1
min

Je m'appelle Brunette

Image de Béatrice Gloda

Béatrice Gloda

152 lectures

135

Bonjour.

Je m’appelle Brunette.
J’ai 14 ans.

C’est mon androïde-Mère qui m’a appelé comme ça. Bon, ce jour-là elle devait avoir un problème de connexion réseau car je suis blonde comme le ciel.

Je ne veux plus vivre ici. Ils disent que c’est le paradis, mais je sais qu'il y en a qui sont partis. Je le sais.
« Tu as tout ce qu’il faut, la vie y est belle, tu as le Temps ».

J’ai entendu le Père Suprême parler du chemin vers la brume, là-haut, j’ai été fureter chez lui, c’est vrai, quand il dormait. J’ai vu le parchemin, j’ai mémorisé le plan. Ça va être dur, je sais, mais d’autres l’ont fait.

« Ne pars pas !! Ne pars pas Brunette !! Tu vas perdre le Temps ! ».

Mais qu’est-ce qu’ils me racontent !! Rester dans votre monde « parfait » : non.

Je cours je cours je grimpe, il fait de plus en plus froid, j’ai mal aux jambes, mes cheveux s’emmêlent sur ces fils qui parsèment ce brouillard. Où est le chemin ? Ah il est là. Vite vite, je ne les entends plus derrière moi mais on ne sait jamais.

La Liberté est là, la Liberté est là ! Je vois du bleu ? Du bleu ! C’est quoi ? C’est froid ? C’est blanc ! Le vieux disait que ça existait dans le monde du Haut, de la neige je crois.

Oh merci ! Que c’est beau, c’est grand ! Mon regard n’est pas habitué à voir aussi loin je dois dire, il va falloir que je m’y fasse, ça va venir ! Je suis fatiguée quand même un peu là, je vais m’assoir, tiens.
Oui, je suis vraiment fatiguée. Et puis j’ai mal aux jambes, vraiment, et aux mains, elles me tirent. On dirait même qu’elles rapetissent un peu. Non ! Elles se flétrissent ?! Mon visage me tire, qu’il me tire, on dirait qu’il se sèche... se sèche. Qu’est-ce qui m’arrive ? Je suis fatiguée... fatiguée. Mes yeux, je n’arrive plus à les laisser ouverts, je n’arrive plus...


C’était la tournée d’inspection d’OP-612.
Il trébucha, sur un corps. Encore une qui a voulu traverser la brume et les fils de la vie. Elle a perdu le Temps... comme les autres.

Il caressa délicatement... il était programmé pour ça... le visage de cette vieille femme sans âge. Juste avant qu’elle ne devienne cendres.
Comme les autres.


"Memento quia pulvis es".

PRIX

Image de 2017

Thèmes

Image de Très Très Court
135

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Eka-los
Eka-los · il y a
Pardon j'ai tapé trop vite, j'ai fait des fautes horribles, mes yeux piquent.
·
Image de Béatrice Gloda
Béatrice Gloda · il y a
:-) ! Pas de pb !
·
Image de Eka-los
Eka-los · il y a
Le schéma du pêcheur qui part dans un royaume souterrain, épouse un Déesse, échappe au temps puis le retrouve ( souvent le coffre) est assez récurrent.
·
Image de Béatrice Gloda
Béatrice Gloda · il y a
Je ne connaissais pas mais en effet c'est carrément dans la même veine. Qd j'ai écrit mon truc j'avais une histoire de la BD Thorgal en tête (une minie-bd inclue dans l'album "La magicienne trahie", l'histoire de Skadia). Thorgal reprenant des thèmes des mythologies nordiques, je me dis que ce thème semble universel - comme la boite de Pandore ? - ne pas chercher à savoir ce qu'il y a après la mort mais vivre ? Ne pas vouloir tout avoir - au risque de tout perdre ? En tout cas, y'a une idée "humaine" derrière....
Merci pour cette découverte en tout cas !

·
Image de Eka-los
Eka-los · il y a
Un pêcheur sauve une tortue de son filet. Le lendemain, quand il pêche, il voit la tortue arriver. Elle lui dit qu'elle est la suivante de la Déesse de la Mer et qu'elle voudrait l'emmener la voir pour le remercier. Alors l'homme part sur son dos, et arrive au royaume sous-marin. Il y est bien accueilli, il fait la fête et finit par perdre la notion du temps et par se marier avec la Déesse de la Mer. Il est heureux et a des enfants avec elle : mais un jour lui vient l'envie de revoir sa famille. La Déesse essaye de l'en dissuader, mais n'y arrive pas. Finalement elle le laisse partir en lui laissant un coffret qu'il ne doit absolument pas ouvrir ( LOL) en lui disant que la Tortue viendra le reprendre le lendemain matin à l'endroit où elle l'a laissé. Il repart sur le rivage où était sa maison, la découvre en ruine. Il part au village et on lui parle de cet homme mystérieusement disparu il y a des centaines d'années. Il est triste de savoir toute sa famille mort et retournée au bord de la plage il lui vient l'envie d'ouvrir le coffret. Du coffret s'échappe son Temps ( en tout cas quelques chose de mystérieux : peut-être sa Mort?) et l'homme soudain vieillit, s'assèche et meurt.
·
Image de Eka-los
Eka-los · il y a
Ça me rappelle les contes chinois ou japonais avec l'homme qui part sous la mer se marier avec la déesse de la Mer, revient sur terre avec un coffre qu'il ne doit pas ouvrir. Il l'ouvre et il devient vieux et meurt. Vous connaissez?
·
Image de Béatrice Gloda
Béatrice Gloda · il y a
Pas du tout, mais je vais aller à la pèche aux infos, c'est intéressant !
·
Image de Richard Laurence
Richard Laurence · il y a
Encore un grand bravo pour ce texte !

Il y a, dans cette finale, des textes de moins bonne qualité, mais le système de votes est ce qu'il est et cela fait partie du jeu... Ce système est un bon système parce qu'il récompense les gens qui votent et font des commentaires sur les textes mais il a aussi un effet pervers : il ne reflète pas réellement les goûts du public.

Je vous invite donc à venir prolonger le plaisir en participant à la "sélection du public" du Festival Off, sur le forum : http://short-edition.com/fr/forum/la-fabrique/imaginarius-2017-le-festival-off

Que la fête continue et longue vie au prix Imaginarius !

·
Image de Lange Rostre
Lange Rostre · il y a
J'ai adoré ce côté quatrième dimension....
·
Image de Béatrice Gloda
Béatrice Gloda · il y a
Merci Lange Rostre, c'est sympa !
·
Image de Zurglub
Zurglub · il y a
Franchement... super texte !!! La quête de liberté, thème éternel mais vraiment bien traité. Ca m'évoque des romans d'évasions (l'astragale, 1984, vol au-dessus d'un nid de coucous). Bravo Béatrice !
·
Image de Béatrice Gloda
Béatrice Gloda · il y a
L'astragale je ne connais pas, vais aller jeter un œil ; derrière mon essai d'écrit là, y'avait la BD "Thorgal", que j'appréciais particulièrement ado. Merci en tout cas d'être passé Zurglub !
·
Image de Miraje
Miraje · il y a
Un passage tardif et un vote symbolique et solidaire ...
·
Image de Béatrice Gloda
Béatrice Gloda · il y a
Aucun souci pour le côté tardif, les concours ne me sont qu'un prétexte pour me donner un thème afin de m'essayer aux mots !
merci Miraje !

·
Image de Richard Laurence
Richard Laurence · il y a
Un très beau texte !
Si vous souhaitez un commentaire précis et argumenté, n'hésitez pas à demander et, de même, ne vous gênez pas pour venir commenter, critiquer ou même détester ma "Frontière de brumes"...

·
Image de Béatrice Gloda
Béatrice Gloda · il y a
Je veux bien un commentaire précis et argumenté alors ! Bon, je ne suis pas adepte de la flagellation non plus, mais des avis vrais me vont - pour évoluer !
J'irai voir le vôtre, et vous dirai avec toute ma subjectivité !

·
Image de Richard Laurence
Richard Laurence · il y a
Très belle fable sur le rapport de l'homme au temps, aussi légère et gorgée de sens qu'un nuage peut l'être de pluie.

Mais d'abord, je voudrais souligner le petit défaut de votre narration, qui est un défaut assez fréquent dans ce concours d'après ce que j'ai pu constater et qui concerne le point de vue narratif. Vous débutez votre récit par "Bonjour. Je m'appelle Brunette. J'ai 14 ans" : cela laisse à penser que Brunette s'adresse directement à nous, lecteurs, pour nous raconter son histoire. Or ce n'est pas possible puisqu'elle meurt avant la fin du texte : nul ne peut, a priori, raconter sa propre mort. Pour cela, vous êtes donc obligée de changer de point de vue pour nous raconter comment l'OP-612 a finalement trouvé le corps de Brunette sans vie. Mais vous auriez pu très facilement éviter cette rupture de point de vue en nous racontant directement l'histoire de Brunette à la 3e personne : "Elle s'appelait Brunette. Elle avait 14 ans." Et le tour était joué. En plus, il y a, à la fin de votre récit, une morale : "Memento quia pulvis es" (n'oublie pas que tu n'es que poussière), ce qui en fait donc une fable, un genre traditionnellement écrit à la 3e personne puisque le narrateur n'est autre que le fabuliste, c'est-à-dire le moraliste.

Ceci étant dit, le corps de votre récit est à la fois extrêmement mystérieux (on sait très peu de choses de l'univers dans lequel vit Brunette qui semble pourtant extrêmement différent du nôtre : "androïde-mère", "Père suprême", vie éternelle et robot-inspecteur) et extrêmement suggestif. Personnellement, j'y vois au moins deux niveaux de lecture :
- A un premier niveau (SF), on peut y voir un récit d'anticipation basé sur le rêve d'immortalité des transhumanistes : l'humanité aurait trouvé le moyen de vivre éternellement en s'isolant dans une sorte de paradis brumeux d'où quiconque s'échapperait vieillirait instantanément.
- à un deuxième niveau, qui serait celui de la fable, on peut y voir une mise en garde contre le fait de "Perdre son temps" (expression qui revient comme un refrain dans le récit) et qui rappellerai le célèbre poème du "Carpe diem" de Ronsard. Le "paradis" dans lequel vit Brunette serait alors tout simplement l'instant présent et à force de courir après un rêve illusoire (peut-on trouver mieux que le paradis ?), Brunette "perd son temps" et sa vie passe en un éclair sans qu'elle ait eu le temps d'en profiter...

Bref, un texte très riche en dépit de sa brièveté et de son apparente légèreté. Bravo pour cette prouesse !

·
Image de Béatrice Gloda
Béatrice Gloda · il y a
Alors vraiment je vous remercie ! Et d'avoir pris ce temps aussi ! Je retiens le défaut de la logique narrative. Les 2 niveaux représentent ce que j'avais dans la tête en effet. Rooh, petite "prouesse", je débute !!
·
Image de Jean-Claude Renault
Jean-Claude Renault · il y a
L'ailleurs ne correspond pas toujours au rêve.
·
Image de Béatrice Gloda
Béatrice Gloda · il y a
L'herbe semble toujours plus verte ailleurs, c'est de la myopie optimiste !
·