L'incompris

il y a
3 min
46
lectures
9

Je suis né au Québec il y a très, très longtemps. Après des études en navigation et dix ans de bourlingue sur des navires marchands de diverses nationalités, j’ai succombé à un violent coup  [+]

 - Elle est froide! Tu aimes ça, toi, la soupe aux choux froide?
 - Je suis désolée mon chéri, tu étais absorbé, tu l’as laissé refroidir. Je vais te la réchauffer.

C’est ça, c’est ma faute maintenant ! Toujours ces excuses. Bon, où en étais-je... Ah oui,
"Tout en elle, jusqu’à ses doigts fins sur la tasse,... "
Tiens, justement, il est où mon café ? Mais qu’est-ce qu’elle fait ?
"... jusqu’à ses doigts fins sur la tasse, euh... exhale la tendresse du don..."
Hmm, exhaler de la tendresse, ça se peut ça ? Transpirer, alors ? Pourquoi pas suer, non, je débloque, là... Mais qu’est-ce qu’elle attend pour m’apporter mon café ?

 - Tiens chéri, elle est bien chaude maintenant...
 - Hein ? Encore cette soupe ! Mais non, je t’ai dit, je n’ai plus faim.
 - Mais... tu n’as rien dit, mon chéri.
 - Tu ne m’écoutes pas. Tu ne me comprends pas, de toute façon. J’ai besoin qu’on me comprenne dans cette maison, qu’on respecte mon travail ! J’ai besoin de me concentrer, là. Apporte-moi le café.
 - Mais... Bon, excuse-moi, je te l’apporte.

Pas moyen d’être tranquille une minute. Comment est-ce que je peux y arriver, moi ? Une porte acoustique ? Ça doit couter une fortune ces trucs-là. Et puis de toute façon, le son passe par les murs ici. On ne va quand même pas déménager, on ne trouverait jamais rien de mieux à ce prix-là. Et puis pourquoi gaspiller tout cet argent ? Non, il suffirait que ma famille me soutienne, c’est moi qui les nourrit, après tout, est-ce trop demander ?
"... exhale(/respire/dégage) la tendresse du don... "
Du don... de soi ? Non, du don tout court ; point. C’est mieux. C’est pas le top, mais c’est mieux. Bon, du-don, dudondudondudon... ouais, et ensuite ?... Mais c’est quoi encore ce pleurnichage ?

 - Qu’est-ce qu’il a ce môme, qu’est-ce que tu lui fais ? Je peux pas travailler moi, avec ce boucan !
- Désolée mon chéri, ce sont ses dents. Peut-être devrait-on voir un dentiste ?
- Qu’est-ce que tu racontes, un dentiste ? C’est nouveau ça ? Depuis quand tu veux emmener nos bébés chez le dentiste ? Un bébé chez le dentiste, quelle idée ! Pourquoi pas chez le coiffeur ? Tu sais combien il coute le dentiste ?
 - Je vais t’installer sur le balcon, il fait beau, il n’y a pas de vent, tu vas être plus tranquille.

...

Ouais, c’est pas mal le balcon, j’aurais dû y penser avant. Enfin, c’est pas le top, mais c’est mieux. Ça va me changer. Encore que c’est un peu sombre. Et puis vaut mieux pas regarder en bas tous ces tordus qui ne foutent rien ; quel quartier de losers...
Bon alors, ce don, maintenant, qu’est-ce que je fais avec ? La tendresse du don... don... dindon... ducon... Non, c’est foutu, là, j’ai perdu le fil. C’est délicat l’inspiration, ça brise d’un rien. C’est pas cette pauvre petite qui pourrait comprendre ça... Heureusement qu’il y a Sophie. C’est vrai qu’elle est pas plus futée, Sophie, mais quel cul ! Tiens, je me demande ce qu’elle fait en ce moment, la Sophie.

 - Chéri, excuse-moi de te déranger, je suis désolée, mais il me faudrait un peu d’argent pour...
- Encore de l’argent ? Et encore désolée !? Pourquoi tu es toujours désolée comme ça ? Tu t’es déjà posée cette question ? Tu devrais ! Et puis tiens, au lieu de me harceler tout le temps avec tes histoires, cette ampoule, là, ça fait longtemps que je te le dis, elle n’est pas assez forte, j’y vois rien.
 - Tu sais que je ne peux pas monter sur une chaise, ça ne se contrôle pas, le vertige. En plus comme ça, juste au-dessus de la rampe...
- Bon, ça va, ça va, je dois tout faire moi-même, comme toujours. Amène-moi le tabouret, là, dans le coin. Tu peux au moins me tenir les jambes, hein ? Tiens-moi bien.

...

Agence Reuters, 12 mai : Le monde littéraire est en deuil suite à la mort accidentelle de Laurent Lebrun hier en début de soirée. Le célèbre écrivain a fait une chute de son balcon alors que, monté sur un tabouret près de la rampe, il s’affairait à quelque réparation. Détail cruel, son épouse, de l’intérieur, l’a vu basculer dans le vide comme elle se retournait brusquement en entendant son cri. « Une image qui me poursuivra pour le reste de ma vie », aurait-elle confié, en pleurs, aux gendarmes.
Saluée par la critique et les mouvements féministes à travers le monde, l’œuvre de Laurent Lebrun est admirée en particulier pour la finesse des observations, démontrant une profonde connaissance de l’âme féminine, fruit d’une touchante complicité et d’une sensibilité à fleur de peau [...] Il avait obtenu le prix Tillaut pour « Grâce à elles », un réquisitoire sur la contribution des femmes à [...] Son dernier roman, « Un monde en douceur », avait également attiré les critiques les plus élogieuses pour la tendresse avec laquelle [...] Malgré sa notoriété et ses formidables succès de librairie, LL répugnait à toute ostentation, et n‘avait jamais quitté cet appartement du quartier modeste de son enfance qu’il affectionnait. Il avait besoin, expliquait-il, de continuer à « vivre près des gens », au milieu de « ceux qu’il aimait et qui lui donnaient son inspiration ».
Les femmes perdent un de leurs défenseurs les plus sensibles et dévoués. Il laisse dans le deuil son épouse éplorée et ses 7 enfants, ainsi qu’un nombre incalculable d’admirateurs et d’amis.

9
9

Un petit mot pour l'auteur ? 7 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de J.M. Raynaud
J.M. Raynaud · il y a
j'ai bien aimé que vous vous mettiez en scène !
Image de Guy Bellinger
Guy Bellinger · il y a
Féministe sur papier, fumiste qui n'a pas pied dans la réalité, ce Laurent Lebrun gagnait à ne pas être connu. Très drôle.
Image de Shinji11 S
Shinji11 S · il y a
un peu tard, mais j'apprécie beaucoup de récit, avec un style très fluide qui permet de lire sans s'arrêter. très agréable de s'y plonger...
ce personnage est odieux et je me demande si après tout, ce ne serait pas sa femme qui l'aurait poussé... allez savoir...
belle journée !

Image de Mhebert
Mhebert · il y a
Oui, il avait ses petits défauts, le pauvre homme. Et je soupçonne aussi sa femme...
Image de Miss Free
Miss Free · il y a
Entre le portrait médiatique et la réalité, il y a un fossé. Un très bon moment de lecture.
Image de Mhebert
Mhebert · il y a
Désolé, je ne pouvais pas savoir... (La passion de la vérité a toujours fait faire des betises)
Image de Emma A
Emma A · il y a
Aïe, mais j'étais fan moi ! C'est pas sympa du tout de raconter l'envers du décor !