L'enfer est pavé...

il y a
3 min
68
lectures
14
Qualifié

Dévoreuse de livres, buveuse d'encre, vampire de bibliothèque, à mon tour à présent de vous mitonner (mythoner ?) de bons ragouts d'histoires  [+]

Image de 2016
Image de Très très courts
Florent Milesma en avait franchement marre. Il essayait de résister au mieux à l’envie de se taper la tête contre l‘arbre le plus proche, ce qui n’arrangerait en rien le début de migraine qui commençait à se loger derrière ses yeux. Pas qu’il comprenne comment d’ailleurs, il était possible d’avoir mal à la tête quand on n’avait même plus de corps. La situation était franchement ironique, devrait il appeler ça une douleur fantôme ou une douleur de fantôme ? Il soupira et se tourna vers son « guide » qui tenait une sorte de carte gigantesque et la regardait d’un air perplexe. Ils étaient totalement perdus et apparemment cela n’allait pas s’arranger de sitôt.
Sa journée, décidément la pire de ses quelques 32 années d’existences, avait bien sûr débuté avec un réveil en panne, le stress d’être en retard et la frustration de ne pas trouver ses lunettes. Il avait des chaussettes dépareillées, était totalement décoiffé, mal rasé et son bus approchait déjà quand il sortit de son appartement. Piquant un sprint, ordinateur dans une main et tartine dans l’autre, il entreprit de traverser la rue à toute vitesse, priant pour que son bus reste à l’arrêt une minute de plus. Mais non, pas de chance, son unique moyen de transport lui passa sous le nez. Ralentissant et jurant en essayant de retrouver son souffle, il ne vit pas à temps la voiture qui fonçait à toute allure dans l’autre sens. Il blâmait ses lunettes qui avaient décidé de se cacher ce jour-là et l’empêchaient de voir plus loin que le bout de son nez. En revanche il entendit parfaitement l’horrible bruit des os qui se brisent et de la chair qui se déchire. Pas que ça ait duré longtemps, il lui suffit de rebondir une fois sur l’asphalte pour se retrouver à flotter au-dessus de son cadavre, dieu merci il ne pouvait pas vomir dans cet état, totalement déboussolé. C’est à ce moment que l’autre arriva, l’air plutôt paniqué. Blond forcément, de grands yeux violets, tunique blanche et pieds nus. Ah et des ailes. Avait-il mentionné que l’entité en face de lui possédait une paire de larges ailes froufroutantes dans le dos ? On n’aurait pas pu faire un ange plus stéréotypé, vraiment. Mattiméo, première fois qu’il entendait un nom pareil, après s’être excusé avec profusion parce qu’il était son ange gardien et qu’il aurait dû mieux le protéger, lui expliqua que son devoir était maintenant de le conduire au ciel, où il serait jugé. Le fait que ce soit son premier travail ne rassura pas du tout Florent (compréhensible vu l’état dans lequel il s’était trouvé alors que l’autre était censé le protéger). Murmurant quelques mots, son ange ouvrit un portail avant de le saisir par le bras et le tirer à l’intérieur. Une odeur de soufre, de sueur, de mort et... de cupcakes sortant du four ?l’assaillit immédiatement.
C’est ainsi qu’il se retrouva tout d’abord en face d’un fleuve noir plein d’objets divers, à côté d’un embarcadère. Un homme en costume sombre l’air énervé les aborda, grommelant à propos de déjeuner interrompu, de planning chamboulé, de besoin de vacances et d’imbéciles d’anges incapables de rester à leur place.
« Eh l’homme-pigeon ! Vous n’avez rien à faire ici ! On est chez les grecs. Partez avant que j’appelle Maitre Hadès. » les interpella-il, en secouant le poing dans leur direction, un gâteau dans l’autre main.
« P-pardon Mr ? »
« Charon »
« Mr Charon, nous ne voulions en aucun cas vous déranger. J’ai du me tromper en récitant ma formule... »trembla son guide.
« Dégagez, et que je ne vous revoie plus ! ». Sur ce, le passeur monta dans sa barque avec une dizaine d’esprits et disparut dans la brume.
Un portail plus tard, trois escaliers et au moins une dizaine de couloirs sombres, ils étaient au beau milieu de nulle part, nez à nez avec un mammouth qui leur passa à travers.
« Oups. Mais ne t’inquiète pas, je vais y arriver ! ». Il était plus joyeux maintenant et essaya de le rassurer. Bizarrement, après les deux premiers essais cela ne marchait pas.
De nombreux mondes plus tard et les voilà au milieu de cette forêt inconnue.
Ils avaient rencontré des Valkyries, Osiris, Pluton, fui devant une divinité Inca sanguinaire qui n’appréciait pas qu’on le réveille, parlé avec des elfes, le père noël, des dragons, un vieil ermite barbu dans une cave et même un pays personnifié qui se baladait en plein Londres.
Certains avaient essayé de les aider sans succès, d’autres les avaient chassés sans cérémonie.
S’approchant de Mattiméo (qui tenait sa carte à l’envers apparemment), il essaya de trouver des mots pour consoler l’être de lumière qui avait grand peine à retenir ses larmes. Soudain, il y eu une sorte de flash et un autre ange apparut, l’air inquiet. Son gardien se jeta dans ses bras en s’excusant, pleurant dans la toge du nouvel arrivant.
« Je suis désolé, je suis désolé ! Je vais travailler plus dur, ne me renvoyez pas Monsieur Raphaël ! »
L’archange, qui avait l’air un peu étonné par le petit ange tremblant dans ses bras entreprit de le rassurer avant de les transporter tous les trois dans un grand hall de marbre. Il indiqua une file à Florent, qui était resté silencieux, et ce dernier s’y rangea sans faire plus d’histoire, espérant ne plus avoir à voyager. Si après tout ça il ne méritait pas le paradis, il ne savait pas ce qu’il fallait !
14

Un petit mot pour l'auteur ? 7 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
J'aime le surnaturel dans les histoires courtes. La vôtre est très poétique et ne manque pas d'humour. Je vote et vous souhaite bonne chance.
Image de Ellyne
Ellyne · il y a
C'est très original et drôle en plus! Bravo^^ et +1 ;)
Image de Patricia Burny-Deleau
Patricia Burny-Deleau · il y a
C'est excellent, inventif, drôle, bien écrit ! Bravo !
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Une belle histoire avec de l'humour! Bravo! Mon vote!
Mes deux œuvres, BAL POPULAIRE et ÉTÉ EN FLAMMES , sont en lice
pour le Grand Prix Été 2016. Je vous invite à venir les soutenir si le cœur
vous en dit, merci! http://short-edition.com/oeuvre/poetik/bal-populaire
http://short-edition.com/oeuvre/poetik/ete-en-flammes

Image de Br'rn
Br'rn · il y a
Très drôle malgré la tragique supposé de la situation... :))
Image de Oceane Caraes
Oceane Caraes · il y a
J'ai ri alors moi je dis que ça vaut bien un petit vote! :D +1
Image de Eric Vain
Eric Vain · il y a
Alors, l'idée de départ pour ce texte est très intéressante (perso, ça ma rappelé Area 51 avec tout ce monde mythique) mais mal exploité en fin de compte. On dirait plus un fouillis au travers des lignes, citant, sans développer, ce qui est aussi, je pense, dû au format du concours. Mais, et je le redis, l'idée de départ est très bien vu, fallait y penser, bravo!