J'ai oublié

il y a
3 min
1766
lectures
131
Qualifié

Retrouvez-moi sur Facebook : https://www.facebook.com/jodrakstories  [+]

Image de Été 2018
Hier, c'était la treizième fois que l'inconnue du miroir me rendait visite. À 22 h 12 précises, comme tous les soirs, la flamme de la bougie a vacillé juste avant son apparition. La première fois, j'en ai eu peur. Une peur bleue, comme jamais je n'en avais eu de ma vie. Une peur qui vous comprime la poitrine et qui fige vos membres, jusqu'à vous transformer en statue. La fois suivante, je compris qu'elle ne me voulait aucun mal et qu'elle était bien plus effrayée que moi encore. Elle apportait un message depuis l'autre monde. Un appel au secours. Elle m'en distillait jours après jours une infime partie, jusqu'à ce que j'assemble enfin les pièces du puzzle. Ce soir, il est 22 h 30 passées et le miroir n'a reflété ni son visage pâle, mi-angélique mi-fantomatique, ni le noir absolu de sa chevelure flottante. La flamme jaunâtre n'a pas dansé. Sans doute attend-elle de moi que j'agisse, maintenant. J'ignore pourquoi elle m'a choisi, mais je dois l'aider, je le sais du plus profond de moi-même. Comme si je venais de découvrir un sens à ma vie. Je regarde une dernière fois le papier volant bleu ciel sur lequel j'ai inscrit l'adresse. Mes soucis de mémoire m'obligent à écrire la moindre chose. Jusqu'à utiliser un système de couleurs, pour classer mes nombreuses notes par thèmes. Cela a toujours été ainsi. Demain matin, à l'aube, j'irai là-bas, accomplir ma mission.

La route est droite, longue et ennuyeuse. Le brouillard matinal et la buée qui envahit mon pare-brise, réduisent la visibilité à néant. Je suis passé devant le numéro onze il y a quelques minutes maintenant et commence à me demander si je ne suis pas allé trop loin. Pourtant, à cette vitesse, même par un tel temps, il faudrait être aveugle pour manquer une maison en bord de route. Soudain, une silhouette de pierres se dessine enfin. Je m'arrête devant l'entrée de la propriété et baisse la vitre côté passager, invitant ainsi un air glacial à entrer. Sur le portail vert rouillé, je distingue les nombres un et deux, presque effacées par le temps. Je quitte la route principale et emprunte le chemin de terre cabossé sur quelques centaines de mètres et m'arrête sur le côté, devant le grand chêne. Pour le moment, tout se déroule comme prévu.

Le temps humide ayant ramolli ce sol exempt de cailloux, me facilite la tâche. J'enfonce la pelle dans la terre, avec l'appui de mon pied droit. Je creuse à mi-distance de l'arbre centenaire et de la clôture du champ, comme me l'a indiqué le mystérieux visage du miroir. Mon cœur bat fort, car je sais ce que je vais trouver sous mes pieds. C'est triste et affreux en même temps. Les larmes montent. La colère aussi. Cela me pousse à creuser encore et encore. J'exerce une pression toujours plus forte sur la pelle, soulevant toujours plus de terre à chaque passage. Au bout de quelques minutes, un trou conséquent s’est formé et ma pelle heurte l'insoutenable. Le crâne de la petite fille portée disparue depuis dix ans. Je jette la pelle sur le côté et empoigne ma truelle de maçon. Délicatement, je dégage la terre tout autour de lui, sans l'extirper. Ce n'est pas à moi de le faire. Dans le tas de terre que je viens de créer, je remarque un petit objet doré. Je le saisis et le frotte délicatement avec mon pull pour le nettoyer. C'est un pendentif en forme de cœur, sur lequel est gravé un prénom. Léa. Je glisse l'objet dans ma poche et me dirige vers ma voiture. Je dois maintenant prévenir les autorités au plus vite et quitter les lieux. Le corps ainsi découvert permettra de faire rouvrir l'enquête et de retrouver le coupable. Justice sera faite et la femme du miroir, apaisée, pourra rejoindre définitivement l'autre monde.

Ce soir, c’est avec une minute d’avance que la flamme entame sa chorégraphie, tel une danseuse étoile. Soudainement, elle s’éteint, libérant l’arôme vanille de la bougie. C’est la première fois que ce phénomène se produit. Malgré la faible luminosité provenant de l’éclairage extérieur, j’aperçois le visage. L’entrevue est différente des autres. J’ai posé le pendentif sur la table, entre le miroir et moi, de façon à ce que la jeune femme sache que j’ai fait ce qu’il y avait à faire. Elle paraît plus resplendissante que jamais, comme libérée d’un poids. À sa façon, elle me remercie et me fait ses adieux. Désormais, elle ne cherchera plus à communiquer avec le monde des vivants. Son image disparaît à jamais du miroir et la bougie se rallume, comme si elle ne s’était jamais éteinte. Comme si tout cela n'avait jamais eu lieu.

***

Des mois se sont écoulés et étrangement, toute cette histoire ne s'est pas totalement effacée de ma mémoire, comme c'est souvent le cas en général. Durant les premières semaines, j'en ai même fait des cauchemars. Ce moment où j'ai découvert la petite fille, ou plutôt ce qu'il en restait, a été responsable de nombreuses nuits blanches. Le miroir, quant à lui, a pris place au fond d'un placard, pensant que ça m'aiderait. Ce qui a fonctionné. Les choses se sont améliorées et j'ai fini par retrouver le sommeil et par penser de moins en moins à cette histoire. Jusqu'au jour où les hommes en uniforme sont entrés chez moi. Ils ont enfoncé la porte de mon appartement, armes en main. Je me rappelle encore de l'homme qui m'a passé les menottes, m'annonçant que j'étais en état d'arrestation pour le meurtre de Léa. Je n'ai pas opposé la moindre résistance, car cet événement produisit un véritable électrochoc en moi. La mémoire est revenue. En quelques secondes, les années oubliées ont défilées dans ma tête et j'ai vu un drame. Il y a dix ans de cela, j'avais une femme et une fille, prénommée Léa.

131
131

Un petit mot pour l'auteur ? 39 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Ghislaine Barthélémy
Ghislaine Barthélémy · il y a
L'histoire est prenante et la chute est terrible ! Mais justice est faite...
Image de Fabregas Agblemagnon
Fabregas Agblemagnon · il y a
Bravo,je vous félicite. vous pouvez me lire si possible (https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/amour-impossible-12)
Image de Jo Drak
Jo Drak · il y a
Merci je lis ;)
Image de Lolanou
Lolanou · il y a
Quand la mémoire vous joue des tours.... Bravo pour cette histoire
Image de Benjamin Sibille
Benjamin Sibille · il y a
J imaginais même un serial killer hallucinant des victimes oubliés demandant justice. Une sorte de memento du sixième sens. Suspens jusqu au bout. Bravo
Si vous voulez passer vers de l epique plus traditionnel https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/le-cheval-et-la-fleche

Image de Jo Drak
Jo Drak · il y a
Merci pour votre retour
Image de Nadine Gazonneau
Nadine Gazonneau · il y a
Voila une très belle découverte et un bon moment de lecture. +5. Je vous invite à découvrir "En route exilés" en finale du prix tanka.https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/en-route-exiles
Image de Jo Drak
Jo Drak · il y a
Merci beaucoup
Image de Plumareves
Plumareves · il y a
Une chute surprenante pour une histoire fantastique au charme prenant.
Image de Jo Drak
Jo Drak · il y a
merci :)
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Un bon texte plein de suspense ! Mes votes ! Une invitation à
découvrir “Vêtu de son châle” qui est en Finale pour le Prix
Tankas Printemps 2018 ! Merci d’avance et bon dimanche !

Image de Jo Drak
Jo Drak · il y a
Merci à toi :)
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
Un récit où l'on ne s'ennuie pas.
Image de Jo Drak
Jo Drak · il y a
Merci !!!
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
La finale des Tankas lunaires se termine ce soir. Je vous invite "A l'horizon rouge" pour la dernière touche. Merci.
Image de Dominique Alias Suna Descors
Dominique Alias Suna Descors · il y a
Whouahhh !!!! très jolie visite dans le miroir, la finale très dure, violente... bien réussi. On aurait préféré une issue heureuse, retrouver une personne à qui votre disparue aurait voulu que vous lui remettiez, en bref, je partais en suppositions quand brutalement, le choc violent de l'arrestation... la mémoire... la réponse était sous-jacente, là... dans vos mots : Mes soucis de mémoire m'obligent à écrire la moindre chose... Même avec cette finale, j'ai aimé votre histoire très touchante qui met en relation les esprits.
Image de Jo Drak
Jo Drak · il y a
Merci :) j'ai opté pour un fin plutôt malheureuse qu'heureuse car c'est là ou je me sens plus à l'aise et finalement c'est justement ce qui fait la surprise.
Image de Eliza
Eliza · il y a
Pfouuu, efficace. Suspense à fond et chute brutale ! Tout ce que j'aime.
Image de Jo Drak
Jo Drak · il y a
Merci d'avoir lu :)

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Une ombre au tableau

Marc Vidon

La femme s’approcha du gardien :
— Excusez-moi, je peux vous montrer quelque chose ?
— Bien sûr, répondit l’homme en uniforme en se levant.
— Ça concerne « Saint-Joseph... [+]