J'irai manger de l'ail au bord d'un lac

il y a
1 min
12
lectures
0

Je tente l'aventure de vous écrire quelques lignes, alors je vous laisse l'envie de me lire! Avec les mots et le cœur partageons ensemble de jolies histoires  [+]

« J’ai bu tout l’eau du puits !!! Je te jure !! C’est vrai il est tout sec. Y a plus rien mais alors plus une goutte. Non mais j’y crois pas que tu ne me crois pas. Si je te dis que j’ai bu l’eau du puits je sais ce que je dis quand-même ! Mais non pas en une fois ! Réfléchis un peu. Je te dis que le puits, il était rempli hier mais que ce matin y a plus rien. Ben oui j’ai du tout boire dans la nuit. Ben si, évidemment que je dors la nuit. Ben je sais pas ! Alors toi, tu m’en pose des questions !!!! Si j’ai bu, c’est que j’avais soif. Et si j’ai tout bu c’est que j’avais très soif ! Mais du coup ce matin je n'ai plus d’eau pour faire ma toilette. Alors tu veux bien me donner un sceau d’eau ? Donnes en moi deux, il faut que je lave mes légumes. Et puis tiens, donnes en moi trois, tant qu’à faire, je vais sûrement boire dans la journée et laver mes sols aussi. Ben non je n’abuse pas. Tu en as toi, alors tu peux m’en donner un peu de ton eau. Non je ne m’énerve pas ! Mais je ne comprends pas pourquoi ceux qui ont tout ne donnent pas à ceux qui n’ont plus rien ! C’est super égoïste ça. Moi je ne t'aurais jamais fait ça Roger. Jamais je ne t’aurais refusé un service. Vieux bougre que tu es ça ne m’étonne pas finalement ! Si j’avais su, je serais aller voir la voisine. Ben non je ne vais pas y aller. C’est à toi Roger que je demande un service. Tu me donnes un sceau d’eau et on en parle plus ! Non mais je ne vais pas aller voir la voisine. Ce n’est pas la question Roger. Voilà on a passé la matinée avec tes conneries à  ne pas avancer sur le sujet. Moralité, je me sens sale, j’ai ma cabane qui est sale et mes légumes y sont sales ! J’irai manger de l’ail au bord d’un lac que ce serait pareil ! ».
Ce matin là, Auguste croisera Roger mais encore la tête dans son rêve il ne lui jettera pas un seul regard. C’est une vraie mule cet Auguste ! Alors que le Roger pauvre vieux, il n’a rien demandé à personne. On l’a mit dans une position délicate avec une mise en scène improbable. Et Auguste lui, il y croit dur comme fer à son rêve. Et ce bon Roger qui ne se doute pas du pourquoi ni du comment mais qui voit bien que son ami de toujours a sa tête de bougon.
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,