Je suis sous le ciel

il y a
1 min
416
lectures
18
Recommandé

Des histoires, et toujours des histoires  [+]

« Je suis sous le ciel. Il y a une pluie d’étoiles filantes. C’est absolument magnifique. »

À quelques milliers de kilomètres, lorsqu’il reçoit ce petit SMS, il est lui aussi sous les étoiles. Lui aussi il vient de contempler une pluie de météorites. Et il a fait un vœu. Plusieurs fois le même en réalité. Pour être sûr. Et ce SMS arrive. Juste à ce moment-là.

La tête dans les étoiles et le cœur battant, il a répondu : « As-tu fait un vœu ? Moi oui ».

Elle en revenait à peine d’avoir eu si vite une réponse à son message. Des semaines sans nouvelles. Entre eux c’était une habitude : leurs silences étaient aussi porteurs de sens que leurs paroles et les prolongeaient dans la présence l’un de l’autre. Ils se savaient unis quoi qu’il advienne et n’avaient pas besoin de ces démonstrations d’amoureux en désespérance affective.

On était au mois d’août. Le temps des Hespérides, ces pluies d’étoiles filantes observables à l’œil nu dans la fraîcheur de la nuit. C’était devenu un rituel chaque année d’aller s’étendre dans l’herbe ces soirs-là. Petit point sur sa vie, méditation sur le temps qui passe et les choses qui lui tenaient à cœur d’accomplir. Rendez-vous avec la vie comme elle vient, comme elle va.

Cet homme, elle l’avait rencontré dans un aéroport. Tous les deux en partance pour l’Asie, ils avaient lié connaissance, s’étaient échangé adresses et téléphones, s’étaient revus, aimés, attachés définitivement. Difficile à expliquer cet attachement lorsque l’on ne vit pas ensemble, que l’on mène des vies remplies et différentes mais que l’on ne peut pas imaginer vivre l’un sans l’autre. Une histoire de karma ? Une vie antérieure à résoudre ? Une histoire d’amour majuscule. Savoir qu’ils existaient l’un pour l’autre suffisait à les porter plus loin. Vivre, depuis lors, avait une plénitude qu’elle n’avait pas connue avant. Il n’avait pas su ce que c’était qu’aimer avant de la reconnaître. Une évidence. Inconditionnel Amour. Leurs rencontres avaient à chaque fois la magie des premières fois et la douceur des pays amis. Un lien unique.

Le SMS suivant la laissa dans les étoiles encore un peu, suspendue dans un éclat de rire : «  Voudras-tu accepter de ne pas m’épouser pour le restant de tes jours ? ».

« C’était mon vœu… » pianota-t-elle sur l’écran de son téléphone en accompagnant sa réponse d’un sourire.
 
Recommandé
18

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

7h23

Virginie Ronteix

7 h 23
Depuis septembre, tous les 7 h 23 se ressemblent. D’abord un bruit sourd de moteur puis les phares qui percent l’obscurité. Le bus ralentit, s’arrête. Les portes s’ouvrent devant... [+]

Très très courts

À l'éclosion du jour

Maeva Gay

Septembre 1931, bonjour Dallas.
C’est le dernier jour de l’été aujourd’hui. La ville se gorge du soleil naissant, s’enivrant de la douceur de l’aube dans les rayonnements rosés. Dans... [+]