2
min

L'appel

Image de Pénélope

Pénélope

475 lectures

196

Qualifié

L’éclat d’une lueur vient à nouveau percer l’obscurité. Depuis quelque temps, à la même heure, cette lueur apparaît de l’autre côté du lac. Et ce sentiment de plus en plus net que ce rayon lumineux est un signal. Il habite cette grande maison avec sa mère et sa tante depuis dix ans peut-être. Une belle maison où il est malheureux. Tante Agathe règne en seigneur et maître sur la famille et sa mère obéit. Son père a disparu quand il était si jeune qu’il ne s’en souvient pas. Il s’applique à suivre les règles de la maison pour ne pas déplaire, surtout à sa mère. Mais il étouffe. Et depuis le début de l’hiver, il y a cette lueur qui apparaît à heure fixe quand son regard s’échappe par-delà la petite fenêtre de sa chambre. Il n’y a rien de l’autre côté du lac. Sa tante a une fois organisé un pique-nique familial. Aucune habitation. Juste un petit bois. Et pourtant il y a ce reflet lumineux, comme un éclairage derrière une lucarne. Si quelqu’un essayait de l’appeler, de lui dire quelque chose ?

De jour en jour, la vie continue aux « Chenets », la maison qui abrita jadis toute la famille. Les repas ont lieu à heures régulières, on se parle peu autour de la table. Il y a ce sentiment persistant qu’il manque quelque chose, ou quelqu’un, et cela lui coupe l’appétit, ce qui fâche tante Agathe. Si au moins il y avait ses cousins ! Mais ils sont grands maintenant. Ils ont quitté la maison et il se retrouve seul entre sa mère et sa tante. Le soir, sa mère écoute de la musique dans sa chambre et sa tante tricote au coin du feu. Il est encore trop jeune pour quitter cette maison comme ses cousins. Il attend. Il s’ennuie. Il a peu d’amis et il se réfugie dans la lecture. Et ça recommence, ce soir, alors qu’il allait s’évader dans de nouveau récits rocambolesques, il est attiré par cette lueur de plus en plus vive et, de façon de plus en plus nette, il y voit un appel.

Il grandit, il change. Ses muscles se sont développés, ses épaules se sont élargies. Il pourrait maintenant traverser le lac à la barque pour aller voir ce signal de plus près. Pas besoin de la voiture de tante Agathe pour aller de l’autre côté. Les jours passent, dans le secret. Il ne sait rien de son père. Dans cette maison, on susurre, on chuchote. On veut tellement tout effacer, tout simplifier qu’on y meure tout doucement. Si seulement il en savait un peu plus sur ce père disparu et inconnu ! Il n’a rien pour l’imaginer. Il n’y a que le rien, le manque, comblé par la présence envahissante de tante Agathe à qui l’on doit tant, d’après sa mère.

C’est dimanche, il a plu, l’ennui a été pire que les autres jours. Et la lueur est là ce soir, plus tentante que jamais. Si quelqu’un était là-bas, de l’autre côté et allait changer sa vie ! Bien sûr il n’a parlé à personne de cette lumière, surtout pas à sa mère ou sa tante. On le prendrait pour un fou. Il entend déjà leur réponse : « Il n’y a rien de l’autre côté. » Ce soir, la lueur est plus intense. Il sent monter en lui une force qu’il a rarement ressentie. Il se souvient de la barque amarrée un peu plus loin. Ce serait si simple d’aller voir. Son destin l’attend, il y découvrira la vérité que tante Agathe et sa mère ont toujours voulu lui cacher. Il ose ! Il descend jusqu’au portail dans l’obscurité. La barque est là. Il se retourne une dernière fois pour s’assurer qu’il n’y a personne pour lui demander une explication, une explication qu’il aurait du mal à donner. La lueur semble s’estomper, peut-être parce que là-bas, on sait qu’il a compris que le message a été reçu. Quelques coups de rames vers son but. Il sent ses muscles sous sa chemise. Il est fort. Il part. Il saura bientôt vers quoi. Adieu tante Agathe !

PRIX

Image de Printemps 2018
196

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Marie
Marie · il y a
Bravo pour votre texte que je découvre un peu tardivement, je vais veiller la suite avec impatience.
Si vous souhaitez découvrir l'un de mes textes https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/loin-des-yeux-loin-du-coeur

·
Image de Hellogoodbye
Hellogoodbye · il y a
une belle écriture et un art du suspense
·
Image de Kiki
Kiki · il y a
je découvre ce texte et vais m'empresser d'aller lire les suites. Merci à vous et je vous invite en échange à aller lire si ce n'est déjà fait le poème sur les cuves de sassenage. C'est ce qui fait la richesse de ce site, les échanges de lecture, les commentaires pour l'auteur. Merci d'avance et au plaisir de vous lire
·
Image de Popo92
Popo92 · il y a
Super nouvelle !
·
Image de Juju
Juju · il y a
J’ai beaucoup aimé ! Hâte de lire lire la suite !
·
Image de Simon
Simon · il y a
Géniale cette nouvelle! Pressé de lire les prochaines.
Rien de mieux qu’une bonne lecture et d’un bon jeu de dame chinoise pour passer du bon temps!

·
Image de Pénélope
Pénélope · il y a
Très touchée que vous ayez apprécié cette petite lecture et nos parties de dames!
·
Image de Antoine
Antoine · il y a
J'ai beaucoup aimé cette histoire !! Vivement un peu de temps pour lire la suite, je dois avant tout finir de réviser mon bac blanc !!
·
Image de Pénélope
Pénélope · il y a
Merci d'avoir prêté attention à cette histoire qui met en scène un adolescent en quête de son devenir.
·
Image de Patrick Peronne
Patrick Peronne · il y a
Intéressant... dommage que ce soit à épisodes (on se disperse trop sur SE). Bien écrite, votre histoire est très prenante. Mon vote
·
Image de Zouzou
Zouzou · il y a
...j'ai hâte de lire la suite ! mes 5 voix Pénélope
·
Image de Pénélope
Pénélope · il y a
N'hésitez pas: la 2ème et 3ème partie sont en ligne.
·
Image de Pénélope
Pénélope · il y a
http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/l-appel-2eme-partie-la-rencontre: N'hésitez pas! La dernière partie est en ligne aussi.
·
Image de Flore
Flore · il y a
J'ai aimé...je cours vers la suite: "La rencontre." Mes voix
Je vous propose un moment à la plage:http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/etes-passes . Je vous remercie. Bonne soirée.

·