2
min

<< Fanta>>, Épisode 2: Les inséparables

35 lectures

2

Le Mardi suivant fut fantastique et très humide. Après le cours de mathématiques qui faisait place à la récréation, nous identifions de loin les deux jolies silhouettes.

Fanta et Hawa se retrouvaient à chaque pause pour s'avouer des choses sérieuses.Ce jour-là, elles paraissaient les plus attirantes du complexe scolaire Nanay, avec leurs uniformes bien-sûr.

À l'intérieur de cet immense centre de formation, s'étendaient joliment des rez-de-jardins à la devanture de chaque classe. Au milieu de tout cela, se hisse un drapeau tricolore, garni au centre par un cercle en or.

Sous un manguier, les deux amies parlèrent doucement.

— Tu sais Fanta, fit Hawa premièrement, désormais nous pouvons redoubler d'efforts. Afin, comme ça nous serons en classe supérieure, n'est-ce-pas ?

— C'est la vérité, point de raison qu'on puisse se laisser faire. Tu vois bien, on doit s'exercer davantage.

— Ah, oui! Qui veut aller loin, ménage sa monture. Et je crois enfin consulter notre Prof d'anglais d'ailleurs. Ainsi, je pourrai lui proposer mes remarques et suggestions.

— La semaine passée, reprit Fanta en s'offrant un sandwich, j'avouais à celui de sciences, le méditant d'après les dires des écoliers, que pourquoi est-il aussi dur envers les élèves...?
— Et qu'a-t-il répondu ?

— Il m'assura fermement que nos arguments seront cohérents, si réellement nous lisions des documents, les romans quoi...

Mûre réflexion faite, Hawa divulgua finalement:

— Mais Fanta, que sont devenus nos princes charmants? Ou bien sont-ils partis à la chasse?

— Comment ça ? Je n'ai pas compris...
— Tu sais, fit Hawa mélancoliquement, j'ai surpris Bachir hier avec Mme. Bernadette, notre Prof d'économie familiale...

— Je me dis sûrement qu'ils sont en réunion en ce moment. Comme ils demeurent les deux pions incontournables du Bureau exécutif scolaire.

— Je crois d'ailleurs que Bachir et Karim doivent être très vigilants face à ce bloc d'administrateurs, sans cela, le tour est joué pour eux.

— C'est exact ! Mais t'inquiète pas, ils sont assez grands maintenant...
— Tu comprends Hawa, fit Fanta en baissant le ton, depuis le vendredi dernier, je n'ai plus revu Karim, et ça fait si mal...

— Ne t'en fais pas des idées derrière la tête, je ne veux pas te voir dans un état inquiétant.

— Que dois-je faire alors? Karim ne m'aime plus...
— Même pas frangine, rien qu'avant hier, quand je les ai croisés à la rue princesse. Karim me disait que s'il serait question de preuve d'amour pour toi, il le ferait sans broncher devant M.Le Maire. Donc à vouloir trop posséder une chose, un objet ou une personne, l'on finirait toujours par la perdre...

— C'est dommage! Fit Fanta en se relevant brusquement, j'aurai bien voulu le revoir pour qu'on puisse se dire des petites choses.

— Mais, toutes les suites sont entre les mains de l'avenir. Même s'il est redoutable, ça vaut qu'en même la peine de le vivre différemment...

Après cette discussion palpitante, les deux intimes se dirigèrent audacieusement vers leurs classes où le prochain cours de français les attendait.

On pouvait voir M.Omar qui se tenait déjà devant ses élèves. Ces derniers le surnommèrent d'ailleurs, l'homme Sek.
2

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Felix CULPA
Felix CULPA · il y a
Un très beau récit et un brillant auteur que je soutiens toujours ! Merci de soutenir à nouveau le texte que vous avez porté en finale !
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/les-droits-de-lame
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/apparition-disparition

·
Image de Boubacar Mamoudou
Boubacar Mamoudou · il y a
Merci Félix du soutien, j'y vais très vite!
·
Image de Felix CULPA
Felix CULPA · il y a
Merci Boubacar, vous pourrez toujours compter sur moi !
·