Henri

il y a
1 min
33
lectures
4

Bonjour à tous, Je vous remercie de lire mes histoires et je serais ravie d'avoir vos commentaires et retours, qui m'aideront je l'espère à m'améliorer pour mes prochains écrits. Bonne  [+]

C’est en arrivant sur le quai qu’elle rencontra Henri, un ami d’enfance. Ami, était-ce vraiment le terme ? Il était plutôt celui qui la faisait tourner en bourrique, se moquait d’elle, l'humiliait même.
Elle n’était pas de ces petites filles modèles qui faisaient légion dans son école. Pas de robe en dentelle ni de gants blancs. Juste de quoi être présentable aux yeux du monde, de l’instituteur, de ses camarades. Mais pas aux yeux d’Henri. Il se moquait de sa blouse trop grande mais qui lui permettait de voir venir l’hiver, de ses ongles salis par le travail à la ferme, de ses cheveux réunis en une informe queue de cheval.
Et c’est là qu’elle le vit, sur le quai. Vingt ans avaient passé. La vie avait mieux tourné qu’elle ne l’avait espéré.
Elle avait été encouragée par ses professeurs, fait de belles rencontres. Elle était désormais l’honorable épouse d’un jeune militaire promis à une belle carrière.
Sa robe était en dentelle, ses gants d’un blanc immaculé, ses cheveux savamment relevés en un chignon élégant. Elle était quelqu’un.
Henri. Que dire d’Henri ?
Il était là, à porter des valises trop lourdes pour sa silhouette émaciée, pourtant autrefois si imposante.
Elle passa à côté de lui. La bienséance lui aurait dicté de l’ignorer, de lui sourire peut-être, en laissant derrière elle les vieilles rancunes.
Mais elle n’était pas de ces femmes-là.
Henri leva les yeux vers elle. Il l’avait reconnue, elle le savait.
Alors qu’elle passait devant lui, elle lui asséna un coup de la pointe de son parapluie. Assez discret pour qu’aucun curieux ne s’interroge sur son geste, mais assez fort pour qu’Henri ressente toute la rancoeur enfouie depuis de si nombreuses années.
Elle partit sans un regard. Juste un petit sourire au coin des lèvres. Presque imperceptible.
4

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Des cheveux sur un oreiller

Edouard Bonnet

Un jeudi.
Je suis persuadée que c'était un jeudi parce qu'il me restait un jour supplémentaire avant le week-end et dans ces circonstances, ce jour de plus était intolérable.
Ce jeudi-là donc... [+]