« Et Dieu créa la femme »… si ça lui chante !

il y a
3 min
15
lectures
0
Image de Été 2018
C’est vrai quoi... C’est quand même pas bien compliqué, oui vous, là...Oui, vous madame !
C'est donc si difficile de se lever une petite heure avant tout le monde ; de préparer le p'tit dèj. De réveiller les enfants de les habiller ; d’exiger qu’ils se brossent les dents ; qu’ils changent de sous vêtements !
Cela fait, est-ce si compliqué de les accompagner à l’école ? Et puis de retour à la maison, de mettre en marche la machine à laver entièrement automatisée (généreusement offerte par votre mari, pour vos dix ans de mariage et pour laquelle, vous avez lancer des "oh" d'admiration, comme vous l'auriez fait plus sûrement, pour un séjour en amoureux, dans la sérénissime cité des Doges). Et pendant qu’elle tourne, pour ne pas perdre inutilement du temps, faire un peu de ménage ; dépoussiérer une petite centaine de bibelots ; passer l’aspirateur dont le fil se coince régulièrement derrière chaque pied de chaise ; donner un p'tit coup de pchit-pchit sur les vitres. Et puis, un peu plus tard, étendre le linge ?

Penser distraitement à ce que l’on va faire à manger, à midi et comment accommoder les restes, pour demain ?
Tiens...et puisqu’on a encore un peu de temps, avant la sortie des gosses, faire un saut au supermarché, (plus justement appelé « grande surface »). Longer les dizaines de gondoles avant d'atteindre celles qui vous intéressent au premier chef et slalomer entre les mamies en mal de conversation, le caddy abandonné au beau milieu des travées.

Se diriger (comme d’habitude) vers la caissière en CUI, (Contrat Unique d'Insertion) et l’entendre appeler sa collègue –« hé Malika, tu peux vérifier la référence de la boite de couche de chez Pampers. le code barre est illisible?". Et de patienter un quart de plombe que l’intéressée, elle-même, fraîchement recrutée via pôle-emploi, cherche et trouve la bonne référence.

Décharger vite fait bien fait, les sacs à provisions. Ranger les surgelés dans le congélateur, les produits frais dans le réfrigérateur. Le reste, on aura tout le loisir de s’en occuper plus tard.

Quelle heure est-t-il ? Oh la la...cinq heures...! Il est temps d'aller chercher les mômes à l’école. Leur préparer le « quatre heure »... et celui des trois ou quatre copains qu’ils ont généreusement invités -à croire qu’ils sont orphelins, ceux-là ! De décongeler, en les passant au gril -qui lui aussi, porte bien son nom-, une dizaine de tranches de pain-de-mie et les tartiner de Nutella.

D’oublier une seconde, la casserole de lait sur la plaque à induction, parce que le petit dernier, pour la première fois, vous a demandé de faire pipi et que vous avez félicité..., bien qu’il ait fait à côté du pot, et que vous avez la joie de nettoyer et la plaque à induction sur laquelle s’est répandu le lait, en vagues successives et le pipi d’ange, sur le carrelage !

Est-ce vraiment insurmontable de les aider à faire leurs devoirs et de constater que l’aîné est plus occupé à l'exploration méthodique de ses trous de nez qu’à conjuguer le verbe "surseoir", à l'imparfait du subjonctif, verbe qu'il doit... (...pardon...que vous devez) également orthographier...

De passer derrière l’époux -vous allez rire- qui, le dimanche, se trouve des dons culinaires et met la cuisine dans un état où la "Karchérisation" est devenue une impérieuse nécessité ?

Gérer les comptes du ménage dont bien sûr, vous madame, avez pris autoritairement l’initiative. De réclamer (vainement), à votre cher et tendre, les relevés de sa carte bancaire et de vous entendre répondre qu’il ne sait pas où il les a mis. (alors que vous savez pertinemment qu’il ne les a pas pris !).

De vous acquitter ponctuellement des charges du foyer, étant convenu qu’avec tout le pognon qu’il vous file, vous avez largement de quoi payer, nourriture, vêtements, factures, impôts, vacances, d’autant que vous-même, avez un revenu, puisque vous travaillez à temps partiel (grosse feignasse) à la boutique de fleurs d’à côté, «Au rhododendron qui bourgeonne».

Est-ce insurmontable de rassurer votre banquier dont les coups de fil sont aussi pressants et angoissés que ceux enregistrés au standard du commissariat de Créteil, en lui affirmant que le dépassement de l’autorisation de découvert qu’il a bien voulu vous consentir, n’est le fait , "vous allez rire, Monsieur le conseiller" que d’une banale et malencontreuse erreur d’écriture ?


Enfin, est-ce trop demander que d’être souriante et disponible quand, le samedi soir, en bon père de famille, l’homme rentre chez lui, épuisé par une semaine harassante de travail, se laisse choir, de tout son long, dans le canapé du salon, en geignant :
-« je suis crevé...S’il te plaît chérie, toi qui ne fais rien, tu ne voudrais pas me servir un petit verre pour me détendre ? ».
Franchement, entre-nous, est-ce vraiment si difficile ?
...........

Quand c'est un roi qui gouverne, sa femme est reine. Quand c'est une reine qui gouverne, son mari est prince. (Ma planète PPs).
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !