Hétérotélie

il y a
1 min
34
lectures
0

Médecin de prison, je fais des cours sur l'art à mes patients/détenus, je suis passionné de littérature et modeste sculpteu  [+]

Mon père était amputé, après son accident vasculaire cérébral, d’une grande part de son chant lexical, il ne pouvait écrire.
J’accourrai à son chevet
Je recueillais ses premiers mots, émis à grande peine, avec la valeur qu’on accorde à ceux d’un testament.
«...A’...ELL’...OUAGUE... »
Deux voies de recherches :
« Appelles Jean François Vouagues »
«  L’Archipel du Goulag »
Jean François Vouagues était le meilleur ami de mon père. Il avait sombré dans le grand banditisme, avait été arrêté, s’était évadé, était encore en cavale à cette heure.
L’archipel du Goulag avait été pour mon père, à l’instar de Rémi dans le film Les Invasions Barbares, quelque chose qu’il aurait aimé écrire afin de laisser une place à la postérité....il avait eut une modeste carrière, se piquait de littérature et vouait un culte aux écrivains.
J’optai pour la seconde interprétation et, comme son vœu le plus cher, fit éditer à la hâte, ses écrits, ses notes, ses nouvelles, ses essais.
Ils conduirent tout droit des inspecteurs à la planque de Vouagues.
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,