L'angoisse de Julie ( Harcèlement )

il y a
2 min
205
lectures
40

Ce n'est pas moi qui écris ma vie. Non. C'est elle qui s'écrie  [+]

Le réveil sonne. Les yeux encore embués de rêves, Julie tente, en vain, d'éteindre le radio-réveil, espérant savoir voler encore quelques minutes au temps. Quelques instants s'écoulent avant qu'Elle ne revienne.

L'Angoisse.

La peur au ventre, Julie se lève. ne cessant de penser que c'est lundi , et qu'elle va devoir affronter leurs regards méprisants , leurs haine, leur violence.
Elle digère mal son petit déjeuner. Il faut dire qu'avec la boule au ventre , ce n'est pas l'idéal.
Elle doit se préparer, et songe un moment à se faire porter pâle.
Mais elle ne peut pas. Maman serait tellement déçue, et elle finirait par comprendre. Elle est très intelligente, Maman. Et gentille aussi.
Donc , devant le miroir, Julie se contemple avec dégoût. Ses formes la révulse. Ce petit corps tout frêle incapable de résister à la moindre agression.
Elle s'habille rapidement de vêtements amples , voulant effacer de sa mémoire la vue de ce corps horrible.

Il est temps de partir.

L'Angoisse enfle dans sa tête, dans son cœur, dans son âme.
Elle sait que c'est pour bientôt.
Julie met ses écouteurs ( ça la protège du bruit écœurant de son cœur qui pleure ).
Et tandis qu'Hooverphonic la transporte , elle fait de même jusqu'au bahut.

Elle sait qu'au bout de cette rue , à gauche, elle verra l'école. Elle connaît parfaitement le mal-être qui s'ensuivra automatiquement.
Elle sait qu'elle va passer devant Mathilde et sa bande .
Elle sait qu'ils vont recommencer, encore et encore , jusqu'à la tuer.

Julie voit Mathilde fumer de loin. Suivie par ses sbires sans cervelle. Elle regarde derrière, mais il est trop tard.

" Hey, Julieeee ! "

Elle tente de l'ignorer. La voix de cette petite bourge imbue d'elle même lui perce les oreilles. cette voix stridente , horrible..

" Hey , Salope ! Me nie pas , on ne me nie pas moi ! t'as peur ? "

Sans un mot, Julie lève les yeux, et se retrouve nez à nez avec ceux de Mathilde.
Des yeux sublimes, cette fille. Dommage qu'on y lise la méchanceté si facilement.

" Me regarde pas comme ça, Sale Pute ! je suis pas une putain de lesbiche, comme toi ! "

Si elle savait que Julie avait toujours craqué sur Nathan, Le plus beau de Terminale ..

"- Je ne suis pas lesbienne, Mathilde..."

" Ouais, c'est ça ! t'as vu comment tu te sapes, connasse ? C'est évident que t'aime les chattes ! toute façon, vu ta gueule , je vois pas quel mec voudrait de toi ! "

Des ricanements des autres imbéciles.
Julie savait que Mathilde avait raison. Aucun garçon ne voulait d'elle. Le seul qui avait voulu , avait juste volé sa virginité.. suivi de sa dignité , en publiant une vidéo prise ( à son insu ) sur internet, puis s'était enfui.
Mais ces mots font mal.
Julie commence une phrase pour se défendre.

" Mathilde , ce n'est pas gent.."

Et la douleur quotidienne arriva.
Son nez est en sang , ses lèvres lui font mal.

" Tient ! T'auras peut-être une chance, maintenant que je t'ai arrangée, Connasse ! "

Honteuse, Julie baissa les yeux.
Et un deuxième coup vint.
Suivi d'un troisième.
Et encore.. et encore ..

Par terre, elle cale ses genoux contre sa minuscule poitrine afin de se protéger. La douleur n'est pas moins intense.
Mais la douleur n'est rien.
Le pire, c'est l'humiliation.
Pas un de ces gamin ne l'aide.. tous mettent des coups et font pleuvoir le sang.

" Alors , Petite Chienne ? T'aimes ça ? C'est pas comme ça que ton bâtard de père est mort ? en se faisant défoncer parce que c'était une mauviette ? "

Julie senti son cœur se déchirer , tomber en lambeaux.
Et la Colère, la Haine inconnues jusque là au bataillon, firent leurs apparition.

Péniblement, mais avec détermination , elle se releva. Elle regarda Mathilde droit dans les yeux et lui cracha au visage.

"... "

Mathilde, trop interloquée pour réagir, se contente de regarder Julie avec un air ridiculement béat.

Pendant ce temps, elle pris son sac et le saisit dans ses petites mains.

" Quoi , tu vas sortir sortir ton journal intime ? Tu vas encore te plaindre au monde entier ? SALOPE TU VAS MOURIR ! "

Mathilde semblait enragée.

Mathilde s’avança le poing levé.

C'est à ce moment que Julie sort le pistolet de son père.
Elle visa.

Mathilde, les yeux écarquillés, mourut à la troisième balle.
40

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,