L’enfant d'un peuple maudit

il y a
3 min
552
lectures
75
Qualifié

Vous êtes les bienvenus sur ma page ! L’hiver 21 arrive avec « Le vert de trop », « Retour de guerre » « Huit en ballade », « Mes anges couturières », « Fin de siècle à  [+]

Image de Été 2020

Jean se leva avec le jour et prit le chemin de l’église de Monein en construction.

Il y travaillait à la charpente en double coque de navire renversée, et plus la tâche avançait, plus il était fier de participer à l’édification de ce chef-d’œuvre.

Y prendre part était en même temps sa joie et sa malédiction, la récompense de sa vaillance et le signe de sa condition irrémédiable d’exclu.

Les mille chênes de ces deux vaisseaux formaient aussi bien sa planche de salut qu’un triste rappel des gibets que fabriquaient ses frères.

Les mœurs pyrénéennes du seizième siècle débutant ne lui faisaient aucun cadeau.
Charpentier il était, charpentier il resterait, sa naissance en avait décidé ainsi.

Quand il levait les yeux vers l’extraordinaire charpente qu’il avait assemblée avec ses compagnons, cette double carène le ramenait à son état de pestiféré, abandonné d’un Dieu auquel il croyait pourtant avec ferveur.

On lui donnait ici le nom de Crestian, qui aux yeux des Béarnais, remplaçait le patronyme qu’il n’avait pas le droit de porter. Crestian, le chrétien, un nom attribué avec condescendance à ses congénères, car on n’aurait osé leur refuser, malgré le rejet qu’ils subissaient, le titre d’enfants de Dieu.

La veille, Jean avait pu parler à Anaïs, la fille du riche marchand de toile.
Il éprouvait de tendres sentiments pour cette jolie brunette de vingt ans. Elle n’y était pas insensible.

Mais leur amour était sans avenir, il le savait. Anaïs le savait aussi, ses parents s’opposeraient fermement à leur union et les deux jeunes gens préféraient ne pas y penser : sur eux pesait l’interdit.

Jean appartenait à un peuple maudit. Depuis qu’il était en âge de quitter les robes de sa mère, de s’aventurer seul dans la rue, puis d’apprendre un métier, il entendait sur son passage rires et quolibets.

« Montre-nous tes oreilles. Les loups n’ont pas bouffé tes lobes ?
Fais-nous donc voir tes ongles en colimaçon. »

« Eh va donc, chien de Goth, ladre, Wisigoth, Juif, Sarrasin ! »
Les mots doux variaient selon l’humeur et le temps qu’il faisait.
Jean n’y prêtait même plus d’attention.

D’autres fois, les gens s’écartaient sur son passage, l’évitaient soigneusement et se gardaient de lui parler.

Ceux qui le voyaient pour la première fois ne pouvaient se tromper sur lui : il portait, cousue sur l’épaule de son vêtement, la patte d’oie en toile rouge qui désignait son appartenance.

Jean avait vingt-cinq ans et une solide compétence dans son métier.
Grâce à son habileté et sa force, il n’avait pas eu une vie si dure jusqu’à présent, pour un proscrit.

À Monein, on savait bien à quel genre de famille il appartenait et pourquoi on le tenait à l’écart de la ville, dans une cahute enfumée.
Et pourtant on ne lui jetait pas de pierres comme on le faisait à de plus malchanceux, de plus maudits que lui.

Les habitants ne se seraient pas risqués à le blesser plus qu’en paroles, car il faisait œuvre utile, construisait une merveille jamais vue jusqu’alors.

Pourtant les siens ne pouvaient pas dire qu’Henri d’Albret, vicomte de Béarn et roi de Navarre, leur facilitât la vie, refusant d’adoucir leur sort, de lever l’injuste ostracisme séculaire.

C’est ainsi qu’Anaïs, la douce fille du drapier, était l’une des seules à ne pas faire un détour quand elle le voyait le dimanche.
La seule à l’avoir regardé sans baisser les yeux.
Car contrairement à ce que l’on colportait sur son engeance, Jean n’était ni difforme, ni chétif.

Comment aurait-il pu exercer le dur métier de charpentier si Dieu l’avait fait de constitution fragile ?
Il avait fière allure, plutôt plus grand que la plupart de ses contemporains, portait une abondante chevelure brune et non les cheveux clairsemés que l’on prêtait à ses semblables, et possédait des traits réguliers, bien dessinés, un front haut surmontant des yeux clairs.

Et pourtant Anaïs savait que l’on disait les siens malades et puants.
Elle savait d’où venaient les règles absurdes qui dictaient le cours de leur vie.

Car, bien qu’ils fussent en bonne santé, il se prétendait, depuis des générations, qu’ils étaient des descendants de lépreux.

Et comme tels, ils ne pouvaient que travailler le bois, réputé pour ne pas transmettre la lèpre.

Jean, au moins, avait échappé au métier de fossoyeur, de fabricant de cercueils, de potences et d’instruments de torture, tous ces métiers de la mort que les gens de son espèce étaient bien obligés de pratiquer pour vivre.
Ses compétences de charpentier étaient indispensables, plus que jamais, dans cette ville.

Mais il trouvait de plus en plus dur d’être toujours à part, interdit de foires, de fêtes, de processions.

Condamné à entrer à l’église par une petite porte latérale qui l’obligeait à se baisser.
À se signer à son propre bénitier, à recevoir l’hostie après tous les autres, sur une planchette tenue à bout de bras par le curé.
Condamné à voir ce même curé baptiser ses sœurs nuitamment, et à enterrer ses morts dans un cimetière réservé.

Hier, il avait parlé à Anaïs et son père les avait surpris. Ils étaient un peu trop proches l’un de l’autre, pour son goût.

Anaïs fut menacée du couvent. Un fiancé lui fut promptement trouvé, le fils d’un riche client de son père.

Encore heureux, se dit l’homme, que je sois intervenu à temps, pour éviter le déshonneur de voir ma fille au bras d’un Cagot.

« Ne t’avise pas de revoir Anaïs, dit-il à Jean, et joignit à sa parole un avertissement solennel sous forme de bastonnade.
Disparais de ma vue, je ne veux pas d’un sale Cagot chez moi. »

La charpente et sa double carène se passeraient de lui.

Loin, au Nord, dans le pays de France, le roi François avait besoin de bras pour édifier ses châteaux.

Là, sur les bords de la Loire, on faisait fi de ces stupides superstitions, on l’accueillerait, lui, le Béarnais issu d’un peuple maudit.

Loin de sa contrée inhospitalière, il verrait sa valeur reconnue et goûterait enfin à la liberté.

Car de tous les Maîtres-Charpentiers, les Cagots étaient les meilleurs, et lui, Jean, allait le prouver.

75

Un petit mot pour l'auteur ? 120 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Tess Benedict
Tess Benedict · il y a
Très intéressant, cela m'a obligée à faire une recherche car je connaissais le mot cagot, mais pas son histoire. Vous auriez pu en dire plus dans votre texte, qui suggère sans expliquer. A moins de savoir, on est un peu laissé sur la touche.
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Merci Tess pour votre lecture et votre commentaire. J’ai choisi volontairement le ttc et de ne dévoiler le mot cagot qu’à la fin. De toute façon mon texte n’ayant pas été finaliste du jury c’est qu’il n’était pas assez bon, je n’ai aucun souci avec ça, et je regrette juste les lectures qu’apporte automatiquement une sélection en finale du jury.
J’apprécie beaucoup le nouveau règlement.
J’ai moins de textes finalistes car j’avais plutôt l’habitude d’être finaliste du Public (et très rarement lauréate, jamais du public jusqu’à présent)
Mais là sur 5 textes j’en ai un « survivant » qui est bien placé pour un podium (il y a trois lauréats du Public, trois du jury)
Bon, on verra bien si ça « tient le coup » jusqu’au bout... je ne peux que croiser les doigts.
Concernant les cagots il s’agit de ma région et ce sujet me tenait à cœur, J’apprécie les lectures qui viennent après la compétition, aussi.

Image de Tess Benedict
Tess Benedict · il y a
Sincèrement, j'aurais aimé en lire plus longuement sur les cagots, étant aussi attachée au Béarn et aux Pyrénées. Quant aux Prix, j'ai compris, sans mauvais jeu de mots, qu'il vaut mieux y accorder une importance mineure, même si ça fait plaisir d'être "distingué". Ce sont les ( vrais) commentaires des (vrais) lecteurs qui m'aident à progresser et à voir mes écrits d'un autre oeil.
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Voici un premier titre de livre sur les mystères des Cagots, je n’ai pas voulu mettre un lien de site commercial. J’ai lu au fil des années des livres, des articles, le plus difficile est de ne pas faire trop long.
https://criminocorpus.hypotheses.org/86006
En ce qui concerne mes commentaires, on me dit souvent qu’ils ont trop longs, mais combien de textes ai-je lus sans les commenter, ils sont nombreux car je ne commente que ceux que j’apprécie. Ça en fait un paquet qui sont en compétition et échappent à mes commentaires...
Bien que vous n’aimiez pas trop les prix, vous en êtes partie prenante dès le moment où vous concourez, et personnellement vos textes sont une belle découverte, cela dit vous avez les cartes en main et je ne vous ai pas lue par demande de retour d’ascenseur, vous êtes libre de me lire ou pas en finale.

Image de Tess Benedict
Tess Benedict · il y a
En fait, je n'avais pas lu tous les poèmes. Oubli réparé.
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Merci beaucoup Tess pour votre passage par la place de la Concorde et ses animaux en liberté !
J’apprécie beaucoup votre soutien.

Image de Tess Benedict
Tess Benedict · il y a
Merci Fred, j'ai lu tous les textes en finale et voté pour ceux que j'aimais. Je ne sais pas si j'aurai le temps de faire de même pour tous les prix, mais je donnerai la priorité aux personnes qui me suivent et que je suis.
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Très bien, Tess, une femme avertie en vaut deux, cela aurait été dommage que je ne lise pas votre réponse. Au plaisir de vous lire...
Image de Françoise Desvigne
Françoise Desvigne · il y a
Bravo Fred !
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Merci Françoise !
Image de André Page
André Page · il y a
Une très intéressante histoire, Frédérique oui je parlais parfois des cagots dans mes randonnées... :)
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Ces cagots qui me rappellent avec nostalgie les conférences de René (Descazeaux) et les Journées du livre.
Quand les retrouverons nous ces réunions autour de l’Histoire, grande ou petite, et de la littérature régionale ?
Difficile époque aussi pour la culture. Un grand merci André d’avoir apprécié cette histoire que j’avais lancée telle une bouteille à la mer sans être sûre de son accueil.

Image de Zouzou Zouzou
Zouzou Zouzou · il y a
merci Fred pour le ' cagot ' que je ne connaissais pas !
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Merci Zouzou d’avoir lu son histoire avec intérêt.
Image de Lili Caudéran
Lili Caudéran · il y a
Je ne connaissais pas ce pan de l'histoire béarnaise. Ton texte comme toujours très bien écrit m'a donné envie d'en savoir plus sur ces pauvres cagots. Bonne chance à toi.
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Merci Mamounette pour ton commentaire et ton intérêt pour ce pan d’Histoire à découvrir.
Belle soirée !

Image de JLK
JLK · il y a
Beau portrait, terribles préjugés...
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Merci JLK !
Image de Les Histoires de RAC
Les Histoires de RAC · il y a
J'ai bien aimé ces "Piliers de la mer" !
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Merci RAC pour votre appréciation !
Image de Julien1965
Julien1965 · il y a
Encore une fois, toute une atmosphère dans vos textes, et cette fois en lien avec les cagots. Je n'avais jamais entendu parlé d'eux. D'après ce que j'ai compris, leur mauvaise réputation serait liée à la peur de la lèpre...Encore une méchante maladie, décidément ! Merci à vous !
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Merci beaucoup Julien, oui cela faisait partie des raisons de ces préjugés. Je suis ravie que le texte vous ait plu.
Image de Rupello O
Rupello O · il y a
Dans l'imagination des humains pour s'exclure les uns des autres, je ne connaissais pas cette variante historique. Étonnant !
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Merci Rupello d’avoir apprécié votre lecture.
Image de Marcelle
Marcelle · il y a
Merci pour ton commentaire.Quand je vais en promenade, dans un petit chemin non loin de mon domicile, je ne manque jamais de m'arrêter devant les ruines d'une maison où vivaient autrefois des cagots, et je ressens toujours la même impression étrange, comme s'ils étaient toujours là, et je me sens bien autour de ce lieu
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Merci Marcelle d’être venue rendre visite à mon personnage qui bien sûr a dû te sembler familier car tu connais tout de ce passé. Je n’imaginais pas que tu avais trouvé près de chez toi des témoignages de son existence. Amitiés et un bel été !

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Au camp

Polly

Elle plaquait ses pieds dans la boue luisante. Flop, flop, flop. Les manches de l’anorak trop grand cachaient les mains et ses cheveux bruns flottaient sur les épaules. Flop, flop, flop. Les... [+]