3
min

L.O.V.E. 2.0

Image de Cédric Clavé

Cédric Clavé

80 lectures

68

La quiétude de la nuit enveloppait la ville. Sous le halo d’un lampadaire, un couple s’embrassait fougueusement. Au même instant, au second étage du numéro 7 de la rue des espérances ; Maxime, jeune chef d’entreprise dynamique, finalisait un dossier client. L’heure avancée ne l’effrayait pas, il travaillait mieux le soir lorsqu’il se retrouvait seul. En partant, il laisserait les consignes à Émilie ainsi que sa liste des choses à faire.

Il s’apprêtait à se lever de sa chaise lorsque la notification d’un nouveau courriel arriva. Il ouvrit sa boite mail et découvrit l’expéditeur : L.O.V.E. 2.0 ; objet : Félicitations ! Maxime, vous avez gagné ! D’ordinaire, il ne prêtait pas attention à ce genre de message, mais cette fois-ci, il décida d’aller jeter un œil sur le site. Living On Virtual Expérience est une société 2.0 qui propose des humanoïdes nouvelle génération ayant l’apparence de la personne de notre choix. Une idée lui vint alors à l’esprit. Si ce robot était si performant, pourquoi ne pas en commander pour le service à l‘une de ses soirées, il aurait ainsi un coup d’avance sur sa concurrence.

Un formulaire de contact classique s’afficha. Il entra ses nom et prénom, son adresse postale ainsi que son numéro de téléphone. Lors de la validation une nouvelle page arriva, il le fixa un long moment, le curseur noir clignotait sur le fond blanc de la cellule. Il devait renseigner l’identité de la personne de son choix ainsi que les dernières coordonnées connues. Au moment où ses doigts se posèrent sur les touches de son clavier, son cœur se mit à battre plus fort, il saisit les informations de manière mécanique et valida. Un pop-up s’afficha. « Merci de votre confiance, un e-mail de confirmation vous parviendra dans les 48 h ».

Il se leva d’un bond, éteignit son écran et sortit de l’appartement. Lorsqu’il se retrouva dans la rue, il croisa un couple qui s’embrassait sous un réverbère. Il resserra le col de son manteau et marcha jusqu’à chez lui.

‘I keep thinkin’ that our problems soon are all gonna work out; But there’s that same unhappy feelin’ there’s that anguish, there’s that doubt’. Il détestait cette chanson, elle le ramenait toujours à une époque lointaine où lui aussi croyait à cette connerie que l’on appelait Amour. La journée commençait mal. Il n’avait pas eu de retour de L.O.V.E. 2.0 et la Saint Valentin approchait à grands pas. Les recherches qu’il avait entreprises sur cette société s’étaient avérées infructueuses. Heureusement, il n’avait rien déboursé.

14 février 21 h 34

La sonnerie de l’interphone sortit Max de sa rêverie. Il n’avait pas très bien dormi ces derniers jours. La soirée d’inauguration ne se goupillait pas comme il voulait et il enchainait les heures de travail. Un livreur avec un fort accent d’Europe de l’Est marmonnait à l’autre bout du fil, il ne comprenait qu’un mot sur deux, mais avait décidé de le faire monter. Il entrebâilla la porte le temps d’aller chercher un pourboire à lui donner. Lorsqu’il était revenu, il avait déposé le colis dans l’entrée et était reparti.

La boite devait mesurer pas loin des deux mètres. Sur l’étiquette, ses coordonnées étaient bien renseignées. Il ouvrit avec précaution. Ses muscles s’étaient tendus en découvrant ce qu’elle contenait. La stupeur passée, il s’approcha, tendit une main tremblante. Au dernier moment, il retient son geste. Devant lui se tenait un androïde ressemblant trait pour trait à son ex. Il ne l’avait pas revu depuis le jour où il l’avait quitté. Une larme roula sur sa joue.

— Je ne sais pas ce qu’il m’a pris ni pourquoi j’ai rentré ton nom dans ce logiciel. J’ai tant souffert. Mon cœur s’est brisé en pluie d’étoiles quand je t’ai retrouvé dans les bras de cet homme. Je n’ai pas eu la force de te regarder, de te parler, j’ai préféré partir. Tu n’as rien fait non plus pour me retenir. Nous étions jeunes, insouciants et inconscients. Plutôt que de me venger, je me suis jeté corps et âme dans le travail. Aujourd’hui, j’ai une renommée, de l’argent, mais il me manque une chose que tout ça ne peut pas acheter... l’amour... et je n’aime pas l’amour, je le hais, tout autant que je te hais ! Si je pouvais, je te pèterais ta petite gueule de beau gosse, ta gueule de con ! Je pensais que créer ton clone me permettrait d’avancer et de t’oublier. Mais quand je me suis retrouvé face à toi, j’ai senti mon cœur battre pour la première fois depuis six ans. J’ai ressenti l’amour, cette drogue qui coulait dans mes veines autrefois... Je te hais, je te... hais. Je... t... aime.

Il se détourna un instant, étouffa un sanglot.

— Et moi, je n’ai cessé de penser à toi. Quand tu m’as quitté ce matin, mon monde s’est effondré. Je n’arrivais plus à respirer, parler où même à penser. Tout ce que je faisais, c’était pour toi, en me disant que tu reviendrais. Je t’ai attendu en vain. J’ai suivi dans l’ombre ton ascension, je me réjouissais de tes réussites. J’en étais fier.

Max s’était retourné, il n’en croyait pas ses yeux. Enzo était vraiment face à lui.

— Je suis désolé de t’avoir fait si mal, pas un jour n’est passé sans que je regrette mes actes. Je ne savais pas comment te récupérer. J’ai pensé à mille façons, mais... Je suis trop con ! Pardonne-moi Max.

Il se jeta à ses pieds en pleurs.

— Lève-toi et pars ! Je ne veux plus te voir. Sa voix chevrota, il devait tenir et être fort.

Enzo se leva, et s’apprêtait à partir.

— Je croyais que tu m’aimais et que tu voulais me récupérer !

— C’est vrai, je t’aime et je ferais n’importe quoi pour ça, j’ai passé des nuits dans le froid à t’observer à travers la fenêtre de ton bureau. Je me suis mis à courir dans le parc juste pour te suivre. Je t’aime Max, demande-moi n’importe quoi et je le ferais... pour toi.

A l’aube, alors que le ciel se teintait de rose, au second étage du 7 de la rue des espérances deux corps endormis sur le canapé de la salle d’attente laissaient présager un bel avenir aux deux amants. Les doigts de leurs mains enlaçaient, un sourire dessinait sur leurs lèvres.

PRIX

Image de 2018

Thèmes

Image de Très très court
68

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Chantal Noel
Chantal Noel · il y a
Donc les histoires d'amour peuvent finir bien! Un texte bien sympathique.
·
Image de Jfjs
Jfjs · il y a
Comment ce n'était pas une androïde ? Mais pour sûr, il a gagné bien plus !
·
Image de Cédric Clavé
Cédric Clavé · il y a
Le doute plane toujours :)
Chacun y voit ce qu'il veut :)

·
Image de Yasmina Sénane
Yasmina Sénane · il y a
La fin de votre texte que j'ai apprécié rejoint le mien :
"Entre les persiennes" en lice pour ce prix vous séduira-t-il ?

·
Image de Françoise Grand'Homme
Françoise Grand'Homme · il y a
Une fin de conte de fées.
·
Image de Alixone
Alixone · il y a
Comme Loup, j'aime bien les histoires qui finissent bien (contrairement aux Rita Mitsouko pour qui les histoires d'amour finissent mal en général)
Je vote avec enthousiasme (+4)

·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
j'aime bien quand ça finit bien...
·
Image de Marie-noëlle Foirien
Marie-noëlle Foirien · il y a
Belle histoire. Tu as mon soutien.
·
Image de Sabrina Guerreiro
Sabrina Guerreiro · il y a
Oui très belle histoire qui finit bien!!!!
·
Image de Roselyne Cros
Roselyne Cros · il y a
belle fin !
·
Image de Christian Guillerme
Christian Guillerme · il y a
Bien joué Cédric ! Mesvoix !!!
·