtisseries que je croque à pleines dents ! Vive la littérature ! Vive short  [+]

Image de Hiver 2015
Elle se sentait bien. L'air n'était ni trop chaud, ni trop froid. Elle avait l'impression de flotter, comme dans l'espace, en apesanteur. Comme elle aimait cette sensation !
Le soleil se couchait, teintant le ciel de tâches colorées tantôt pourpres, tantôt mauves, tantôt orangées. Elle l'observait tous les soirs et pourtant, elle ne pouvait s'en lasser. Ce spectacle la ravissait et l'emplissait d'une joie intense et inimaginable. Elle ne manquait jamais cette minute précise où l'étoile rencontrait l'horizon. Rien au monde n'aurait pu lui retirer ce moment privilégié pendant lequel elle se sentait en parfaite harmonie avec la nature, avec les astres.
C'était tout ce qui lui restait de toute façon. Sa longue vie, elle l'avait vécue isolée. Tous les amis qu’elle avait pu se faire, toutes les personnes avec qui elle avait pu discuter, elle les avait perdus, obligée de voyager aux quatre coins du monde, de parcourir d'immenses distances sans jamais s'installer.
Elle sourit lorsqu'elle prit conscience que d'autres la rejoignaient, animant la bulle de bonheur dans laquelle elle se reposait, lui tenant compagnie. Enfin ! Elle n'était plus seule ! Un frisson la parcourut : le corps chaud de ses congénères lui donnait un sentiment de convivialité. Elle somnolait, c'était l'heure de se coucher. Quelques secondes plus tard, elle s'endormit...
Tout à coup, le vacarme assourdissant d'un éclair s'abattant sur la terre retentit. L'air était maintenant chargé d'électricité et des flashs de lumière saturaient le ciel sombre. Cela lui rappelait étrangement quelque chose.
« Oh non, se dit-elle. Mon heure est venue. »
Elle était triste, elle avait peur. Ses semblables s'agitaient elles aussi. La tension augmentait.
Soudain, sans crier gare, le sol se déroba sous ses pieds et elle se mit à tomber. Elle chutait sans pouvoir s'arrêter, à une vitesse vertigineuse. Le vent hurlait à ses côtés. La fatigue et l'abattement l'accablaient et elle capitula. Tout ce qu'il lui restait à faire, c'était fermer ses yeux empreints de terreur et attendre. Attendre, jusqu'au moment fatal où elle s'écraserait contre le sol. Elle vida son esprit de toutes ses encombrantes pensées et se laissa aller.
Cela n'en finissait pas.
« Ploc ! »

Samuel leva son visage porcelaine vers le ciel. Il essuya la goutte d'eau qui venait de tomber sur son front et soupira. Il allait encore devoir marcher sous la pluie jusqu'à chez lui ! Il replaça son cartable sur son dos et se remit en route.

12

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Nikolaz

Alicia Bouffay

Nikolaz habitait un appartement dans l'hypercentre, près de la place du Commerce. Les bruits de la ville le rassuraient, surtout le ting-ting des tramways quand ils approchaient d'un croisement, pou... [+]