3
min

Irène

Image de Jacky

Jacky

11 lectures

1

Il est quelle heure? seulement 5H? j’ai chaud, je pourrai pas me rendormir, j’aurais dû baisser le chauffage! Maintenant, c’est trop tard. Je me lève? si je fais pipi maintenant, peut-être que je pourrai me rendormir.
Non, j’ai vu ses yeux noirs, méchants, il m’a regardé méchamment. Elle devait avoir ses yeux, sa mère. Tant mieux si elle morte. C’est pas ma faute. Lui, je l’ai eu pour moi toute seule. Mais il m’aime pas. Ca se voit. Il me déteste. Il m’a regardée comme une ennemie. Pourtant j étais obligée. je pouvais plus le garder ça pour moi, le secret de famille, comme ils disent. Et son père? Il a rien dit, comme d’habitude. A part ses timbres et ses gâteaux secs! Ils sont même pas bons! il reste du gâteau pour demain. Du coup on l’a pas mangé! Et le rôti, il était pas assez cuit, presque cru, même. Moi, j’avais plus faim, eux non plus, d’ailleurs. On a même pas bu le mousseux. Maintenant il est ouvert. On peut pas le jeter, ça se fait pas! j’ai soif, il fait trop chaud. Ca souffle dehors! Pourquoi il m a regardé comme ça? C est pas ma faute si sa mère est morte! Moi, je l’ai élevé, quand même! je me suis sacrifiée, bon sang, et même pas un merci, rien, que ce regard méchant, hargneux, comme si je l’avais volé à sa mère! C’est pas ma faute si elle morte. Et lui? Il était bien content de me trouver pour l’élever, le nourrir, le torcher! En tout cas il a rien dit! Sinon, il m’aurait engueulée, comme pour le pain trop cuit ou le rôti pas assez. Il a pas osé, l’ambiance s’y prêtait pas. Y en avait assez avec le fils! C’est bien lui, ça! Rien faire, rien dire, seulement ses timbres! Je l’ai jamais aimé! sec comme ses gâteaux qu’il achète tous les mardis au marché! Un pour le café du matin et l’autre pour la tisane du soir! Toujours un, jamais deux. Deux par jour fois sept jours, ça fait 14 gâteaux par semaine. Ca doit faire 1/2 livre, ça, 250 grammes, fois 4 semaines, ça fait le kilo, juste.Combien ça lui coûte, 1 kilo de biscuits secs dans le mois? Et jamais pour m’en proposer, non jamais! J’ai pas faim! Quelle heure il est maintenant? 5H 45. Tiens, c’est le train qui passe. Il va bientôt faire jour. Qu’est ce que je vais lui dire? Bonjour mon fils, comme d’habitude? Et lui? Bonjour maman? Ca m’étonnerait, comme il m’a regardée! De toute façon, il dit jamais rien, comme son père! Et sa mère? Il a dû l’aimer, l’autre! Forcément, il a dû l’aimer. Il lui a fait un enfant et pas à moi. De toute façon, j’ pouvais pas, alors autant en trouver un tout cuit. C’est vrai, heureusement que je l’ai eu. Il était beau tout petit. Dans la rue, on croyait que c’était le mien. Il me faisait des sourires. Il croyait que j’étais sa mère, bien sûr. Moi, je l’ai aimé, on peut pas ne pas aimer un enfant! Peut- être que je l’ai pas assez embrassé? Peut-être que j’ai été trop dure? trop stricte? Mais les claques, c’est pour leur bien C’est comme ça qu’on les dresse, non? Sinon, on en fait des voyous, comme Raymond. Je lui ai dit à Colette, t’es trop gentille avec lui, maintenant elle s’en mord les doigts, tant pis, je l’avais prévenue. Elle peut pleurer, j’irai pas la plaindre, ça non! Mais pourquoi il m’a regardée comme ça? Parce que je suis pas sa mère? Ca, j’y peux rien. Je l’ai pas connue sa mère. Il paraît qu’elle était pas belle, comme lui.
Je vais lui dire qu’on était obligés de lui dire la vérité. On pouvait pas garder le secret, c’est pas possible! A 21 ans, il est grand, bon sang, il doit comprendre. Pas de mère, pas de mère! Et alors? pas de fils, pas de fils. je me plains, moi? je reste forte. Il faut rester fort dans la vie, sinon... Il fait chaud, et ce mousseux qui est débouché. Je crois pas qu’on pourra le boire demain. Qu’est ce qu’il va me dire tout à l’heure? Il va pas m’embrasser, c’est sûr Et moi, comment je vais le regarder?
Encore un train! Angers, Angers, non, Agen, Agen, 2minutes d’arrêt! Y en a qui partent au soleil, dans ce train et moi jamais!
Je l’ai pris une fois le train, y a longtemps. C’était l’été, pour l’enterrement de ma mère, tiens au fait. Elle m’a bien éduquée, ma mère. J’ai toujours obéi, j’avais pas intérêt à dire non! Dans le train il faisait chaud aussi, il me donnait la main, il avait peur. C’était la première fois. J’étais sa mère en ce temps là. Maintenant c’est fini. Comme il m’a regardée, c’est fini. Du coup il aura pas de mère. Tant pis pour lui. je vais pas le supplier.

1

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Jacky
Jacky · il y a
Encore merci à vous pour votre "fidélité" de lecteur...
J'en ai d'autres dans la même veine. Je prendrai le temps de les mettre en ligne.

·
Image de michel jarrié
michel jarrié · il y a
Émotion et plaisir à découvrir ces oeuvres injustement remisées sur la voie de garage. Merci.
·