Frissons suspendus

il y a
4 min
155
lectures
199
Finaliste
Jury
Image de 1ère édition
Image de Très très court

Le dernier jour du mois de mars, Xavier Lagarde, avocat à la cour, fut pris d’une sensation d’étouffement. Il avait un grand besoin d’air. Il ouvrit sa fenêtre. Une mouche verte et velue pénétra dans la pièce. Agacé par le bourdonnement qui troublait sa digestion, il entreprit de la chasser, et en relevant la tête, s'aperçut que l'épée de Damoclès se trouvait suspendue au-dessus de lui.
La lame brillait dans le soleil et il demeura figé sur place, comme tétanisé. Une éructation sourde lui remit en bouche le foie gras, le confit, le cognac, le cigare.
Il supposa qu'il était peut-être victime d'une hallucination. Cependant, il n'osait faire un geste car il distinguait nettement les contours de l'arme. Doucement, il étendit le bras et saisit le coupe-papier de bronze sur le secrétaire, puis délicatement percuta le tranchant qui répondit par un tintement bien franc.
Il avança prudemment de deux pas, les yeux vissés sur la menace. Elle se déplaça
en même temps de deux pas. Il recula, elle recula aussi .
Il dut accepter l'évidence, et, pris de panique il appela sa femme. A ce cri, le métal se mit à vibrer. L'avocat vit trembler la lame. Baissant le ton, il renouvela son appel. Il était pâle et des gouttelettes commençaient à sourdre de ses tempes.
Clotilde, absorbée au téléphone avec son amie, n'avait pas entendu crier. Lorsqu'elle entra dans le salon, elle trouva son mari en face de la fenêtre, les bras en croix, la tête en l'air. Comme elle ne lui savait pas de tendance au mysticisme, elle en fut troublée.
-"Regarde"! dit l'avocat d'une voix si faible qu'elle était à peine audible.
En s'approchant de lui, Clotilde aperçut alors sur la surface du plafond, une grosse mouche qui se frottait les pattes.
-"Dieu quelle horreur ! s'exclama-t-elle. Il n'y a rien de plus dégoûtant que ces choses-là".
Mais l'avocat ,qui avait déjà oublié la mouche, et qui voyait de nouveau frémir l'épée murmura sans bouger:
-"Pas si fort, tu vas la faire tomber"!
La peur convulsait son visage jusqu'à le rendre méconnaissable.
-"Ce n'est pas la peine de te mettre dans des états pareils, dit Clotilde un peu surprise.
Elle ne va pas te piquer . Je vais la faire sortir."
-"Non, non, surtout pas! s'écria l'avocat à mi-voix. Pas de geste brusque, elle ne sortira que si je sors."
De plus en plus intriguée, mais néanmoins pratique, elle jugea qu'il avait raison de ne pas la renvoyer par la fenêtre. Il fallait tuer cet insecte..
Elle s'éclipsa dans la cuisine puis revint avec une bombe pesticide et une tapette à mouches.
-"Pas la tapette ! "protesta l'avocat qui comprit aussitôt que l'épée n'était visible que de lui seul.
Un jet d'insecticide fit chavirer la mouche.
-"Te voilà satisfait, dit Clotilde, mais que de façons étranges pour une petite bête " !
Il plongea dans un fauteuil et il se mit à penser.
A cinquante ans, Xavier Lagarde croyait être un homme heureux et sans histoire. Cependant, un mauvais rêve de la semaine passée lui revint en mémoire. Il lui semblait encore entendre les bruits de galop et la douleur des blessures qui l'avaient réveillé dans son cauchemar. Il se trouvait projeté dans un siècle lointain, chevauchant une jument alezane dans une allée bordée de grands arbres. De farouches cavaliers armés de sabres l'accompagnaient. Il se rappelait avoir franchi un obstacle et à la réception il était tombé, entraînant dans sa chute tous les chevaux. Les cavaliers s'étaient volatilisés mais leurs sabres s'étaient abattus sur lui, en le blessant.
Les traits crispés, il releva le front. Le glaive était encore là, et il ne parvenait pas à comprendre son insistance. Le rêve pouvait-il être prémonitoire?
Son esprit rationnel refusait de croire à ce genre de superstitions.
Après une heure de réflexions impénitentes, lentement il se leva et sortit dans le jardin. Il descendit les marches du perron, terrorisé par la menace qu' il ressentait sur sa tête. Il s'engagea dans l'allée calme et profonde qui conduisait au portail et emprunta la rue menant dans un quartier morne et désert.
Il marchait, obsédé par la seule idée de ne pas relever la tête. L'ombre de l'épée se dessinait au dessus de la sienne et s'allongeait à mesure que le soleil déclinait.
La marche à l’air libre le rassérénait et au crépuscule, il se sentit soulagé.
Toutefois, il resta prostré jusqu'au repas du soir. Il se mit à table en chipotant dans son assiette. Sa femme ne s'aperçut de rien, monologuant sur la toilette qu'elle mettrait au mariage de sa nièce. Il passa une nuit agitée, traversée de rêves houleux.
Avant l'aube, il se réveilla fiévreux et sentit dans les ténèbres la présence de l'arme effilée au-dessus de lui.
Dans le miroir de la salle de bains, un visage gris et décomposé lui faisait face et l'épée terrible projetait son image sidérale. Ce n'était pas une illusion éphémère, mais un présage néfaste qui faisait de lui une proie imminente.
Pourquoi le sort l'avait-il choisi plutôt qu'un autre ?
Il fallait braver le destin et empêcher cette lame de lui fendre le crâne.
Une idée jaillit dans son esprit. Il se dirigea presque en courant dans le garage et s'enferma à l'intérieur de sa berline.
La nuque renversée sur l'appui-tête, il n'en croyait pas ses yeux.
Elle n'était plus là. Un sentiment de délivrance lui monta du coeur à la gorge, et il faillit suffoquer de bonheur. Il ouvrit les quatre vitres pour que l’air pénètre largement.
De sa main, il tâta la moquette qui tapissait le pavillon. La douceur du feutre lui chatouilla la paume, le faisant frémir de joie. Il sonda d'un oeil le rétroviseur, lança un regard à gauche puis à droite. Rien. Il éprouva le besoin de sortir avec la cuirasse de sa voiture. Il se sentait maintenant invulnérable. D'un geste rapide, il tourna la clef de contact. Il était heureux à présent et il sentait qu'il échapperait à son destin.
Délivré il filait sur la route, avalant l'asphalte dans la sérénité de ce matin de printemps. Il se trouva tout à coup à un croisement et, après la bretelle, suivit le virage à droite qui le conduirait à une petite chapelle tout en haut de la colline.
La route, à présent, se faisait plus étroite. La campagne avait changé et des chênes sombres modifiaient le paysage. Il arriva au sommet et gara son véhicule sur le parking ombragé. Il sortit, releva la tête et ne vit au dessus de lui qu’un ciel bleu et sans nuages.
Une joie l’envahit et le coeur léger, il marcha jusqu’ à la table d’orientation située derrière la chapelle. Il admira le panorama, et rasséréné, respira profondément. Il alluma une cigarette, en faisant le vide dans son esprit, puis rejoignit sa Mercedes.
Mais soudain, avant d’ouvrir la portière, il demeura sidéré.
Elle était revenue, elle était encore là, brillante, à vingt centimètres de son crâne.
Alors la panique le reprit. Il démarra en n’ayant plus qu’une idée en tête : s’enfuir le plus vite et le plus loin possible.
Il redescendit la colline, prenant de la vitesse après chaque virage. A la sortie du dernier tournant, dans l’obsession de la fuite, son pied écrasa l’accélérateur. Il se retrouva nez à nez avec un camion et donna un puissant coup de volant pour l’éviter. En dérapant, il sortit de la route et s’écrasa sur un énorme chêne.

Le choc fut d'une violence incroyable.
On mit deux heures pour désenclaver le corps incarcéré dans la tôle, qu'on découpa à la cisaille. Quand on dégagea le véhicule de l'arbre, on eût dit que l'écorce avait été tailladée de coups de lame.

199

Un petit mot pour l'auteur ? 62 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Ozias Eleke
Ozias Eleke · il y a
Un récit émouvant. J'ai adoré vous lire. C'était un régal.
Je vous prie de lire mon texte pour le compte du Prix des Jeunes Écritures https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/homme-tas-le-bonjour-dalfred

Image de Marie Francois
Marie Francois · il y a
Un récit palpitant et qui nous tient en haleine jusqu'au bout. Bravo ! C'est très bien écrit. J'aime beaucoup.
Si vous avez 5 minutes, je vous invite à aller lire (et soutenir si vous l'aimez 😉) le texte d'une amie, en finale pour le prix 15-19 : https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/ma-nouvelle-vie
Merci et encore bravo !

Image de Les Histoires de RAC
Les Histoires de RAC · il y a
Ça fait froid dans le dos. Un récit hâletant !
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Un texte qui tient le lecteur par la pointe de l'épée ...
Image de A. Nardop
A. Nardop · il y a
Une belle écriture. J'ai pensé à l'œil dans la tombe de Caïn. On n'échappe pas à sa conscience (ceux qui en ont une…….).
Image de Bergamote
Bergamote · il y a
Merci beaucoup pour votre commentaire.
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Une intrigue aiguisée comme une lame et qui ne laisse aucun répit.
C’est angoissant et bien mené, illustrant la force d’une malédiction imaginaire !
Mes 5 voix pour votre histoire, Bergamote !

Image de Bergamote
Bergamote · il y a
Merci Fred pour votre analyse très juste et vos voix.
Image de Malek s
Malek s · il y a
+3 voix !Un récit original, j'ai bien aimé
si vous avez du temps je vous invite à me lire pour le concours 11-19 https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/le-cadeau-24
bonne chance

Image de Tom Morin
Tom Morin · il y a
un beau récit,toutes mes voix et si vous avez le temps, passez lire mon texte:
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/repondez-cest-gagne et lisez aussi celui ci qui n'est pas de moi mais qui est vraiment bien:
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/ames-soeurs-3

Image de Cyrille Conte
Cyrille Conte · il y a
Un récit bien mené qui nous tient en haleine jusqu'au bout. Bravo Bergamote pour ce texte qui ne manque pas de tranchant.
Je vous invite à une lecture lyonnaise, si vous le souhaitez : https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/un-sale-petit-bruit-de-mort-1
Bravo pour votre texte, mes voix vous accompagnent et bonne chance pour la finale.

Image de Océane Piraux
Océane Piraux · il y a
C'est génial ! 
Vous avez toutes mes voix.
N'hésitez pas à me lire pour le concours 11-19 et pourquoi pas y laisser certains de vos voix?
Bonne après-midi à vous.
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/hantee-a-tout-jamais