Il n'est plus, il n'a jamais été

il y a
4 min
79
lectures
34
Qualifié

La nuit, j'écris des histoires. La nuit, j'allume mon ordinateur et l'imagination m'emporte. La nuit, je plonge dans un autre monde et au matin, je rapporte des contes de mon exploration. La nuit  [+]

Image de 2018
Image de Très très court
Il avance, lentement et difficilement, un pas puis un autre plus laborieux encore. Il titube. La pluie coule doucement sur son visage...comme le sang.
Ses mains en sont recouvertes, comme le couteau qu'il tient. Son t-shirt blanc ne l’est plus. Ses côtes le font souffrir. Son cœur est emplit par une émotion qu'il ne connaît que trop bien, beaucoup trop bien : la crainte.
Il sait que quelqu'un lui a fait du mal, quelque chose de très mal. Mais il n'arrive pas à se rappeler. Les souvenirs lui reviennent par morceaux, en lui provoquant un horrible mal de tête. Il est perdu, il n'a aucune idée de l'endroit où il peut bien se trouver. Des larmes commencent à s'écouler, suivies de près par des gouttes de pluie. Elles tombent doucement dans la nuit. Rien de romantique, mais seulement une scène lugubre. Il doit partir mais il n'arrive pas à bouger, il est paralysé. Léthargique, incapable du moindre mouvement,  il attend patiemment la mort. Il courra la rejoindre, puis s’en ira vers l'écume des âmes errantes.
Il s'imagine étendu sur ce sol froid, qui se délectera de ses derniers instants. Puis soudain, il le voit...un ado qui s'approche, les cheveux en bataille, le visage crispé, des plaies un peu partout sur le corps, et des larmes mêlées au sang. Il s’avance, tremblant dans l’ombre et commence à murmurer.
« S'il te plaît, écoute moi,  il faut que tu prennes des médicaments, Thomas, s'il te plaît. » Ce fameux Thomas n'a aucune stricte idée de ce qu'il est sensé faire, de qui il peut bien être, alors il reste là à fixer l’inconnu, même si sa voix lui rappelle étrangement quelqu'un. Il n'a pas le temps de s'interroger plus longtemps... car un brusque changement s'opère dans son corps.
Son sang jusque là gelé par la peur, boue au fur et à mesure que la rage prend possession de lui.
Son esprit s'embrume, sa raison voit flou, une fumée noire l'embrouille.
Son cœur bat de plus en plus vite, son rythme s’emballe.
Ce n'est plus des larmes de crainte, mais de mépris.
Sur son visage l’inquiétude s’est envolée, désormais ses traits sont défigurés par la colère.
Il n'a plus peur...ce sentiment a entièrement disparu, à la place, de la haine, pure et destructrice.
Ce couteau ne sert plus à se défendre mais... à attaquer.
Et au fur et à mesure que les derniers fragments de son humanité disparaissent, sa deuxième personnalité prend le dessus. Thomas n'existe plus et cet ado non plus. Peut-être qu’en réalité, il est quelqu’un à qui le garçon tient, un camarade sympa assis à côté de lui en cours de maths, son meilleur ami à qui il confie tous ses secrets, ou même son amant avec qui il a découvert l’amour, mais aveuglé par l’hystérie, il devient un moins que rien.

Thomas n’a plus peur. Thomas n’est plus ce garçon effrayé. Le garçon terrorisé n'est plus, il n'a jamais été.

L'autre prend peur, mais essaye tant bien que mal de garder son sang froid, il ne faut pas qu’il s’en aille, il faut le calmer, même si il n’a jamais fait une crise aussi violente. Alors quand le garçon vient, il ne s'enfuit pas, quand il essaie de l'impressionner, il ne le supplie pas, quand un rictus mauvais déforme une nouvelle fois son visage, il ne panique pas, quand il brandit le couteau qu’il tient fermement dans sa main droite, il ne cille pas, quand il passe le couteau sur son cou, il ne hurle pas.
- Thomas, Tho...
Tenter de le raisonner n’aurait servi à rien de toutes façons, le supplier d’arrêter non plus. Rien ne pouvait stopper ses pulsions dévastatrices. Personne ne saura jamais ce qu'il a voulu dire. Personne ne connaîtra la fin de cette phrase. Personne ne comprendra celle qui a été sa dernière parole. Personne ne se doutera jamais de sa dernière pensée avant de la rejoindre. Personne ne saura si ce soir là, il a tranché la gorge de son petit ami. Même pas vous.
Mais le garçon a l’immense honneur de rencontrer la mort, et pour cet unique rendez vous, il est très joliment apprêté, il s’est vêtu de ses plus beaux atours. Des vêtements écarlates,  un collier de sang frais, et des larmes de souffrance.
Quand il s’écroule enfin sur le béton froid, elle le prend dans ses bras.
Il convulse, elle l'enlace.
Il tousse du sang, elle passe un doigt sur ses lèvres.
Il respire une dernière fois et elle l'embrasse.
Un amour nouveau, un amour néfaste.

L'autre ado couvert de sang, se relève, et part, sans un dernier regard vers le garçon, sans lui accorder ne serait-ce qu’une once de remord, une ombre de pitié, il s’en va sans rien ressentir ..en fait si.... de l'euphorie. Parce qu'il est heureux, il sourit, et dans la sombre nuit, il se met même à rire. Il ne sait pas qui est l'autre et il s'en fiche. Il ferme les yeux et s'imagine les gros titres des journaux quand on découvrira le cadavre demain. Il a une nette préférence pour le petit dernier, comme une odeur de sang, il le voit déjà en gras, captivant l’attention de tous les lecteurs. Évidemment des gens seront dévastés, mais d’autres.. la plupart sûrement oublieront la nouvelle quelques heures plus tard.
Il s'en va, et dans les ruelles noires, certains entendront sûrement s'élever le ricanement glaçant du monstre, d'autres apercevront vaguement la silhouette de l'adolescent, mais chacun retournera très vite à ses occupations, à sa petite vie bien rangée, puis s'endormira la conscience bien tranquille. Personne ne verra ses habits maculés de sang, personne n’apercevra le couteau sous son t-shirt, personne ne fera réellement attention à lui. Ce sera la même chose quand il retournera en cours, parce que personne n’a jamais fait attention à lui, personne ne voit sa douleur, ni ses amis, ni sa famille, encore moins ses bourreaux. Mais le soir, Thomas disparaît, il laisse sa personnalité folle, ou en réalité, sa vraie personnalité, celle que la société n’accepte pas, le contrôler. Sous les étoiles, il n’y a plus de bien, ni de mal. Seulement le pouvoir de réaliser ses rêves, de vivre réellement, de trouver l’amour, tout simplement d’être soi même. La nuit, tout le monde est différent, les masques tombent, les sourires hypocrites se défont, le mascara coule, les corps s’assemblent. La nuit, rien n’est pareil, le garçon devient celui qu’il est vraiment. La nuit, il n’y a plus de gentils ni de méchants, seulement des êtres libres.

Quand Thomas ouvre les yeux le lendemain, il croule sous les notifications, de journaux en ligne et de sites en tout genre, tous parlent du meurtre d'un ado, il n’en lit aucun.. Il se répète sans cesse que ce garçon retrouvé mort, ça aurait pu être lui.. Il reste à la maison toute la journée. Il ne fait rien, ses quelques souvenirs tournent en boucle dans son crâne. Et enfin, en début de soirée , il arrive à s'endormir. Les cachets sur sa commode lui hurlent silencieusement de se lever, l'autre lui susurre d’une voix douce qu'il peut tomber dans un sommeil profond, remplit de rêves ou de cauchemars.
Et...il l’écoute.

L'autre se réveille, jette les médicaments et sourit, parce que le temps d'une pleine lune, Thomas n'existe plus, il est heureux, parce que sous la lumière des étoiles, la frontière entre le bien et le mal s’estompe, il rit parce que...cette nuit encore.. il sera vraiment lui.
34

Un petit mot pour l'auteur ? 23 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de michel jarrié
michel jarrié · il y a
Bonjour les mosellans ! La Provence apprécie autant votre texte(avec retard) que votre soutien à Hervé.M.
Image de Violette Baudelaire
Violette Baudelaire · il y a
Merci d'avoir pris le temps de lire mon texte, et vous êtes entièrement excusé pour le "retard", gagner ce concours n'était pas le plus important mais que ma nouvelle plaise à certains. Et j'ai beaucoup aimée son texte.
Image de Hervé Mazoyer
Hervé Mazoyer · il y a
Votre pseudo c est un hommage au poète ?
Image de Violette Baudelaire
Violette Baudelaire · il y a
J'ai jamais lu de Baudelaire mais j'ai bien l'intention d'en lire plus tard, mon pseudo c'est un hommage à la perso principale des désastreuses aventures des orphelins Baudelaire et un peu quand même à l'écrivain !
Image de Hervé Mazoyer
Hervé Mazoyer · il y a
Je te conseille vivement la lecture des fleurs du mal. Je n ai jamais lu de poèmes aussi magnifiques que ceux de Baudelaire. De son vivant il a été traīné dans la boue, misereux, poursuivi pour ses textes que l on trouvait outrageux, avant de mourir tres jeune dans des souffrances ignobles. Bref un génie parfaitement incompris de son époque.
Image de Violette Baudelaire
Violette Baudelaire · il y a
Me revoici deux ans plus tard ( après un passage au lycée, des centaines de nouveaux textes et l'écriture de deux livres ) pour vous annoncer que j'ai suivi votre conseil : j'ai enfin lu les fleurs du mal. Bien que beaucoup de poèmes me paraissent compliqués et méritent certainement plusieurs lectures pour les comprendre parfaitement, il y en aussi un grand nombre qui m'ont marqué, et ce, à tout jamais.
Image de Violette Baudelaire
Violette Baudelaire · il y a
Je lirai ça le plus tôt possible, un titre qui m'attire fortement !
Image de Dranem
Dranem · il y a
Un texte d'une noirceur poétique... par delà le bien et le mal.... Pour être moi-même en compétition, je vous invite à lire Série noire si vous aimez les polars - Et si vous aimez Baudelaire.... L'invitation au voyage, lecture baudelairienne en mascareignes.....
Image de Violette Baudelaire
Violette Baudelaire · il y a
La frontière qu'on impose petit n'existe plus, les apparences s'effacent et dans ce texte noir, presque poétique, j'ai voulu montré à quel point ces règles avec lesquelles nous sommes formatés qui nous parrainent si solides, mais qui sont en réalité sont si fragiles quand on ose braver l'interdit. Au final, le lecteur peut choisir ou non de considérer Thomas fou, peut choisir ou non de lui accorder sa compassion. Ce que lecteur peut comprendre, c'est que même si on nous le répète en permanence, il n'y a pas de gentils, ni de méchants.
Image de Liam Azerio
Liam Azerio · il y a
Bigre ! :o
Ton écriture est parfois un peu imprécise (j'étai un peu perdu entre les différents protagonistes en début de texte), mais une fois qu'on est dedans ça prend aux tripes ! Ce que j'ai adoré dans ton texte, c'est l'énergie brute qui s'en dégage, et même pas foncièrement l'intrigue en elle-même ; le passage avec Thomas qui se balade dans la nuit après son forfait sonne bleu, mais je le trouve superbe car convaincant dans l'esprit d'un ado, et clamé avec une foi qui fait même douter le lecteur !
Bravo et merci pour ce texte, Violettebaudelaire :)
Si tu le souhaites, n'hésite pas à lire "Gu'Air de Sang", également en compétition !
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/gu-air-de-sang
P.S. : moi aussi je préfère le tutoiement sur Short, le vouvoiement me fait peur d'être pris trop au sérieux

Image de Violette Baudelaire
Violette Baudelaire · il y a
C'est vrai que l’apparition soudain du second perso peut porter à confusion. Mais l'essentiel est que tu aies compris qu'il a bien deux personnes et pas trois.
L'énergie brute, c'est vrai que j'adore écrire ce genre de texte.
C'était totalement le but, l'écrire de telle façon qu'en fin de compte, le lecteur en vienne à oublier que Thomas est malade et qu'il a tué quelqu'un, qu'au final il finit par penser comme lui.
Vive les gens qui aime le tutoiement!
Tu mérite comme Linkye un diplôme qui n'existe pas encore !

Image de Hervé Mazoyer
Hervé Mazoyer · il y a
Vers l écume des âmes errantes...que c est beau et bien écrit à l encre rouge en plus avec tous ces couteaux... bien ecrit mes voix et une invitation à venir lire ma nouvelle en competition. cordialement
Image de Violette Baudelaire
Violette Baudelaire · il y a
Écrit à l'encre rouge.. moi qui adore les figures de style, je crois bien que celle là est une des meilleures que j'ai entendue. Celle-ci pourrait parfaitement décrire mon style d'écriture !

Je viens jeter un coup d'oeil, lire encore plus, que du bonheur!

Image de Marie
Marie · il y a
Bravo pour votre texte, qui vraiment est très bien écrit et l'intrigue bien menée. Continuez et persévérez. Bravo mes voix,
Si vous avez un peu de temps pour la lecture, viendrez vous soutenir mon TTC ?. D'avance merci de votre passage
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/loin-des-yeux-loin-du-coeur

Image de Violette Baudelaire
Violette Baudelaire · il y a
Merci pour ce commentaire qui me donne encore plus envie de continuer à écrire.
J'arrive ! Je viens lire ça immédiatement

Image de Marie
Marie · il y a
Merci à vous.
Image de Linkye
Linkye · il y a
Wow. Sans mauvais jeux de mots, c'est à vous en glacer le sang. J'ai adoré, tu mérites nettement plus de voix, c'est pour ça que je te donne 4 des miennes ! Bon courage pour la suite ! Je t'invite à venir lire mon texte "Matriochka" en compétition pour le même concours ! :)
Image de Violette Baudelaire
Violette Baudelaire · il y a
Je suis actuellement ensevelie sous les compliment! Apparemment je suis douée pour faire baisser la température de l'hémoglobine, j'adore écrire des histoires noires mais que mère se demande parfois si je ne suis pas dépressive. Et bien c'est tout le contraire, écrire, ça me rend hyper joyeuse!
Je vais lire ça tout de suite!
Et tu es la première personne à me tutoyer, félicitations, tu mérite un diplôme qui n'existe pas encore ! :)

Image de Florent Paci
Florent Paci · il y a
Une mue folle et terrible ! J'aime beaucoup votre écriture qui oscille entre fantastique et horreur. Mes votes et encouragements ;)
Image de Violette Baudelaire
Violette Baudelaire · il y a
Un grand merci à vous ! heureuse que mon univers vous affecte autant. Et j'ai bien l'intention de continuer à écrire, j'adore ça !
Image de Florent Paci
Florent Paci · il y a
Au plaisir de vous (re)lire !
Image de Ginette Flora Amouma
Ginette Flora Amouma · il y a
Mes votes . Bonne chance.
je vous invite à lire mon texte" le prix de la mort" également en compétition .

Image de Violette Baudelaire
Violette Baudelaire · il y a
Merci beaucoup d'avoir lu et encore plus d'avoir laissé un vote!
Je viens voir ça tout de suite!