J'ai rêvé ?

il y a
3 min
0
lecture
0
Nous étions au matinée du dimanche 14 juillet 2019, je dormais dans
ma chambre quand soudain je me suis réveillé; et tout en me rendant
compte d’un rêve dure, triste et joyeux que j’ai fait durant cette
matinée. Tout s’est passé comme suis dans le rêve :
J’étais dans un bateau avec plein d’autres personnes pour
atteindre le continent européen dans le but de réussir et
aider nos parents. Mais le voyage avait mal tourné et nous
nous retrouvons ainsi dans une ville inconnue. Entrée dans la
ville, j’étais plus avec les autres et aussi j’étais choqué en
voyant un enfant près de 5 ou 6 ans poursuivi par des
policiers, l’enfant pleurait tout en criant très fort et courait le
plus vite possible pour s’échapper des policiers dont l’un
tenais une arme qu’il tirait dans l'air pour l’effrayer et l’attraper
ensuite. Je n’y pouvais rien faire, j’étais incapable d’intervenir
et raison pour laquelle j’étais en cachette avec ma tristesse,
tout en regardant la scène. J’ai vu l’enfant s’échapper et
était dans un véhicule « mini- car » ayant à l’intérieur d’autre
passagers et même dans le véhicule l’enfant pleurait toujours.
Dans le même véhicule que l’enfant, je ne savais même pas
ma destination, je suis perdu dans un endroit inconnu. J’ai
gardé mon calme tout en jetant mon regard aux passagers qui
discutaient entre eux. La route n’était pas aussi bonne, y’avait
des obstacles comme des cailloux, des décentes à risque et
j’avais très peur que le véhicule ne tombe avec nous raison
pour laquelle je me suis serré et concentré à un barre fixe du
« mini – car ». Arrivée à un arrêt de cette ville ou la majorité
des passagers étaient descendues, je les ai poursuivis en
ayant une seule idée dans ma tête :
Celle de savoir le nom de l’endroit ou je me suis retrouvé.
Une bonne femme que j’avais remarqué dans le « mini –
car », je la suive et la demande sans hésiter le nom du village
d’abord: elle m’a fait savoir que le nom est « linguère » ;
ensuite je l’ai raconté tout ce que j’ai vécu pour en arriver là.
Enfin, elle décida de me conduire chez son père pour qu’il
m’aide à rentrer chez moi.
A partir de là, j’ai commencé à espérer car je n’avais aucun
argent sur moi pour payer le transport me menant chez moi,
rien que seul les habits que je portais. Accompagné par la
femme, je continu de marcher pied à pied derrière
elle dans les rues de « linguère » avec son frère. A un moment
de marche, nous sommes enfin arrivés chez elle, j’ai vu sa
petite sœur allongée sur un matelas, j’ai aussi vu la femme
déposer quelque chose dans la cuisine et au finisse, elle me
dirigea dans la chambre de son père.
Arrivée dans la chambre, j’ai déposé mon sac par terre et j’ai
retrouvé dedans son père, un vieux marabout très puissant
assis sur son tapis et entouré de ces gris- gris.
Il me disait : « n’aie pas peur mon enfant tous tes soucis
seront résolus ici ». Et il avait avec lui la queue d’un bœuf qu’il
me frôlait avec sa main droite comme s’il balayait sur mon
corps pour m’enlever des mauvais sort et suis resté assis
ayant l’impression de ressentir les malheurs qui sortais en
moi. Le vieux continuait ensuite à me verser des bouteilles
d’eau remplis de gris- gris et j’étais tout mouillé avec mes
vêtements. Après cette séance avec le vieux, j’avais
accompagné la fille du vieux quelque part dans le village mais
au chemin du retour nous avons croisés des garçons qui
semblaient nous provoquer ; j’avais dans ma tête l’idée de les
affronter; mais dieu merci tout c'était rentré dans l’ordre et nous
sommes encore rentrés. Je suis de nouveau dans la chambre
du vieux, mais il me demanda de retourner chez moi, il pensait
que j’étais venu pour les gris- gris. Alors j’ai commencé à
l’expliquer mon cas, en commençant par le
voyage mal tourné, l’enfant innocent poursuivi par les
policiers pour finir avec le rencontre avec sa fille qui m’avait
conduit vers lui. Mais après chaque cas d’explication, je
pleurais au fond du cœur, j’étais très triste en imaginant ses
dures moments que j’ai vécu. Le vieux était aussi choqué de
mon parcour et sans hésiter il me donne un billet de 2000fcfa pour
le transport et m’offre un petit mouton à emporter.
J’avais en tête que les 2000 ne me suffirai pas mais je l’avais
rien dit car je pourrai ensuite marcher à pied pour rentrer
chez moi après mon trajet de linguère au croisement saly. Ainsi suis
rentrée à saly et je n’avais plus le mouton avec moi, j’ai croisé
sur le chemin papa qui ne m’a pas parlé et je croyais qu’il
avait fait exprès mais après je me suis dit qu’il ne me m’avait
pas vu à cause de ses occupations car il tenait deux sacs avec
lui et c’est brusquement que je me suis réveillé, il faisait déjà
9h...
Fin de rêve.
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,