Histoire de Fès

il y a
1 min
195
lectures
41

Toute ma vie a été bercée par la littérature, la poésie, et le théâtre. J'ai pris la plume très tôt, et bien que légère elle donna du poids à mes mots, qui devinrent des récits, des  [+]

L'été dernier, je suis allé visiter le Maroc pour la première fois. J'avais décidé de commencer la découverte de ce pays par la ville de Fès. Autant vous dire que ça m'a coûté la peau du cul ! J'ai pris le car pour aller à Fès et j'ai manqué l'arrêt ! J'ai dû repayer un autre billet.

En plus de ça, j'ai pas eu de cul, il y faisait chaud ! J'ai eu chaud aux fesses à Fès ! Ça m'apprendra à bronzer le cul à l'air. Fès en feu, j'en remets une couche ! Avec un peu de liniment ça devrait aller mieux ! J'ai poursuivi ma balade en pets, j'aime respirer l'air de Fès.

En me promenant dans le souk, j'ai découvert un tanneur. Une tannerie est un endroit étrange où l'on peut acheter des maroquins pour pas cher ! Les maroquins sont de vrais peaux de chèvres, et mon tanneur est une vraie peau de vache ! J'ai voulu lui acheter une peau. Il m'a dit avec un grand sourire :

— Vous avez du pot, j'ai de belles peaux de Fès, touchez, n'ayez pas peur !

Je l'ai acheté pour quelques Dirhams, elle était douce, c'est ce que j'appelle avoir la peau lisse à Fès. J'ai appris plus tard, par des Marocains, que je l'avais payée dix fois le prix ! Moi qui croyais avoir fait une bonne affaire, j'ai pris une tannée chez le tanneur ! Ça n'est pas grave, je suis un dur à cuire ! Je suis aller dans un magasin de chaussures du centre-ville, et je m'en suis acheté des authentiques, très jolies, une très belle paire de Fès !

Comme j'avais une petite faim, je me suis arrêté dans un petit restaurant pour y goûter un plat typique : la harira. C'est une soupe très populaire, le plat du pauvre, en quelque sorte, mais qui m'a redonné le sourire ! Comme on dit là-bas : harira bien qui rira le dernier !

C'est une très belle ville ! Je me suis ensuite rendu à l'office du tourisme pour leur proposer d'être jumelé avec des villes de France : Duranus dans l'arrière pays Niçois, Cucuron et Montcuq !

Après quelques tractations, et quelques rétractations, j'ai finalement décidé de quitter cette ville, et voilà que je me rabats sur Rabat. J'appelle mon ami Rabah en France :

— Y'Agadir à tout le monde que je vais à Rabat Rabah, Essaouira mieux ! Si les voyages au Maroc forment la jeunesse, c'est parce que c'est ici que les Meknès !



41

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !