Ivan le Terrible

il y a
1 min
329
lectures
170
Qualifié

Ici, l'humour est une qualité ėcrite dans tous les textes. L'émotion est sa concubine et la dérision, son amante! L'humour des mots autrement  [+]

Image de 2020
Image de Très très court
Capucine reluquait le bonhomme de neige, façonné quelques heures plus tôt, par ces mains. Certes, l'âtre avait ensuite ravivés les petits canaux sanguins de ces paluches enfantines. À présent, habillées de mitaines, Capucine attestait d'un signe sur la vitre de la fenêtre, d'une amitié particulière. Mais auparavant, une nuit conciliante avec de beaux rêves, voilà ce qu'Allais être la connexion neuronale de Capucine. Et celle du bonhomme de neige?
Après avoir ricochée au-dessus de la couette, le lendemain matin, Capucine avait été stupéfaite. En effet, la grosse carotte en guise de renifloir du bonhomme de neige, s'était évanouie. Qui avait oser chaparder la truffe bouffie?
Tandis que les neurones en ébullitions de Capucine envahissaient sa caboche, la fillette gambergeait en absorbant des madeleines. La scrutation géométrique de la madeleine avait faite tilt: foutre un petit biscuit pour suppléer le groin du bonhomme de neige. L'attribut était des plus original, dix minutes après. Finalement, Ivan le terribe, le doux prénom personnel du bonhomme de neige administré par Capucine, avait fière allure. La journée chancie naturellement. Par contre, la nuit avait été toute autre.
Le lendemain matin, la madeleine d'Ivan le terrible s'était volatilisée. Et les jours suivants, identi-ques. Mardi, c'était Bonne Maman. Mercredi avait été la disparition du Saint-Michel. Jeudi? Le moulin du pivert, suivi d'un vendredi sans la Mère Poulard. Le week-end aurait pu bénficier d'une trève. Mais non. Samedi, les petits amoureux étaient introuvable et dimanche...Pépito. Qui diable était l'harpagon, le fesse-mathieu, l'usurié du bonhomme de neige de Capucine? Après cette semaine terrible, Capucine avait séjourné dans sa chambre, afin de résoudre l'énigme du dépeuplement des appendices nasales d'Ivan le terrible.
Elle monterait la garde derrière les volets entrebâillés et peut-être percerait-elle le brigand? Vingt-deux heures, aucune bêtise. Vingt-trois heures...la beauté de la pleine lune prêtait assistance à Capucine. Minuit moins cinq, les paupières devenaient lourdes. Tenir, coûte que coûte. Minuit!
Ce qui Allais suivre, les yeux de Capucine en seraient ébahis. Ivan le terrible avalait les biscuits sous le regard d'une chouette désennuyée de la vie nocturne. Ainsi, la gourmandise d'Ivan le terrible se manifestait pendant les rêves imaginaires de Capucine.
La journée du lendemain avait été différente. En effet, Ivan le terrible avait commencé à fondre, après que Capucine ai posé un choco en guise de renifloir. Était-ce le sourire du petit biscuit? En se levant, Capucine avait été surprise par deux choses: Ivan le terrible était toujours là et le gâteau aussi. Mais pourquoi?
C'est simple. Le sourire de ce biscuit avait la capacité de faire fondre les bonhommes de neige et Ivan le terrible aurait disparu avec sa gourmandise. Capucine s'était rendue compte qu'elle avait omis le bon biscuit: elle avait oublié le Prince...
170

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,