2
min

L’APPEL (suite et fin) : LE RETOUR

Image de Pénélope

Pénélope

25 lectures

4

Plus aucun signal en provenance de l’île, mais maintenant l’appel vient de l’intérieur. Il doit y retourner. Sa rencontre le soir d’avant était trop troublante, trop irréelle, il doit essayer de revoir cet homme, découvrir qui il est, pourquoi il est sur cette île face aux « Chenets ». Les questions se bousculent dans son esprit. Cette fois, il emporte une couverture et des victuailles, un vague souvenir lui dit qu’elles pourraient être bienvenues. Ses coups de rames sont maintenant francs, virils et efficaces. Les craintes et hésitations de la première traversée ont disparu. Seul compte le but : l’homme. Qui est cet homme ?

Il se retrouve vite sur l’île. Il avance d’un pas ferme. Il n’a plus besoin de signal lumineux pour se diriger. Il sait où il va et pense retrouver cet endroit facilement. Mais, point de feu ce soir ! Il reste à peine quelques morceaux de bois calcinés qui peuvent provenir d’un feu plus ancien. Habitué à être traqué, l’homme a dû prendre la fuite en effaçant toutes ses traces. Encore une fois, curieusement, il est à peine surpris et pas vraiment déçu. Il ressent cette absence comme une fatalité peut-être nécessaire.

Il s’enroule dans la couverture et s’allonge, le regard tourné vers le ciel, à peu près là où l’homme devait se trouver. Les yeux mi-clos, il essaie de reconstituer ses traits : un visage creusé, mal rasé. Il réentend cette voix grave et ferme qui s’adressait à lui sans attendre de réponse. Il se souvient de ses paroles, de ses intonations. Une belle voix d’homme, telle qu’une voix d’homme devrait être, pense-t-il, une voix qui commande et rassure à la fois. Il revoit ses grandes mains noueuses qui mettaient les brindilles dans le feu tout en faisant des gestes pour accompagner ses propos. L’homme est plus présent que s’il était vraiment là. Les détails qui manquent sont suppléés par des suppositions, des déductions. Il en sort un portrait très vivant, très réaliste. La veille, il n’avait fait que regarder et écouter, subjugué par cette rencontre irréelle. Maintenant, il a le temps d’appréhender l’homme, de se le représenter et de le comprendre. Il se souvient de ces mots : « Choisis-la bien, ne prends pas une de ces enjôleuses belles à croquer mais qui font tourner la tête de tous les hommes qu’elles croisent jusqu’à rendre l’un d’eux fou à tuer. » En se remémorant cette phrase, il revoit ce regard dans la lueur du feu, à la fois dur et triste. Il se demande comment cela doit faire d’être fou d’une femme. Il réalise qu’il n’a jamais été amoureux. Il essaie d’imaginer cette femme dont il pourrait être fou, troublé de voir apparaître le visage de sa mère. Il prend conscience de sa grande beauté. Sa mère aurait-elle pu mener un homme à sa perte ? Sa mère ! « Tu f’rais bien de rentrer, ils vont s’inquiéter chez toi. » Sa mère va s’inquiéter !

Il remonte dans la barque. Le froid s’est accentué et une myriade d’étoiles illumine le ciel. L’aube sera belle. Lentement et paisiblement, il se dirige vers la clarté qui vient – il le sait – de la chambre de sa mère. Il ne voit plus « Les Chenets » comme une prison mais comme un cocon douillet. Les barreaux étaient dans sa tête. Il sourit à la pensée de Tante Agathe, se l’imagine comme une grosse perruche tapageuse dans ses tenues excentriques et démodées qu’elle trouve élégantes. Tante Agathe qui sait tout mais ne voit rien, persuadée qu’il n’y a rien de plus à voir que ce qu’elle voit, elle. Il en faudrait peu pour que son autorité s’effrite. Il sourit un peu moins en pensant à sa mère qu’il ne voit plus seulement comme une mère aimante et protectrice, victime d’une sœur dominatrice mais comme une jolie femme capable de bouleverser la vie d’un homme . A moins qu’un homme victime de son charme n’ait bouleversé sa vie à elle, la laissant seule avec un enfant, lui. Il plonge à nouveau le regard dans le ciel aux mille lueurs et rêve d’une autre femme qui l’attend quelque part, un jour, plus tard...

Thèmes

Image de Très très courts
4

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Hellogoodbye
Hellogoodbye · il y a
la fin en "?" laisse sur sa faim et à la fois ouvre aux possibles ; j'ai bien aimé votre récit, qui donne à l'adolescent l'occasion d'essayer et de relativiser
·
Image de Pénélope
Pénélope · il y a
Oui, le ? subsiste mais c'est déjà beaucoup d'être passé d'un vague espoir à la confiance en l'avenir même incertain.
·
Image de Hellogoodbye
Hellogoodbye · il y a
en effet
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Une superbe fin qui laisse tout de même durer un certain suspens. Bravo
·
Image de Anne Pampouille
Anne Pampouille · il y a
Du suspens, du rythme et une belle fin. Félicitations
·
Image de Pénélope
Pénélope · il y a
Quel thème shortedition va -t-il me proposer maintenant? Quelle œuvre proposer pour le Grand Prix d'été? Encore du travail en perspective.
·
Image de Flore
Flore · il y a
Trois TTC qui font une belle histoire, bravo. Un texte bien mené et la chute sur "les Chenets" donne un ton. Bravo.
·
Image de Pénélope
Pénélope · il y a
Vous êtes la première à avoir lu cette histoire jusqu'au bout. Je vous en remercie. Cela m'a donné l'occasion de vous connaître et de lire votre jolie poésie.
·