Fanta : Épisode 17 : Une soirée pas comme les autres

il y a
4 min
13
lectures
2

Au bord du fleuve, j'ai planté des fleurs, au cœur d'un jardin. Là chaque jour, le guetteur des mots surgit pour donner voix à la poésie moderne, bon vent à la plume que j'envie! Enseignant  [+]

Personnages :

Fanta : la fille de Daclado qui doit se marier forcément avec Elhadji Ousseini, un riche marchand de Goroubery.

Karim : l'amour Infernal de Fanta, poète et secrétaire général du comité exécutif du complexe Nanay.

Hawa : l'amie intime de Fanta, c'est la fille aussi de M.Virgile. Elle est encore la fiancée de Bachir.

Bachir: le compagnon légitime de Karim, secrétaire général à l'organisation du comité exécutif.

Virgile : le notaire qui est maintenant conseiller spécial à la présidence, le père de Hawa.

Naël : agent de la gendarmerie nationale qui côtoyait ces derniers moments Hawa, au regard jaloux de Bachir.

                            — — —

Le gigantesque salon de M.Virgile se remplissait de murmures, à mesure que le bloc d'invités s'amplifiait. Tout ce people semblait se connaître plus que toujours. Autour des coupes de whisky, les idées se débattaient bon train, si possible les dernières reçues.

L'œil aux aguets tous tant qu'ils étaient, vérifiant si le style, les gestes étaient bien à jour.

— Je suis entièrement ému de ta présence ici, fit Karim qui baisa la main de Fanta d'un geste fabuleux.

— Oh chéri l'affaire est grave et l'histoire est longue, aussi le temps nous est compté...

— De quoi s'agit-il au juste?

Elle faillit pleurer à chaudes larmes, mais cette foule immense le lui empêcha. Elle se contenta de regarder derrière, ses yeux rencontrèrent ceux de Bachir qui sirotait calmement son verre de whisky que venait lui déposer une fille géante et docile. Peut être c'était la fille dont Hawa parlait sans cesse. Aïda c'est ça !

Sur la platine, le son qui coulait, faisait penser au bon vieux temps, y a quoi de plus pénard que de se laisser aller dans le brouillard nocturne.

— Ça fait longtemps qu'il est là ? Grommela Fanta.

— Vrai, et je t'assure, c'est son cinquième verre ainsi...

— Mais il doit être très soulé là...

— Oh, ne prends pas garde, je le connais bien, il ne fera pas d'scandale ce soir...

— Ce n'est pas pour rien, fit tout d'un coup Fanta qui ajusta modestement son sac à main qu'elle a dû acheter la veille même. Elle était élégamment habillée en noir de satin dans son ensemble, ce qui la rendait remarquable et adorable. Même si sa robe s'arrêta juste aux genoux, que penseraient tous ces hommes de ses mollets rafraîchissantes.

— Tu sais mon amour, fit Karim sur un ton ferme, il a mal supporté les beaux regards qu'ils se partageaient tous deux...

— De quoi parles-tu enfin...?

Karim lui montrait du doigt, juste devant la table à méchoui, Hawa et un certain Naël, agent de la gendarmerie nationale, qui échangeaient bonnement. C'est bien ce fameux Naël qui commandait toutes ces fuites criminelles de la cité Goroubery.

— Ah la vache! Cria Fanta, quelle idée a bien pu lui traverser l'esprit ?

— Oh c'est pareil, vous êtes toutes les mêmes, les mêmes tactiques, les mêmes scènes, et les mêmes accrobaties.

À ces mots, Fanta se sentit une fois de plus coupable dans cette affaire là.

— Karim... Fit Fanta avec une voix tremblante, comme ça tu m'accuses faussement, comme si je suis une chose à bricoler...et...

— Non, je ne pense pas ainsi, j'essaie simplement de te résonner ou bien tout simplement te rassurer... Ne vois-tu pas...?

Après quoi, un silence naissait entre eux, au même moment Karim accostait le garçon serveur. Il en prit une double dose de whisky. Sans plus tarder, il enleva de la poche gauche de son jean délavé, une cigarette qu'il alluma subitement. Ce geste brutal n'était pas du tout étrange pour Fanta. D'ailleurs même, elle ne l'aurait jamais conçu ainsi. Elle a toujours vu en Karim, le sérieux et travailleur garçon. Raison pour laquelle, elle s'était donnée corps et âme sans hésiter ni broncher.

Automatiquement, Karim l'entraîna vers un lieu calme où les invités ne se hasardaient guère. Il prit soigneusement sa main entre la sienne, et Fanta sentit au même moment une décharge électrique, comme si son cœur ne pouvait plus tenir.

— Tu vois Fanta, je t'aime et je ne veux point te perdre...

Fanta baissa la tête un instant, puis elle a lâché à mi-voix :

— Je t'aime aussi Karim...!

Il porta son doigt sur ses lèvres et l'attira vers lui. Elle n'imposait aucune résistance. Il la prit entre ses bras musclés et l'embrassa tendrement, pendant un long moment, comme si l'autre monde n'existait pas. Sans casser le rythme, ainsi disent les vrais metteurs en scène, ses mains se faufilèrent sur les parties douces de la jeune fille qui gémissait sans le savoir.

— Oh, je ne peux pas... Intervint Fanta en se dégageant, y a trop de people, tu ne trouves pas ?

— T'inquiète, siffla Karim sur un ton grave.

La voix de Fanta s'etrangla un petit moment, puis elle a lâché avec ferveur.

— Non, je dis que je ne peux pas le faire en hors mariage, il ne faut pas que ma famille soit déshonorée...

Elle a dit ces mots sans savoir qu'elle venait de blesser son compagnon, son ultime amour. Sans attendre de réponse, elle lui tourna le dos, les yeux pleins de larmes. Karim posa ses mains sur ses épaules, puis parvint à articuler :

— Excuse-moi, tu sais, je ne cherche pas à te nuire, ni attaquer ton honneur, pardonne-moi okay... Je voudrais simplement qu'on soit ensemble pour toujours, je t'aime Fanta...

Elle se retourna docilement, leurs bouches s'effleurèrent, entrouvertes, frémissantes, posées l'une sur l'autre comme deux tamis. Elle ressentit une furieuse envie de s'adonner à lui pleinement, mais l'endroit a été mal choisi pour les hostilités.

— Tu sais ma beauté, chuchota Karim sur un ton plat, jamais je n'aurais admis ton mariage avec ce farfelu, ce dévergondé, cet imbécile...et...je ne sais quoi...

— Et bien, telle est la volonté de mon père, il veut coûte que coûte que je me marie avec ce vieillard sans scrupules...

Karim haussa tristement les épaules, tout en la fixant du regard, il réalluma une Craven A, il en fit quelques bouffées sans la perdre toujours de vue avec séduction. Fanta demeura quelques secondes, sans voix, à la fois nerveuse et radieuse, puis elle a grommelé :

— Écoute Karim, le mariage est prévu à moins de deux semaines, pour cela, je pense que c'est la dernière fois qu'on se voit d'ailleurs. Car je ne pense pas si mon père Daclado me laissera sortir encore...

— Tais-toi, fit Karim brusquement sur un ton désespéré, tu veux bien, n'en parlons plus, je ne veux plus entendre parler de ce foutu mariage...

— Mais... Fit Fanta, voulant dire quelque chose, Karim la dévisagea sévèrement qu'elle ne put s'empêcher de se sentir coupable.

Karim serra les dents et pensa à autre chose. Se concentrer sur le chemin à parcourir pour y réussir, voilà ce qu'il devait accomplir. Car cette fois-ci, la moindre défaillance lui serait fatale.

— Bonsoir tout le monde, fit Hawa pour rompre le silence, ça fait combien de temps que vous êtes ici...?

— Oh, ne demande pas, rétorqua Fanta d'un ton dégagé.

— Ça ira Karim ? S'empressa de dire Hawa craintive.

— Oui, je crois, répondit-il sans le moindre accent de fanfaronnade.

Sur ces mots, il leur tourna le dos sans leur dire au revoir, Karim quitta les lieux à grandes enjambées, comme si on le chassait, sans motif ni justification.


-À suivre...
2
2

Un petit mot pour l'auteur ? 1 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Boubacar Mamoudou
Boubacar Mamoudou · il y a
Merci à tous, chers lecteurs et auteurs (es)!

Vous aimerez aussi !

Très très courts

L'héritage

Matthieu Coquard

Une lumière éclatante se déversait dans la chambre, donnant au mobilier une existence crue, presque obscène. Paul avait dû prendre sur lui pour en franchir le seuil et ce fut également avec... [+]