L’article 31

il y a
4 min
36
lectures
9

Bristol Bazar & La Compagnie des ethnographes http://blandine.b1.free.f  [+]

Ledanois enfila son gilet jaune en maugréant. Comme s’il ne l’avait pas déjà fait, son mai 68. D’accord, il n’avait que huit petits mois à l’époque, mais quand même, il se souvenait parfaitement d’avoir ingurgité, en plus du lait maternel, un nombre inhabituel de bulletins d’informations, sans parler des promenades en kangourou avec papa qui piquait de drôles de sprints quand se radinaient les boîtes à sardines. Et il faudrait qu’il s’y recolle maintenant ?

- C’est plus de mon âge, ces trucs là. T’as qu’à envoyer Félix ou y aller toi-même.

Voilà ce qu’il lui avait répondu, au directeur.

- Personne d’autre sous la main. Félix n’est pas crédible, Raymond est infiltré chez son assureur et Louis est notoirement le secrétaire de Bond & Associés, ce qui le rend tout simplement impropre à ce genre de mission. Donc tu fais comme d’habitude, tu y vas incognito et tu ne me casses pas les pieds. Je veux savoir qui est ce Vobioc Meriolle, où il vit, qui il voit, ce qu’il fait chez les gilets etc. etc. – tu connais la chanson, je ne vais pas te refaire le topo à chaque fois. Le garçon s’est fait une réputation et ennuie suffisamment pour que les vrais hommes daignent faire appel à nos services, autant en profiter. Pour une fois c’est pas trop mal payé, alors du vent, et fissa. On est dans le rouge, ça nous remettra à flots.

Le détective se considéra un instant dans la glace de l’entrée, grimaça en tirant son gilet en arrière comme pour augmenter la surface de visibilité du pull qu’il portait en dessous, un tricoté main, cadeau de sa grand-mère à la Noël dernière – pas des plus réussis peut-être mais toujours mieux que ce machin fluo pour accidenté de la route. Rayon politique, il ne fallait pas trop lui en demander, à Ledanois. Son long chapelet de litanies l’accompagna de la rue d’Échignole à la rue du Faubourg Poissonnière, jusqu’à ce qu’il trouve un Vélib’, enfourche sa monture et laisse le vent de la course rendre son soliloque inaudible, ou presque : on entendait quand même ça et là quelques commentaires bien sentis sur ce Vobioc au pathétique pseudonyme et aux obscurs desseins.

Qu’est-ce qu’il visait, au juste, ce mariole de Meriolle ?

Sentant qu’il ne pourrait probablement pas échapper à sa destinée et infléchir la volonté de son patron adoré, Ledanois avait quand même glané les renseignements nécessaires à un début d’enquête. Le suspect se trouverait ce soir dans un quinquet du dix-huitième arrondissement pour une conférence où il avait l’intention d’exposer ses vues. On y parlerait de l’existence en général et des droits de l’homme en particulier, tout un programme. Il en bâillait d’avance.

Place de la République, il repéra rapidement le groupe de Meriolle de retour des champs et se coula en douceur sur ses franges, histoire d’habituer les aficionados à sa bobine, de se fondre naturellement dans le décor. Une fois la vesprée venue, personne ne s’étonnerait de le voir parmi les habitués pour boire les paroles du maître. Avec un peu de chance, il expédierait son apport en trois exemplaires dès le lendemain matin.

Le cortège se retrouva sur les lieux après un beau désordre de trottinettes et autres véhicules à deux ou trois roues. Ils étaient rares à avoir préféré le métropolitain.
Le tavernier avait poussé les tables pour faire de la place près du bar où une estrade hâtivement bricolée attendait les tribuns. Vobioc attaqua son introduction sans conducteur en faisant des tas de moulinets du bras droit, puis du gauche, puis des deux, avant de passer au grand 1 petit a, qui expliquait pourquoi il manquait quelque chose à la Déclaration universelle des droits de l'Homme, s’il vous plaît.
Dans la salle, on commença à s’agiter façon murmure, en commandant discrètement une deuxième tournée. Ledanois parcourait les lieux en fin limier, traquant le faciès délictueux et le projet mafieux. Pendant ce temps, l’orateur continuait à faire avancer son exposé. En guise de grand 2, l’animal avait déplié un papier qui, sans être tout à fait crasseux, n’en était visiblement pas à sa première presse. Du recyclé, commenta un jeune gars fluet à barbichette assis devant un picon-bière pression. Meriolle se racla la gorge. Ça devenait sérieux.
Silence s’il vous plaît !

Il lut.

Addendum à la Déclaration universelle des droits de l'Homme

Tout individu a le devoir de prendre conscience qu’il n’est pas le maître et seigneur de la planète Terre, mais son serviteur et protecteur. Il doit prendre soin des êtres, animaux et végétaux, placés sous sa dépendance, et veiller à un emploi raisonné et économe des ressources naturelles dont il fait usage de façon à ne pas altérer le bon équilibre de son écosystème. Dans cette optique, le progrès technique et scientifique devra être orienté vers le bien-être général, avec le souci des générations futures...
Du haut de ses caisses de Saint-Émilion, Meriolle avait visiblement perdu les pédales. Tout ça n’avait rien à voir avec la basse du pouvoir d’achat et les taxes sur les carburants. Dans la salle, on vit une main se lever poliment, puis une autre, puis encore une autre. Un brouhaha incompréhensible se passa de permission dans les régions voisines. Il fut question du cercle polaire, de la fonte des neiges, de l’article 25 de la Déclaration, et puis de quelques autres bricoles. Quelqu’un mit tout le monde d’accord en commandant une nouvelle tournée après avoir tonné haut et clair que tout ça n’allait pas l’empêcher d’exister. Au troisième round, on digressa encore un petit peu plus. La journée avait été longue.

Ledanois profita du charivari pour s’approcher du conférencier, décidé à surprendre le bonhomme en plein rafraîchissement. Il dut faire un brin de causette au périmètre rapproché, plus deux ou trois risettes au garde du corps. Journaliste, oui. Un dossier spécial. Sa carte de presse ? Il extirpa un chiffon de sa poche arrière, l’agita à hauteur d’œil avant de l'enfourner aussitôt dans d’inaccessibles profondeurs vestimentaires. Les deux hommes, tout en regard, soupesèrent un instant leurs forces. Ledanois n’avait pas envie de rentrer à l’Agence pour écrire son rapport. Primo le chauffage était en panne, secundo, il faisait nuit depuis longtemps. Il sortit son formulaire spécial.
Vobioc rendit les armes. Trois minutes plus tard environ, le révolutionnaire cochait les cases avec application.

- Je mets quoi à « Dangerosité » ?
- Zéro.
- Ça va pas les vexer ?
- Mais non.
- Et si je mettais 1 ?
- Nan. Pas le moment de faire du zèle.
- Et dans la zone « Famille politique », qu’est-ce que je mets ?
- Décroissant.
- M’enfin vous n’y pensez pas, je vais passer pour un jaune !
- Vous resterez dans la note. Cochez la case « Pour » à la question « Êtes-vous pour ou contre la baisse du pouvoir d’achat ». Itou pour la question sur la hausse des taxes sur le pétrole.
- Vous êtes sûr ?
- Certain. Il faut rester crédible.
9
9

Un petit mot pour l'auteur ? 10 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de De margotin
De margotin · il y a
Un très beau texte. J'aime
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Bonjour Bristol Bazard ! Je relis avec plaisir votre succulent TTC. Ce message aussi pour vous inviter à lire mon sonnet Roberto qui est en finale automne et de voter pour lui s'il vous a plu : https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/Roberto Bonne journée à vous.
Image de Bristol Bazar
Bristol Bazar · il y a
Merci RAC, c'est bon de se savoir compris.
Image de LES HISTOIRES DE RAC
LES HISTOIRES DE RAC · il y a
Très juste et en finesse ; merci pour ce retour aux sources à travers un sujet si vaste. Vous avez contourné les clichés avec élégance et votre texte fait réfléchir grâce à ses différents niveaux de lecture, compliments !
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Je veux rester crédible, je clique sur j'aime ! Bravo, Bristol Bazard, pour cette histoire sur des événements très actuels !
Je vous propose une nouvelle petite visite à mon sonnet "Spectacle nocturne : https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/spectacle-nocture
Bonne soirée à vous.

Image de Pascal Gos
Pascal Gos · il y a
un style tapant comme j'aime. Une histoire bien menée.. Je vote
Bristol , je vous invite à déguster mon hamburger de Noël en lice pour la finale du GP hivers 2019
https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/le-hamburger-de-noel-1

Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Une œuvre intéressante et prenante ! Une invitation à confirmer vos voix pour “Justice for All” et si le cœur vous en dit votre soutien pour “Le Vortex” . Merci d’avance !
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/justice-for-all
https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/le-vortex-1

Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Une belle production ! Très intéressante ! Bien bien aimé le fond comme la forme ! Bravoo ! J'adore !
Si l'envie vous prend je vous invite à découvrir mon oeuvre en compétition, catégorie des nouvelles, "Jeunes écritures".
https://short-edition.com/fr/auteur/assmoussa

Image de Chorouk Naim
Chorouk Naim · il y a
Bravo
Image de Laurence Bourgeois
Laurence Bourgeois · il y a
Merci Bristol ! Elle est top votre histoire de Ledanois (a ne pas confondre avec le danois ). Votre style est direct, c’est percutant, sans fioriture, comme j’aime...