2747 lectures

145

Qualifié

Jour de fête foraine au mois de mars.

Pluie glaciale.

Je me dirige vers l’entrée de ces réjouissances : une sorte de fossé jonché de détritus et dégageant de fortes odeurs d’urine. J’emprunte cette allée sinistre flanquée d’effigies clownesques géantes.

Des Têtes de Mickey, de Donald, de Gugusse.

Toutes blafardes.

Rendues méchantes grâce aux peintures écaillées. Leurs joues ruisselantes de rouille et de crasse visqueuse donnent une saveur aigre à leur sourire ambigu.

Carnaval de gargantuesques cadavres.

Accueil effrayant.

Des cerbères, gardiens de « machines d’amusement » et autres « animateurs de jeux » musculeux aux bras tatoués et aux mines patibulaires me fixent avec malveillance depuis leur guérite. Atmosphère lourde. Sensation d’insécurité. Je me sens comme une proie en terre ennemie.

Des pleurs stridents d’enfants sortent d’un manège de chevaux aux regards morts. Tout grince dans la machinerie du carrousel et la musique qu’on y entend est glauque. De temps à autre un fracas de ferraille couvre les sanglots de terreur des bambins. Le divertissement en question est en fait un immonde dôme fait de bric et de broc, un amas de tôles de récupération, tordues, percées, bariolées, mal ajustées et dont certaines, déchirées, coupantes, dépassent dangereusement ici et là. Sur le sol (des planches moisies ponctuées de gros boulons), des traces de cambouis et de restes de vomis incrustés... Tout ce fatras est imbibé d’une odeur d’huile brûlée émanant du moteur mal réglé.

Là coulent les larmes des innocents au rythme des tours de folie !

Payés cash à un prix prohibitif.

Je poursuis mon initiation dans cette ambiance crépusculaire. Plus loin l’attraction-phare : les auto-tamponneuses.

En m’approchant de ce lieu de récréation légendaire je croise une adolescente en pleur saignant du nez, blessée au visage. Non loin d’elle, un jeune homme avec un horrible hématome sur le front, la lèvre inférieure enflée, titube, ivre-mort, l’air hagard.

Immédiatement je suis happé par le spectacle des engins qui s’entrechoquent. Le décor est criard, vulgaire, crapuleux. Et, comme toujours dans son antre, le patron à l’allure de mafieux veille à l’entrée de l’argent, l’œil mauvais, le mot déplaisant, le geste menaçant. Vite, je passe mon chemin !

Pressé de sortir de cette foire foireuse, je suis harponné par le train fantôme : le rabatteur au déguisement sordide me propose carrément l’achat d’un ticket sous peine d’un passage à tabac... Cette fois c’en est trop, je fuis ! Avec lâcheté ou courage, je n’en sais rien.

Derrière moi, les néons lugubres s’évanouissent peu à peu dans la brume et je rentre dans mon foyer retrouver mes rêves paisibles d’aubes légères et d’eau pure.

PRIX

Image de Printemps 2019
145

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Anna Mindszenti
Anna Mindszenti · il y a
Bonjour, Ambiance forte pour cauchemar éveillé! Bravo!
·
Image de Blackmamba Delabas
Blackmamba Delabas · il y a
Tournez manèges...
·
Image de Liviu Surugiu
Liviu Surugiu · il y a
Un tel lieux existe-t-il vraiment ? Dans mon imagination désormais, il reste.
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Une belle plume pour évoquer cette ambiance déconcertante ! Mes voix ! Une invitation à découvrir mon “Éclats de lumière” qui est en lice pour le Grand Prix Printemps 2019. Merci d’avance et bonne journée!
https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/eclats-de-lumiere

·
Image de Felix Culpa
Felix Culpa · il y a
Vous écrivez très bien ! Vous décrivez magnifiquement cette ambiance sordide !
·
Image de pattes de cigogne
pattes de cigogne · il y a
brrrr
·
Image de Manodge Chowa
Manodge Chowa · il y a
Un cauchemar éveillé! Une jolie histoire très bien écrite avec un langage très riche.
+5
Je vous invite à lire Bonheur arc-en-ciel et bonne chance pour la suite.

·
Image de Manodge Chowa
Manodge Chowa · il y a
bonjour Raphaël, je souhaiterais avoir votre avis sur Bonheur arc-en-ciel. Au plaisir de vous revoir!
·
Image de Raphaël Zacharie de Izarra
Raphaël Zacharie de Izarra · il y a
Je dois être autiste car je ne m'intéresse nullement aux oeuvres des autres, en règle générale. Je ne suis guère lecteur, sachez-le. Je ne sais qu'écrire, pas lire.
·
Image de Manodge Chowa
Manodge Chowa · il y a
Il n'y a que vous qui comptez. C'est bien de l'apprendre.
·
Image de Raphaël Zacharie de Izarra
Raphaël Zacharie de Izarra · il y a
J'ai certes des défauts mais aussi deux grandes qualités : la franchise et la sincérité.
·
Image de Manodge Chowa
Manodge Chowa · il y a
Nous sommes tous là pour partager, échanger: donner et recevoir. C'est ce que j'ai compris.
Je vous invite à le préciser dans votre fiche de présentation. Ainsi, plus de reproches.

·
Image de Paul-Sébastien
Paul-Sébastien · il y a
Un décor inquiétant, et terriblement bien dépeint, crépusculaire. C'est voté!
Pour un peu de poésie, je vous invite à découvrir mon conte "le facteur de girouettes", dans un tout autre genre.

·
Image de RAC
RAC · il y a
Belle apologie de la fête foraine, bravo, on va y retourner ! Vraiment bien écrit !
·
Image de Eowyn
Eowyn · il y a
En voilà une fête foraine affilante et d'où on file effrayé. Je vote! A l'occasion, je vous invite à découvrir les TTC "Même pas peur" et "L'inversion des pôles".
·
Image de Raphaël Zacharie de Izarra
Raphaël Zacharie de Izarra · il y a
Je dois être autiste car je ne m'intéresse nullement aux oeuvres des autres, en règle générale. Je ne suis guère lecteur, sachez-le. Je ne sais qu'écrire, pas lire.
·
Image de Eowyn
Eowyn · il y a
C'est noté.
·

Vous aimerez aussi !

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

Note de l'éditeur : certaines descriptions peuvent choquer les lecteurs.La nuit noire était tombée sur la ville et les milliers de crapauds au loin se répondaient, indifférents aux coups de...

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

Dans le silence et la solitude d’un fin rayon de lumière, les cadavres aux sourires idiots marinent au sous-sol. L’odeur y est insoutenable, mais les insatiables affamés dévorent... Les ...