2
min

L'Horizon

Image de Skelton

Skelton

36 lectures

3

Ce matin, comme tous les matins de la semaine, je suis partit travaillé. Mais lorsque je suis arrivé au bureau il n’y avait plus aucun meuble. Je suis resté figé sans comprendre ce qui se passait. Est-ce qu’ils avaient déménagés sans me mettre au courant ?
J’allais appeler quand mon patron Mr. Lefebvre fit son apparition. Il venait de son bureau, qui avait sans doute aussi été vidé. Il me regarda gravement et dit,
- Nicolas, L’Horizon n’existe plus ! Vous pouvez rentrer chez vous à présent.
- Comment ça... Mais qu’est-ce que ça signifie ?
- Que vous êtes viré.
- Pardon ? Mais qu’est-ce que j’ai fait ?
Il soupira puis dit,
- Rien ! Mais les actionnaires ont décidé de racheter la société !
- Mais ils n’ont aucun droit !
- Il faut croire que si...
Je n’y croyais pas, c’était une blague. Puis je me souvins que c’était le premier avril, je l’avais oublié. Je ris alors et je regardai Mr. Lefebvre et lui dit,
- Vous m’avez fait peur ! Vous êtes un sacré farceur !
Je m’attendais à ce qu’il craque et qu’il avoue tout, mais il me regardait gravement et je vis de la tristesse dans son regard
- Non Nicolas, ce n’est pas une plaisanterie.
- Ce n’est pas un poisson ?
- J’ai bien peur que non...
- Mais si, avouez !
- Nicolas, je crois que je vous aie tout dis, au revoir !
À ce moment je compris que ce n’était pas une blague, j’allais me retrouver au chômage, qu’est-ce que j’allais dire à ma femme et à mes enfants. Eux qui comptaient sur moi, qui ont toujours cru en moi. Je ne pouvais pas leur dire ça aujourd’hui, ils ne me croiraient pas, mais ils finiraient bien par l’apprendre, et qu’est-ce que j’allais leur dire ? Que l’Horizon a été racheté par une bande de profiteurs. D’ailleurs je ne savais même pas qui c’était, je ne savais rien, je ne comprenais pas.
Je jetai un dernier regard désespéré à mon patron en espérant qu’il me dise que c’était une blague. Mais il ne dit rien, il me regardait toujours aussi gravement. Puis il finit par dire,
- Je suis navré. Ce n’est pas comme ça que ça aurait dû se passer, mais ma fois la vie en a décidé autrement. Il faudra s’y faire, c’est comme ça, ce sera dur pour nous tous.
- Je comprends...
Puis il eut un petit sourire.
- La vie est absurde parfois, mais j’essaie de me convaincre que c’est pour ça qu’elle est si belle.
Je me contentai d’acquiescer
- Bien ! Dans ce cas, je vous dis bonne chance ! Ne perdez pas espoir, durant quinze ans que vous avez travaillé à l’Horizon, vous avez été un excellent employé, et un collègue formidable.
J’étais tout ému. Il ne me l’avait jamais dit. Il était toujours sérieux et grave et jamais je n’avais osé lui demander un retour sur mon travail. Mais à présent tout allait changer pour moi, et il fallait que je l’accepte tant bien que mal.
Alors nous nous serrâmes la main, d’une poignée bien ferme, comme de vieux collègues.
Je m’apprêtais à partir quand son portable sonna, il décrocha
- Oui Allô ! Pardon ? Où ça ?!
Il raccrocha et mis la main dans la poche droite de sa veste, puis il en sortit un poisson orange cousu à la main. Dessus il était écrit : « Je vous aie eu, Poisson d’Avril ! »



C’était franchement moyen...

3

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Nastasia B
Nastasia B · il y a
:-) Très fort !
·
Image de MissFree
MissFree · il y a
surprise par la chute! Bravo!
·
Image de Envoldemots
Envoldemots · il y a
Ahahah mais quelle chute! J'ai adoré vous lire, découvrir cet TTC avec joie ! Merci pour ce moment
·
Image de Skelton
Skelton · il y a
Merci beaucoup Envoldemots, votre commentaire me va droit au cœur.
Je suis content que vous ayez aimé.

·