2
min

Grosse envie

Image de JLT

JLT

22 lectures

1

J’ai envie de pisser. Une belle grosse envie. Je crois bien que c’est elle qui m’a réveillé. D’ailleurs, je ne suis pas réveillé. J’émerge, avec cette énorme envie comme un insupportable fardeau que je ne saurais pas où poser. J’ai la flemme de me lever. Je serais si bien, au chaud sous ma couette sans ce besoin urgent. La chambre est frisquette. Mettre un pied sur le parquet me paraît hors de portée. Il va pourtant bien falloir envisager de se lever. Même si j’étais riche, personne, aucun serviteur, aucun esclave ne pourrait pisser pour moi. C’est mon truc à moi, pisser. Mon devoir, ma responsabilité, quelle angoisse ! Il va falloir passer à l’action si je ne veux pas pisser au lit.

L’autre nuit, j’ai pissé en dormant. Je m’étais couché ivre mort et, vers quatre ou cinq heures du mat : pipi au lit. A 42 ans ! C’était chaud sur mon ventre. Je me suis réveillé avant d’avoir tout fait et j’ai fini aux toilettes. En y allant au radar, je pensais à ces soldats qui tiennent une grenade dégoupillée et qui ne savent pas trop s’ils vont avoir le temps de la lancer avant qu’elle n’explose. Ce fut une longue pissade bizarre. Vous avez remarqué qu’on ne pisse pas pareil quand on a bu ? Je veux dire bu de l’alcool. En tous cas, moi, ça me fait tout drôle. Je pisse plus longtemps, moins dru, moins net. Je ne sais jamais si c’est vraiment fini. Je crois qu’il n’y a plus rien et puis ça repart. Quand y en n’a plus, y en a encore. Ca devient fatiguant. Inquiétant même. Surtout qu’en général, on ne tient pas bien debout, encore tout imbibé qu’on est. Mais Dieu que c’est bon ! On élimine. On se lave le dedans, on rince, on vidange, on rejette le poison ingurgité la veille, c’est à dire il y a une éternité. On essaye de se rappeler ce qu’on a bu. On se demande pourquoi on a bu autant. On se dit qu’on ne boira plus jamais. J’ai laissé traîner mon bas de pyjama trempé sur le carrelage de la salle de bains et je suis retourné me coucher.

Et aujourd’hui, voilà que ça recommence ! Enfin, cette fois, j’ai pu me retenir dans mon sommeil. Mais je ne pourrai pas résister longtemps. Plus j’y pense, plus c’est difficile. Imaginer les gestes que je vais devoir accomplir pour me lever et me diriger vers les toilettes renforce l’impérieuse envie. Il ne faut pas que je visualise mentalement les chiottes, sinon je suis foutu. Je pourrais m’y croire et lâcher les vannes. Hum ! Que ce serait bon ! Bon, il va falloir bouger. Tu vois, si tu t’étais levé tout de suite, tu aurais déjà fini et tu te serais recouché, là, comme ça, bien au chaud et libéré. Et si j’étais en train de rêver que j’ai envie de pisser ? Si c’est ça, je n’ai qu’à changer de rêve et plus besoin de se lever. Hélas, mon envie est bien réelle. Même que ça devient douloureux tellement c’est réel. Allez, faut y aller. Courage. Tu verras, la vie sera plus belle après. C’est si bon de pisser. Et en plus, c’est gratuit. Profites-en !
1

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Didier Poussin
Didier Poussin · il y a
Chose indidpensable
·