Je sourirai

il y a
4 min
606
lectures
115
Finaliste
Public

Bien le bonjour cher lecteur! Je m'appelle Ellyne. J'ai 19 ans maintenant, 19 ans déjà. Des idées plein la tête et jamais assez de temps pour tout coucher sur du papier. Vous trouverez ici des  [+]

Image de 2015

Thème

Image de Très très courts
Il s'appelait Amaël.
Il est entré dans la salle de maths un lundi matin. Le prof a posé une main sur son épaule.
« Je vous présente Amaël. Il va étudier dans notre lycée pendant quelques temps. »
Il est allé s'asseoir à la seule place vide de la salle. À côté de moi. Il paraissait... fragile. Et effrayé aussi. Alors je lui ai souri. Et il m'a rendu mon sourire.
Il a sorti un carnet de croquis de son sac et il a commencé à dessiner. Il ne s'est pas arrêté quand le prof a démarré son cours. Au bout d'un moment je lui ai donné un coup de coude et j'ai pointé le tableau du doigt. Il a secoué la tête.
« Ça ne me sert à rien d'étudier. »
J'ai froncé les sourcils.

Sur le coup, bien sûr, je n'ai pas compris ce qu'il voulait dire.

À la fin du cours, il m'a suivi quand on est allé en histoire, puis en anglais. Je ne lui avais pas dit que je voulais bien être son guide mais il l'avait compris. On se comprenait.
Je ne peux pas expliquer ça autrement. Nous avions échangé précisément sept mots. Il n'y avait pas besoin de plus.

Ensuite on a mangé ensemble. C'est là qu'on a commencé à parler. De tout et de rien.
Après on est allé s'adosser contre un arbre derrière le lycée. Il a sorti son carnet de croquis mais on ne s'est pas arrêté de parler. Un flot de paroles ininterrompu. Je n'avais jamais parlé avec quelqu'un comme ça. C'était comme si on se connaissait depuis toujours.
« Je peux voir tes dessins ? »
Il a souri et il m'a tendu son carnet de croquis.
« Tu sais c'est juste des traits noirs sur une feuille blanche. On peut pas appeler ça des dessins. »
Pourtant je me suis reconnue tout de suite, quand j'ai posé les yeux sur la feuille. Il m'avait dessinée adossée au tronc, les yeux fermés, les cheveux emportés par le vent et un léger sourire aux lèvres.
J'ai souri. Comme sur le dessin.
J'ai tourné la page. Il avait dessiné le self plein à craquer d'élèves, le prof de maths avec l'intégralité de la leçon sur le tableau, le portail du lycée et...
Il m'a repris son carnet alors que j'étais arrivée au début de sa journée.
« Tu dessines bien. »
Il a rangé son carnet dans son sac.
« Je dessine les choses dont je veux me souvenir. »

Je ne sais pas s'il avait réellement peur d'oublier.

À la fin de la journée, on est allé ensemble jusqu'au portail.
« À demain »
Sa seule réponse a été de me sourire. Puis il a tourné à droite. Moi, à gauche.

Le lendemain je suis arrivée au lycée en avance. Je l'ai attendu jusqu'à la sonnerie. Mais je suis allée en cours sans lui. Il n'est pas revenu le jour suivant. Et celui d'après non plus.

Je l'ai toujours attendu. Mais lui, il n'est jamais revenu.

C'est aussi en maths qu'on nous a annoncé qu'il était malade. Et qu'il ne pourrait plus revenir de l'endroit où il était parti.
Alors j'ai arrêté d'attendre.

Personne n'a rien dit dans la salle après l'annonce de sa mort. Personne ne le connaissait assez pour le pleurer. Personne sauf moi. Mais j'ai juste fixé le tableau. Et j'ai compris qu'il savait. Il savait ce qui allait lui arriver. C'est pour ça qu'il était inutile pour lui d'étudier.
Mais je comprends pourquoi il ne m'a rien dit. Il ne voulait pas que je m'inquiète. Ou que je sois triste. De toute façon il ne se résumait pas à sa maladie. Même sans savoir son secret, je le connaissais.

Il est parti comme il le voulait. En silence. Juste avec un sourire.

Son carnet est tombé de mon sac quand je l'ai jeté sur mon lit. Je suis restée sans bouger, à fixer la couverture bleu ciel pendant un long moment avant d'oser le prendre dans mes mains. Il était léger. Beaucoup trop léger. J'ai soulevé lentement la couverture cartonnée.
Le poids qui m'écrasait l'estomac est remonté dans ma gorge et m'a coupé la respiration. L'étau qui m'enserrait le cœur s'est resserré encore plus et j'ai senti une larme couler le long de ma joue. J'ai senti le goût salé envahir ma bouche. Et toute ma tristesse a explosé. Mes jambes se sont pliées sous mon poids. Je me suis repliée sur moi même. Et j'ai pleuré. Je ne sais pas pendant combien de temps j'ai pleuré. J'en avais assez de toutes ces larmes. Ça faisait mal. Mal à l'intérieur. Comme si mon cœur voulait sortir. S'enfuir loin de moi et de ma souffrance. La seule chose qui m'a calmée, c'est la pénurie de larmes. Alors je suis restée comme ça, en boule au milieu de ma chambre. Avec son carnet entre mes doigts crispés. Son carnet où il n'y avait plus qu'une seule page. Une page avec un dessin et deux mots. « Souviens toi. »

Sur le dessin, il s'était représenté comme je l'avais vu pour la dernière fois. Avec sa tignasse ébouriffée par le vent, un sourire aux lèvres. Un sourire simple. Pas le sourire qu'on fait quand on voit un objectif d'appareil photo. Ni quand on rit aux éclats. Non, lui il souriait juste pour sourire. Juste parce qu'il était heureux.

Il n'a pas choisi n'importe quel dessin pour moi. Il a choisi de se représenter, souriant. C'est comme ça qu'il veut que je me souvienne de lui. Joyeux. Pas malade.

J'ai beaucoup pleuré. Mais je n'ai jamais autant pleuré qu'en écrivant son histoire. Celle que je connais.
Je ne le connaissais peut-être que depuis un jour mais... Au fond ça n'a aucune importance. On peut connaître quelqu'un au bout d'une minute. C'est ce qu'il s'est passé avec lui.
On peut aimer quelqu'un au bout d'une minute.

Ce qui me fait le plus mal c'est que je ne lui ai pas dit au revoir. Juste « à demain ». Comme si je lui avais promis de le revoir le lendemain et que je n'avais pas tenu ma promesse.
Mais je sais qu'il ne m'en voudrait pas.

Je pense qu'il avait peur d'oublier mais aussi d'être oublié. De partir et d'être juste le nouveau qui est resté une journée au lycée et qu'on n'a plus jamais revu.

Amaël, ne t'inquiète pas. Je ne t'oublierai jamais. Je ne peux pas t'oublier. Je ne veux pas t'oublier. Parce que dès que tu m'a souri, je t'ai aimé.
Je n'écris pas pour te dire adieu. Je ne veux pas te dire adieu. Comme je ne veux pas t'oublier.
Je me souviendrai de toi.
Et quand je repenserai à toi, je sourirai.

115
115

Un petit mot pour l'auteur ? 120 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Brigitte Bellac
Brigitte Bellac · il y a
La mort n'est rien. Vous le dites si bien. L'amour, le Vrai, le Grand, ne s'arrête jamais. Merci une fois encore Ellyne pour cette nouvelle très émouvante...
(juste une chose : lorsque l'on dit "quelque temps... " il n'y a pas de "s" à quelque.... !!!)

Image de Ellyne
Ellyne · il y a
Tous vos commentaires me font incroyablement plaisir!
J'ai eu beaucoup de mal à écrire ce texte, justement parce que j'étais touchée à l'extrême par mes propres mots, enfin bref, je suis heureuse qu'il ait réussi à vous toucher aussi
(Mince cette faute m'avait échappée !)

Image de R. Korrigan
R. Korrigan · il y a
Belle histoire. Bravo !
Image de Ellyne
Ellyne · il y a
Merci beaucoup
Image de Java
Java · il y a
C'est très triste certes, mais surtout c'est magnifique! J'ai beaucoup aimé, tu écris vraiment bien! Je l'avais déjà lu mais trip vite, alors je le relis. Et j'ai beaucoup apprécié! Merci, et bravo!
Image de Ellyne
Ellyne · il y a
Merci beaucoup, Java :)
Image de Loutze
Loutze · il y a
Moi aussi j'ai pleuré ... mon dieu c'est tellement simple, tellement beau, une histoire pas banale du tout, et un beau message d'amour à la clé ... merci ! :'( :o <3
Image de Ellyne
Ellyne · il y a
Oh et bien de rien^^ Et merci :)
Image de Titine30
Titine30 · il y a
J ai adorée et etais ému de t'en de tendresse +++
Image de Ellyne
Ellyne · il y a
Merci beaucoup :)
Image de Pasplustombeurquetombé
Pasplustombeurquetombé · il y a
Je n'irai pas jusqu'à prétendre avoir pleuré à la lecture de ton texte. Mais c'est avec une émotion redoublée et renouvelée que je te félicite pour ton écrit. Tu m'as vraiment touché et t'en remercie. Le plus que je puisse faire, a été fait. ;) +1. Merci encore !
Image de Ellyne
Ellyne · il y a
De rien^^ Et merci beaucoup pour ce vote :D
Image de Léa Gerst
Léa Gerst · il y a
Voici mon 2ème vote avant la fin ! Bonne chance ;-)
Image de Ellyne
Ellyne · il y a
Merci beaucoup :)
Image de Camille Mzl
Camille Mzl · il y a
J'ai vraiment beaucoup aimé, c'est très sensible ! (http://short-edition.com/oeuvre/tres-tres-court/des-yeux-et-des-levres)
Image de Ellyne
Ellyne · il y a
Merci Camille :D
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Je reviens confirmer mon vote !
+1

Image de Ellyne
Ellyne · il y a
Merci :)
Image de Rose P. Katell
Rose P. Katell · il y a
J’ai beaucoup aimé ce texte. Au départ, on a l’impression de lire un journal intime, mais en avançant, on se rend compte qu’il s’agit plus d’un hommage. L’histoire est agréable à lire et j’aime l’idée de sourire en se souvenant de quelqu’un =) D’ordinaire, je ne suis pas très fan des histoires avec beaucoup de phrases courtes, mais ici, ça passe tout seul, bravo !

Rose

Image de Ellyne
Ellyne · il y a
Merci beaucoup Rose :D