Image de Hiver 2021
Gaspard était un crocodile qui n’aimait pas son apparence. Il ne l’aimait tellement pas que, le jour, il se cloîtrait dans une caverne pour se cacher des autres.

Lors d’une nuit de pleine lune, il rencontra un crocodile qui exerçait le métier de marchand ambulant. Il vendait toutes sortes d’objets rares. Gaspard fut intrigué par une petite graine d’enchantement. Il l’obtint pour quelques sous et s’en retourna tout fier dans sa caverne.

Il la planta sur un petit bout de terre que les rayons du soleil traversaient en journée. Allongé juste devant, il passait de longues heures à la regarder germer puis à s’étaler confortablement dans l’espace qui lui était dédié.

Gaspard ne se lassait jamais d’en prendre soin et, grâce à sa plante d’enchantement, sa caverne lui semblait être devenue un havre de paix.

Une nuit, il fit la connaissance d’un hippopotame. Ils parlèrent durant des heures et, à l’approche du jour, Gaspard retourna dans sa caverne.
Épuisé par sa nuit blanche, il s’endormit sur le coup et alors qu’il dormait d’un profond sommeil, il dit à voix haute :
— Comme j’aimerais être un cropotame. Ce serait moins ennuyeux.
En se réveillant, il fut surpris de découvrir que, hormis sa tête, il avait le corps d’un hippopotame. Il était si heureux qu’il se pavana devant les autres animaux comme un enfant ayant reçu un cadeau.
Il se montrait, faisait des acrobaties et s’écriait à tout bout de champ :
— Je suis un cropotame !
— On a compris, s’emporta une gazelle. Alors, arrête de le marteler haut et fort !
Mais rien n’y fit, Gaspard continua de crier de joie jusqu’à épuisement et finit par retourner dans sa caverne, la tête encore dans les étoiles.

La nuit suivante, il était comme un somnambule et se cogna contre la patte d’un éléphant.
Il ne s’en était pas rendu compte, mais il avait des pattes d’éléphant, en plus de son corps d’hippopotame et de sa tête de crocodile.
Ce n’est qu’une fois réveillé, dans sa caverne, qu’il s’en aperçut et accourut vers les autres animaux.
 — Je suis un cropoléphant ! s’écriait-il, non sans déplaire aux autres animaux qui commencèrent à s’étonner de plus en plus par cet étrange phénomène dont Gaspard était habité.

Il ne fut pas au bout de sa peine, quand un lion se joua de lui en le provoquant :
— Et de moi alors que pourrais-tu bien avoir ? Fais-nous à nouveau un de tes tours de magie ! 
Pendant que le lion riait de lui, Gaspard lui mordit la queue et s’exclama :
— Ça, c’est pour t’être moqué de moi. 
Aussitôt, sa queue de crocodile fut remplacée par une queue de lion.
— Vous êtes tous témoins, dit-il. Me voilà maintenant être cropoléphion.
Et tous, y compris le lion, crièrent :
— Gaspard le magicien ! Gaspard le cropoléphion ! 
Flatté par cet engouement, il était sur un nuage tellement sa joie était immense.

Au fil des jours, il se lia d’amitié à l’hippopotame avec lequel il avait discuté des heures, l’éléphant contre lequel il s’était cogné et enfin le lion auquel il avait mordu la queue. Ensemble, ils formèrent une assemblée de l’enchantement à laquelle, très vite, les autres animaux adhérèrent.
Chacun allait de ses suggestions et, en bon chef de file, Gaspard mit en place des lois qui donnaient les mêmes droits pour les plus petits comme les plus grands.

Cependant, en même temps que l’automne arrivait, la plante d’enchantement de Gaspard se flétrissait et il perdit un à un les attributs de ses amis.

Sa queue de lion fut remplacée par une queue de crocodile.
Ses pattes d’éléphant furent remplacées par des pattes de crocodile.
Son corps d’hippopotame fut remplacé par un corps corpulent et écaillé de crocodile.

— Peu m’importe ! se dit-il. Cropoléphion ou pas, je reste moi-même !

Ce fut ainsi qu’il s’adressa à ses trois nouveaux amis :
— Je ne suis plus un cropoléphion. Mais je reste moi-même. 
Puis il dit à l’ensemble des animaux :
— L’assemblée de l’enchantement demeurera encore longtemps, car j’ai un présent pour la faire perdurer. 

Et Gaspard, qui avait une multitude de graines d’enchantement venue de sa plante, les distribua à chacun des animaux.

Ensuite, ils firent la fête des jours et des nuits, impatients d’être déjà au printemps. Gaspard ne vécut plus seul dans sa caverne, mais en bon assembleur avec ses amis, l’hippopotame, l’éléphant et le lion ainsi que les autres animaux.
25

Un petit mot pour l'auteur ? 17 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Mijo Nouméa
Mijo Nouméa · il y a
Comme nous aimerions que ce texte soit prémonitoire, avec cet altruisme bienveillant de ceux qui fédèrent:)
Image de VERONIK DAN
VERONIK DAN · il y a
Vivre ensemble sans distinction. Très joli
Image de Dominique Fabre
Dominique Fabre · il y a
C'est un texte tout en bienveillance... qui fait de vous un concurrent redoutable :-))) bravo
Image de Arthur Rogala
Arthur Rogala · il y a
Très sympa ce texte, tout simple,avec plein d'humour et de tendresse, un plaisir à lire !
Image de Doria Lescure
Doria Lescure · il y a
Joli conte animalier sur la tolérance et le respect. C’est simple, fluide, correctement construit et ça fonctionne.
Image de Lyne Fontana
Lyne Fontana · il y a
Un conte très imagé qui se lit bien.
Image de Mickaël Gasnier
Mickaël Gasnier · il y a
Un cropoléphion qui reste lui même en attendant le printemps...
Un conte très agréable qui m'a fait sourire... ( Heureusement que Gaspard n'est pas rentré en contact avec tous les animaux qui l'entouraient... !!!
Un Cropoléphioningezellebre et caetera... ^^

Bienvenue sur Short Caliste !

Un nouveau abonné. " Allez à Jacta : Est ! "

Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
C’est amusant et charmant, ce conte à partir de noms d’animaux, qui prône l’acceptation de son apparence, et j’ai lu avec plaisir cette histoire pour enfants et grands enfants sur les métamorphoses facétieuses des animaux.
Image de Sarita MENDEZ
Sarita MENDEZ · il y a
Très joli !
Image de Les Histoires de RAC
Les Histoires de RAC · il y a
Sympa comme tout, à illustrer ♫

Vous aimerez aussi !