L'amoureux aux coquilages

il y a
1 min
230
lectures
31
Qualifié

Trace d’une pensée naissante, jaillissante : les mots ! Soupir ... Inspiration silencieuse à l’écoute de l’émotion. Saisir le sens des confusions, Broyer la structure, Heurter la  [+]

Image de Eté 2017
Je suis constitué de délicats minéraux fabriqués avec amour et tendresse par un petit être charmant, peu bruyant. D’une minuscule alvéole emmitouflée au fin fond d’une cavité océanique, il m’a laissé croître pour s’offrir un deux pièces en colimaçon. Nous vivions en symbiose jusqu’au jour où il rencontra sa moitié, propriétaire d’un loft dernier cri, sur une barrière de corail. Je me retrouvais seul et vide au beau milieu d’une mer agitée.

Porté par les mouvements du bassin marin, j’ai échoué sur une plage blonde, façonné par les poussières de mes confrères écrasés, laminés par le temps et les marées. J’ai été traversé par des ermites et autres crabes bernardins, sans jamais être l’élu de leur cœur. Joli refuge, trop petit pour un usage familial. Qu’ont-ils tous à vouloir fonder une famille ?
J’attendais là, bercé au rythme des marées, chauffé par le soleil, repu d’iode et de varech, à l’écoute des vibrations terrestres, lorsqu’une main envieuse me souleva pour m’étudier d’un œil exercé : couleur chamarrée, brillance du nacre gris rosé, traversé d’éclats mordorés, forme alambiquée, peu de cicatrices, quelques petits coraux blancs parsemés sur la carapace traduisant une histoire, dessinant un visage, une solitude assumée, désirée.
De la main, je glissais dans la poche d’un imperméable bleu marin, je crus étouffer. Plus d’air, plus d’eau, où est le soleil ? La brûlure du sel me manque. J’ai baigné longtemps dans cette poche, des mois, des années, je ne sais plus. Je finis par m’endormir.

Une nuit de grande marée, sans savoir comment ni pourquoi, une main enveloppante et chaleureuse me retira de la poche, étonnée de ma présence, d’où viens-tu ?
A nouveau inspecté, tourné, retourné, examiné, détaillé sous toutes les coutures, j’observais l’œil aguerri de l’amoureux aux coquillages. Où allais-je finir ma sempiternelle course ? Au fond d’un sac poubelle ou sous le spot d’une magnifique étagère, parure nacrée enfin dévoilée.

31
31

Un petit mot pour l'auteur ? 25 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
Un beau récit, j'adore les coquillages.

Pour le cas où vous ne l'auriez pas lu, je vous invite à aller danser sur la Milonga d'annelie. C'est le récit d'une scène de tango envoûtante. Merci d'avance :
http://short-edition.com/oeuvre/tres-tres-court/milonga

Un cadeau : https://www.youtube.com/watch?v=v8nSaydD3s8

Image de Guilhaine Chambon
Guilhaine Chambon · il y a
J'ai beaucoup aimé votre texte que je découvre. Bravo . Avez vous déjà découvert Au fait qui est en finale . Je vous invite à venir vous promener sur ma page si bien sûr vois en avez envie. Belle journée
Image de Philshycat
Philshycat · il y a
J'aime ! L'écureuil est en finale : http://short-edition.com/oeuvre/poetik/ecureuil-furtif
Image de Roxane Soixante-treize
Roxane Soixante-treize · il y a
Très joli texte découvert par hasard, en navigant et cherchant des perles de coquillages au bord de l eau....
Image de Arlo G
Arlo G · il y a
Les coquillages m'ont toujours fasciné. Bravo.
Image de Arlette Hélène Godefroy
Arlette Hélène Godefroy · il y a
Il faut vraiment une grande imagination pour ce mettre à la place de ce coquillage ! C'est joli et bien écrit .
Image de Robert Dorazi
Robert Dorazi · il y a
belle description, fluide et bien écrite.
Image de Roch sans e
Roch sans e · il y a
j'aime bien marcher à la limite ou meure la vague!
Image de Pat
Pat · il y a
Je vote pour le plaisir d'imaginer que ce coquillage trônera sur le manteau de ma cheminée, un jour peut-être ? Je vous invite à lire "Cactus" si vous avez un moment..
Image de Noémie Lesthaeghe
Noémie Lesthaeghe · il y a
Très beau ! Mon vote !

Vous aimerez aussi !