3 lectures

1

Partie I : She looks likes hell from me
Cette fille, cette jeune femme, si belle si candide était en réalité une vraie harpie. Une de ces bestioles qu’on ne voit que dans les mythes grecs. Elle était tellement... détestable que tout le monde l’appelait Whatshername. Bien sûr son nom n’était pas aussi « idiot », en vérité elle s’appelait Nystia. Pour moi elle ressemblait juste à l’Enfer. C'est une victime de son temps, toujours avec les derniers vêtements à la mode, avec l’équivalent d’un pot de peinture sur le visage. Elle était habillée avec style mais elle était affublé du dernier vêtement le plus onéreux du marché textile. Une fois j’eu le culot de demander ce qui était à la mode... Grave erreur, j’eu droit à un cours entier sur la mode et son fonctionnement. A ce rythme là, elle pourrait vendre sa vie pour le dernier vêtement de grande enseigne. Les stars aujourd'hui sont fines comme des allumettes, imaginez donc bien a qu’elle eu fait un régime draconien. Elle est juste un jouet pour les pédophiles dont la carte bleue chauffe. Je n’ose même pas imaginer la tête qu’elle fait en période de soldes.... En parlant de sa tête, elle trouvait un jour que son visage n’avait pas les traits aussi fins qu’elle le voulait...

Partie II : Prosthetic Head
Elle avait trouvé que son nez était trop gros. Elle possédait de fines narines avec un cartilage minuscule entre celles-ci. Elle prit, malgré mes conseils, rendez-vous chez un chirurgien. Elle pût se faire opérer pour un prix exorbitant mais cela ne lui posait pas de problème vu qu’elle avait une excellente source de revenus. Elle avait pris goût au bistouri. Elle voulait modifier tout son corps, elle avait déjà décoloré ses cheveux, ils avaient pris une teinte blanche, ses pointes étaient cassantes mais ça lui plaisait. Elle avait pour projet de se faire refaire le buste. Son tronc ne lui convenait pas, elle trouvait ses seins trop petits, son ventre trop gros, ses hanches trop larges et son fessier trop mou. Un jour, quand elle fût sortie de toutes ses opérations, ce n’était plus la jeune fille intellectuelle d’avant. Elle se présentait uniquement par ses formes. Ce n’était plus madame tout le monde mais Nystia Bresweilder, 24 ans, 40 kilos, un bon 85E, une taille de guêpe, un ventre plat et un arrière-train ferme. Je fus franchement étonné qu’une femme aussi superficielle pût trouver l’amour aussi rapidement. Seulement deux semaines après ses multiples opérations elle rencontra l’amour.

Partie III : Senpai ?
Quand elle rencontra Gurgel, ce fut tout de suite le coup de foudre. Cet homme avait toutes les qualités requises – du moins, les qualités de Nystia recherchait – et en plus selon elle, il faisait attention à préserver le corps « parfait » de sa bien aimée. Quelques années passèrent, la mode de Nystia était au botox pour garder sa « jeunesse » éternelle. Mais la fontaine de jouvence n’est pas infinie. Nystia avait maintenant quarante ans. Ce n’était plus la jeune fille qu’elle était jadis. Gurgel, était de plus en plus distant de sa femme. Nystia allait de moins en moins se faire des injections de son liquide magique. La chirurgie qu’elle avait faite étant jeune commençait à ne plus faire effet. Son nez était criblé de trous de piercings. Ses cheveux abîmés par des usages intensifs de colorants. Ses seins s’étaient affaissés, elle avait pris plusieurs kilos, ses hanches étaient devenues un peu plus élargies et ses fesses redevenues flaques dû à une sédentarité excessive.
Vint malheureusement le jour où son homme pris la poudre d'escampette. Nystia n’était plus comme avant... Définitivement, elle n’avait plus ses courbes, Gurgel ne prenait plus de plaisir. Un jour, on retrouva Nystia sans vie dans son lit, elle s’était éteinte dans son dernier sommeil, le plus long. Elle n’a jamais compris qu’à force d’imiter la rose, on se fait cueillir par les mauvaises mains...
1

Vous aimerez aussi !

Du même thème