1
min

Histoire d'amour

Image de Raymond Kvist

Raymond Kvist

9 lectures

0

Prologue
Il mourut calmement, comme tout ce qui doit se retirer avant l'hiver. Il laissait derrière lui la semence qui fait lever le ventre de celle qui vous choisit, parmi tant d'autres, comme étant le seul qui puisse pénétrer son journal intime. Elle l'avait choisi parce qu'elle le cherchait depuis toujours. Il était à ses yeux comme une journée qui se passe à deux, comme des amoureux ensemble depuis la nuit des temps. Elle était pour lui comme un édredon dont la nuit vous caresse le corps, sans inscrire la souffrance du jour.

L'histoire

Il était passé très vite près d'elle, pressé dont on ne sait d'où. Quand elle le vit se mouvoir au devant d'elle, elle sut qu'elle venait de frôler son âme soeur. Ce qui pousse une personne particulière, à percevoir l'avenir au devant de soi. Elle eut le courage de l'avalanche, elle courut vers lui.

Lorsqu'il la vit arriver, essoufflée, pour prendre le même ascenseur que lui, il eut tout juste le temps d'en retenir la porte pour qu'elle puise y prendre place. La vue de cette femme allait nourrir son imaginaire pour toute la durée (cet ascenseur va vraiment trop vite, se disait-il) que puis-je faire pour lui parler de cette émotion qu'elle provoque en moi? Il avait déjà peur de la perdre.

Heureusement, elle avait reconnue en lui son avenir. Personne, comme elle, ne savait extraire du présent ce qui devait assurer leur continuité. Elle sut trouver les mots qui encerclèrent sa main dans la sienne; mettre sa tête sur son épaule, marcher côte à côte le long du quotidien, se lever chaque matin comme un nouveau rendez-vous amoureux, qu'ils renouvellent chaque jour. Enfin, ils surent par dessus tout s'unir; parce qu'ils avaient confiance que cette union complétait une démarche, qu'ils ne voulaient, ni l'un ni l'autre, qu'elle ne se termine.

Il sut tout cela et demeura ébahi que ce fut si simple d'aimer. Il apprit qu'il y a un espace inaccessible pour lui comme pour elle. Un espace humain, comme une note musicale qui se brise sur l'écume d'une mer déchaînée, et revient s'échouer en nos âmes tourmentées. Ce qu'un minuscule coquillage connait depuis des millénaires. Nous sommes tellement semblables que nos différences se confondent. Il n'eut pas à s'enorgueillir de la conquête qui blesse le pouvoir d'aimer. Il mourut calmement, heureux.

Elle savait tout cela et plus encore. Elle berçait leur avenir, cet enfant, comme un journal intime détenant tous nos secrets.
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,