4
min

Justice for All

Image de Keith Simmonds

Keith Simmonds

1720 lectures

1579

FINALISTE
Sélection Public

Roland était né à Sans Souci, un petit village pittoresque et somnolent dans une île des Caraïbes. Ses parents, Roger et Madeleine Dufour, étaient d'origine modeste et gagnaient leur vie de manière paisible et harmonieuse. Simples et pieux, ils n'avaient pas fait d’études, mais ils étaient heureux et satisfaits de leur sort. Madeleine était couturière et Roger était charpentier. Ils avaient une vision pour leur fils unique. Ils voulaient qu'il réussisse bien à l'école pour étudier la médecine ou le droit, car ils savaient l’importance d'acquérir une bonne éducation comme moyen d'échapper au spectre avilissant de la pauvreté! La pauvreté, c’est l'enfer, disaient-ils comme elle était souvent associée à la criminalité et l'injustice, et Roland était déterminé à bien réussir pour jouir d’une vie heureuse et confortable. Il n'est pas surprenant que, grâce aux conseils de ses parents et à l'encouragement des villageois, il ait reçu une bourse du gouvernement pour poursuivre ses études dans n'importe quel domaine de son choix. Il fut le premier garçon du village à atteindre cette distinction et tout le monde parlait de lui en termes élogieux! C'était comme si le village se réveillait et commençait à exister à cause de cet accomplissement. Il décida d'aller à l'étranger pour faire une licence en droit-philosophie. Lorsqu'il entra à l'université, la joie de vivre et la spontanéité des Antillais lui manquaient et comme il était le seul étudiant noir dans sa classe, il se sentait quelque peu perdu au début, mais bientôt, en raison de son immense acuité intellectuelle, il excellait dans les discussions de groupe et éprouvait un sentiment d'acceptation et de convivialité. Mais exister ici n’allait pas être aussi simple que ça! De temps en temps, il entendait des remarques désobligeantes sur sa couleur et voyait des regards sournois pleins de mépris. Et tout cela se produisait même quand il était en compagnie de sa petite amie anglaise de Manchester, Elizabeth Cumberbatch.
Comme elle quittait son appartement un soir pour se rendre chez lui, elle fut violemment attaquée et laissée inconsciente au bord de la route. Un bon Samaritain s’arrêta et l’emmena à l'hôpital le plus proche où elle resta dans le coma. Des enquêtes policières furent lancées et, par une bizarrerie du destin, Roland fut le principal suspect. Le commissaire de police chargé des investigations reçut plusieurs courriels incriminant Roland qui fut emprisonné sans aucune autre preuve de culpabilité. Il obtint les services d'un avocat, maître Pascal, pour le défendre. Maître Pascal fut stupéfait par ce qu'il qualifia de grosse atteinte à la liberté de l’accusé. Dans sa défense au tribunal, il affirma : 
- Quelle raison aurait mon client d'attaquer sa petite amie qui, comme elle le faisait chaque soir, allait le rejoindre? Il étudiait pour ses examens ce soir-là et n'a jamais quitté sa chambre! Voudrait-il compromettre son avenir et sa vie? Je vous le dis, mon honneur, il y a quelque chose qui ne va pas ici, c'est un coup monté contre ce jeune étudiant brillant et irréprochable. On ne peut pas prendre quelques e-mails comme preuve de culpabilité. Je dis qu'il y a injustice ici! Je demande encore, pourquoi voudrait-il détruire sa vie? Je suis convaincu qu’il doit être libéré au nom de la justice et de l'égalité pour tous! Tout indique son innocence! Je n’ai rien à ajouter, votre honneur.
Quelques jours plus tard, Elizabeth sortit de son coma et put identifier ses agresseurs. C’était quatre étudiants de sa classe qui lui avaient hurlé des insultes, l'appelant “amoureuse de nègre” avant de la matraquer sauvagement. Une fois de plus, maître Pascal apparut au tribunal, débordant de joie et prêt à obtenir la liberté de Roland:
- Aujourd'hui, c'est certainement un jour mémorable, votre honneur, nous avons évité une grave erreur judiciaire contre la liberté de l'homme, nous avons évité de détruire l'existence même d'un être humain doué qui a beaucoup à contribuer à la société en général ! Et grâce à Elizabeth qui a révélé l’identité de ses agresseurs qui ont failli mettre fin à sa vie, nous sommes fiers de pouvoir donner à Roland un nouveau souffle de vie en raison de notre foi dans les droits fondamentaux de l'homme. Vive la justice ! Merci immensément, votre honneur!
Ému et bouleversé, le juge répondit:
-Merci, maître Pascal, je vous suis très reconnaissant de votre confiance en l'impartialité des droits inaliénables des hommes contre toutes les formes d'oppression, de corruption et de barbarie. Qu'on le sache bien, on est convié à respecter la dignité, la valeur et l’égalité de tous les hommes. Grâce à votre détermination et votre ténacité, nous avons pu empêcher une monumentale entorse à la justice. Dans les souffrances de ce monde tourmenté, la Déclaration des droits de l’homme risque de se vider de sa substance si nous n’y prenons pas garde. L’existence de l’homme n’aura plus de sens si nous permettons qu’une erreur de cette ampleur se reproduise ! Aujourd'hui, nous soulignons notre détermination à instaurer de meilleures conditions de vie dans une justice libératrice. Et il nous incombe d’être éternellement vigilants. Je voudrais terminer en citant ces quelques mots d’Albert Camus: “Si l’homme échoue à concilier la justice et la liberté, alors il échoue à tout.” Je vous remercie encore, cher maître.
Roland fut libéré et quelques semaines plus tard, il compléta son double cursus de licence droit-philosophie avec distinction. On lui offrit une bourse pour préparer une thèse et aussi un emploi dans un cabinet d'avocats de renom, mais il refusa ces offres, préférant rentrer dans son pays où il pensait qu'il pourrait être plus utile. Il épousa Elizabeth et retourna à Sans Souci où ils furent accueillis avec beaucoup de joie. Il décida que sa mission était d'aider son village, en particulier les jeunes. Immédiatement, il transforma une petite maison appartenant à ses parents en une sorte de centre culturel et invita tous les villageois à venir partager ses expériences à l’étranger. Lors de sa première réunion, il s'adressa à la foule:
-Frères et sœurs, je suis très heureux d'être de retour parmi vous dans ma terre natale. Il y a quelques années, je suis parti pour une vie meilleure, mais j'ai dû subir et surmonter de nombreuses épreuves, des tribulations et des humiliations pour que mon existence ait un sens. Je veux que vous sachiez que vous avez tous en vous ce qu’il faut pour mener une vie plus gratifiante. Vous allez me dire que le monde est injuste avec tous ces dirigeants qui vivent dans l’opulence obscène et qui manquent à leurs engagements et à leurs promesses tandis que le peuple peine à exister dans la pauvreté abjecte. Et que dire de tous ces leaders qui contraignent leurs habitants à renoncer à leur existence chez eux et à chercher le droit d’asile ailleurs ? Oui, nous vivons dans un monde si cruel et inéquitable ! D’ores et déjà, c’est à chacun d’entre vous d’assumer son destin, de saisir les opportunités offertes par l’éducation et de devenir les champions de l’avenir. Certes, les angoissantes incertitudes de notre temps peuvent s’avérer oppressantes et abrutissantes, mais j’aimerais vous encourager à construire votre vie et à exister dans ce nouveau monde fondé sur la solidarité, les principes de justice, de liberté et d’égalité pour tous. Force vous est d’embrasser toutes les valeurs de la dignité de l’esprit humain. Evidemment, ce ne sont pas des tâches faciles à accomplir, car il faut aimer le goût du travail, il faut aimer l’effort et il faut reconquérir sa liberté chaque jour ! Si vous lancez un caillou dans la rivière, qu’est-ce que vous voyez ? Des ondulations ? Oui, vous êtes tous des cailloux, des ondulations, des êtres dynamiques qui peuvent faire une différence dans cette vie ! A chacun de lancer son caillou, à chacun d’assumer son rôle pour une meilleure existence ! C’est à vous de devenir des phares de la vérité et de l’honnêteté. Merci et à bientôt !

PRIX

Image de 2019

Thèmes

Image de Très très courts
1579

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Philippe Collas
Philippe Collas · il y a
Je retrouve quelque chose de très anglo-saxon, dans l'intrigue, le style, la construction.
·
Image de Maya Baba
Maya Baba · il y a
J'ai voté :)
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Merci beaucoup, Maya ! Une invitation à découvrir
“Le Vortex” qui est en compétition pour la Matinale
en Cavale. Merci d’avance et bonne journée!
https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/le-vortex-1

·
Image de Line Chatau
Line Chatau · il y a
Toutes mes félicitations, Keith, pour ce beau texte plein d'optimisme et si bien écrit. Toutes mes voix.
Je suis en lice pour le prix "Hiver 2019", si le coeur vous en dit. "Quand souffle la burle"

·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Merci beaucoup, Line ! A bientôt sur votre page !
·
Image de Thara
Thara · il y a
Re-vote (et bonne chance pour cette finale)...
+ 4 voix !

·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Mes remerciements, Thara !
·
Image de omirali
omirali · il y a
Mes 3 voix.
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Je vous remercie, Omirali !
·
Image de Dominique Alias Suna Descors
Dominique Alias Suna Descors · il y a
Jolie finale !
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Merci beaucoup, Dominique !
·
Image de Bertrand
Bertrand · il y a
bonne finale^^+5
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Merci beaucoup, Bertrand !
·
Image de Aubry Françon
Aubry Françon · il y a
Bonne finale !
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Merci beaucoup, Aubry !
·
Image de Gerard du Vingt-quatre
Gerard du Vingt-quatre · il y a
Mes votes renouvelés avec plaisir Keith.
·
Image de Maremma
Maremma · il y a
Je vous accorde mes 5 voix. Vous méritez de l'emporter!
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur