337 lectures

233

Qualifié

L'enfant venait de lâcher la main de sa maman. Elle lui cria :
— Léo ! Où vas-tu ?
Mais l’enfant, ignorant l’appel inquiet de sa mère continua sa course. Il venait directement vers moi. Il arborait un sourire radieux, il était haut comme trois pommes.
Sa main commença à me caresser avec la délicatesse d’un oiseau. Je ressentais son émotion à travers ma vieille peau. La maman s’approcha et, en voyant la scène, s’arrêta, interdite. Aucun son ne sortit de sa bouche, ne voulant pas troubler la scène qui s’offrait à elle. Elle devenait, à son insu, le témoin indiscret d’un moment où le temps demeure suspendu.
Léo se retourna et, en regardant sa mère, il dit :
— Je l’aime bien.
À cet instant précis, je l’aimais bien Léo, moi aussi, tellement heureuse de lui procurer ce moment de joie. Il faut dire que je les aime bien, les enfants. La plupart de ceux qui viennent au parc ne partent jamais sans venir me voir.
J’ai toujours aimé voir les enfants jouer. Ils ont en eux cette insouciance, cette pureté que n’ont pas les adultes. D’ailleurs, eux, ils passent devant moi sans me voir, ils me frôlent sans un mot, sans une caresse. Il est vrai que je suis vieille maintenant, peut-être moins belle à regarder.
Je suis née en 1876, j’étais jeune et belle, j’attirais tous les regards ; il est vrai que mon côté exotique faisait la une des magazines. Aujourd’hui, même si je reste bien conservée, ce n’est plus pareil. Les enfants ont, très tôt, des appareils de la nouvelle technologie, et ont leurs yeux rivés sur un petit écran lumineux qui les hypnotise. Ils n’ont plus la curiosité de découvrir le monde qui les entoure, ils vivent par message inter-changés, une sorte de vie par procuration.
Heureusement, des enfants comme Léo ont encore cette lumière dans leurs yeux lorsqu’ils me voient, et ça fait du bien de se sentir aimée.
— Allons, viens Léo, il se fait tard, il est bientôt l’heure de prendre ton bain, et il commence à faire froid. Sa maman, en reprenant la petite main de son fils, eut un regard attendri vers moi. J’ai cru voir sa main hésiter un instant en se dirigeant vers mes oreilles. Comme il y avait quelques personnes sous les arcades, elle n’osa pas m’adresser une parole, mais son sourire baigné de tendresse a suffi de me rendre heureuse.
Un papa est venu vers moi, tenant son bébé dans ses bras. Il a tendu son bras, et m'a caressé tendrement en me disant :
— Lorsque j’étais petit, je venais souvent te voir, te toucher, te parler. Tu étais ma confidente, je te racontais mes peines et mes joies. Tu m’as souvent réconforté, tu étais un peu ma confidente, alors je repartais heureux et rassuré. Aujourd’hui, je te présente ma fille, elle s’appelle Melissa, tu vois, j’ai choisi un prénom exotique, en pensant à toi et tes origines.
Ce papa m’a tellement émue que, si j’avais pu, j’aurais versé une larme. Mais mes yeux sont secs, alors je pleure de l’intérieur, je pleure de bonheur.
Puis le papa est parti. Le parc vient de se vider, les portes vont bientôt se refermer, et je resterai là, immobile, je garderai l’entrée du Jardin des Plantes, comme tous les jours. Demain, d’autres enfants viendront jouer, peut-être auront-ils une petite attention envers moi, peut-être une caresse, peut-être un petit mot, dont seuls les enfants ont le secret.
Il est 20 heures et le jour fatigué vient de laisser sa place à une nuit en pleine forme, tissant sa toile de millions de diamants. Le vent fait tourbillonner quelques feuilles aux couleurs quelque peu délavées, l’automne pointe le bout de son nez et finira bien par gagner un peu de terrain.
Je reste seule, je m’appelle Eulalie, je suis une éléphante, j’ai cent cinquante ans, et une peau en résine.

PRIX

Image de Hiver 2019
233

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Fabrice Bessard Duparc
Fabrice Bessard Duparc · il y a
j'ai bien aimé et j'ai voté.
·
Image de PAPOUNET06130
PAPOUNET06130 · il y a
surprenante chute pour une entame pleine de tendresse.
·
Image de JARON
JARON · il y a
Merci Papounet06130 pour avoir apprécié mon texte. Belle soirée à vous. Jacques.
·
Image de Lélie de Lancey
Lélie de Lancey · il y a
Une bien jolie histoire, pleine de la douce humanité du regard des enfants et de beaucoup de tendresse. C'est très beau !
·
Image de JARON
JARON · il y a
Merci Lélie de votre passage et pour votre gentil commentaire. Belle journée à vous. jacques
·
Image de Jusyfa
Jusyfa · il y a
Beaucoup de tendresse pour ce texte prenant, bravo Jacques *****
Julien.

·
Image de JARON
JARON · il y a
Bonjour Julien, merci beaucoup pour ce gentil commentaire, je suis ravi que vous ayez sais la tendresse de mon texte. Belle soirée à vous. Jacques.
·
Image de Marcheur
Marcheur · il y a
Une bien belle promenade, merci pour ce beau texte.
·
Image de JARON
JARON · il y a
Bonsoir, merci à vous d' être venu apprécier mon texte. belle soirée. Jacques.
·
Image de coquelicot
coquelicot · il y a
mon vote pour Eulalie, qui aime tant la jeunesse
·
Image de JARON
JARON · il y a
C'est super gentil Coquelicot merci et belle soirée à vous. Jacques
·
Image de Corinei
Corinei · il y a
Corine met 5 et embrasse EULALIE
·
Image de JARON
JARON · il y a
Bonjour Corine, merci d'être venue promis je ferai un bisou à Eulalie. belle soirée. Jacques
·
Image de Laura
Laura · il y a
Très belle histoire avec beaucoup de tendresse, merci pour ce partage, mes votes
·
Image de JARON
JARON · il y a
Bonjour Laura, merci d'avoir apprécié mon texte et votre ressenti. Belle journée à vous. Jacques.
·
Image de Mary Benoist
Mary Benoist · il y a
Belle histoire autour de cette faculté qu'ont les enfants d'aimer avec le cœur.
·
Image de JARON
JARON · il y a
Bonjour Mary, merci d'être passée apprécier mon texte. Belle journée à vous. Jacques.
·
Image de PLM
PLM · il y a
Un point de vue original et touchant. Très joli !
·
Image de JARON
JARON · il y a
Merci PLM d'être passé et d'avoir apprécié ce texte. Belle soirée à vous. Jacques.
·