Escapade nocturne.

il y a
3 min
63
lectures
13

Je suis un grand père... 8 petits enfants, mes 3 enfants, 2 garçons et une fille, ont quitté le nid depuis longtemps... Alors je m'occupe... et je leur écris mes aventures les plus plaisantes et  [+]

Tous les ans, quand arrivait le mois de juillet, les quatre cousins se retrouvaient chez les grands parents à la campagne, dans un trou perdu du sud-ouest bien ensoleillé et propice à de nombreuses activités. Il y avait Gérard et André, les deux plus grands, en pleine puberté, toujours prêts à se lancer dans de nouvelles expériences, toujours accompagnés par Laurent et Jacques, plus jeunes de trois et cinq ans, qui avaient souvent du mal à suivre, mais qui auraient préféré mourir plutôt que de montrer la moindre faiblesse.
Un jour, ils décidèrent d'aller à la pêche aux écrevisses, mais pas à l'aide de balances, en suivant la législation en vigueur. Non, ils iraient la nuit, chacun avec une lampe électrique patauger dans le ruisseau dont la hauteur d'eau, en été, excédait rarement 30 centimètres pour les prendre à la main!
D'ailleurs, c'était vraiment le bon moment. L'ouverture officielle de la pêche légale n' aurait lieu que dans une semaine. Si l'on souhaitait remplir la bourriche, il valait mieux prendre les devants. En juillet, le soleil se couche tard, de plus, cette nuit là, le temps était clair et une lune presque ronde, faisait qu'on y voyait comme en plein jour, ou presque, mais la nuit tous les chats sont gris. Il fallut donc attendre minuit passé pour éviter les mauvaises rencontres. Ils en avaient bien conscience, quand on commet un acte interdit par la loi, il vaut mieux se montrer discret. C'est donc en évitant les manifestations bruyantes, quasiment avec le doigt en travers de la bouche, que les quatre garçons descendent vers la petite rivière. Ils entrent dans l'eau, en aval du pont, là où le cours d'eau s'élargit un peu, plus accessible, avec moins de végétation sur ses bords, avant de se resserrer pour s'encaisser entre des berges de un mètre cinquante à deux mètres environ, bordé par des aulnes surtout, et aussi d'autres espèces d'arbres dont les branches se referment au-dessus des têtes, formant une sorte de tunnel où l'on se sent en sécurité.
Gérard et André marchent devant, Laurent et Jacques suivent à une vingtaine de pas. Les piles électriques fonctionnent correctement, sauf celle de Jacques, le plus petit évidemment, dont la sienne joue le rôle du clignotant, lui faisant rater quelques prises au passage, mais aussi signalant, de façon un peu trop explicite, une présence anormale. Au bout d'une demi-heure, les deux grands en avaient déjà presqu'une centaine. Encore autant, et on pourrait rentrer tranquillement. Les mamans seraient contentes de la surprise, fières de leur progéniture, même si elles ne devaient pas manquer de leur faire la leçon en leur rappelant qu'il fallait toujours respecter la loi...que si tout le monde faisait comme eux, il n'y en aurait bientôt plus... puis elles prépareraient un excellent court-bouillon.
Soudain, des bruits! Un moteur de voiture qui s'arrête, des paroles, encore indistinctes, et des pas qui se rapprochent, puis une voix forte qui annonce clairement:
_" Police! Sortez de l'eau! Vous êtes pris!"
Leurs piles éteintes immédiatement, c'est le sauve qui peut général! Chacun pour soi! Les garnements se précipitent à l'assaut de la berge opposée à l'endroit d'où provenait l'intimation des gendarmes. Gérard, le premier sorti, s'est engagé dans un "400m" entre les rangs d'une vigne qui grimpe à flanc de coteau. André a choisi un champ de maïs, mais sa course fait trop de bruit, heureusement, il peut le quitter pour un sous-bois qui va l'obliger à faire un long détour avant de rentrer à la maison. Laurent est resté plus longtemps dans le maïs, avant de rejoindre la vigne puis le plateau qui les surplombe.
_"Ils se sauvent! Crie le chef à son second. Allez au pont, on va les coincer!"
Pétrifié, Jacques n'a pas bougé! Il s'est accroupi dans un creux de la berge. Il a entendu nettement le trot soutenu des gendarmes, quand ils sont passés quasiment au-dessus de lui. Retenant son souffle, il avait peur que les battements de son cœur signale sa présence, tant il battait fort dans sa poitrine, il a bien attendu deux heures. Après avoir entendu le départ de la voiture des gendarmes, il est ressorti doucement de sa cachette. Il a rassemblé ses affaires et celles de ses cousins et de son frère, récupéré les bourriches abandonnées dans la panique générale lors de l'intervention de la maréchaussée. C'est finalement, vers cinq heures du matin, qu'il est rentré se coucher en portant fièrement tous les produits de la pêche. Gérard et Laurent étaient déjà rentrés, mais ils n'avaient pas encore trouvé le sommeil. Quant à André, le jour était déjà levé quand il a retrouvé la maison.
Quand les cousins se retrouvent, même cinquante ans plus tard, ils en parlent encore! Il faut dire que tous se sont bien régalés ce jour là, mais que ce fût la dernière fois qu'ils mangèrent des écrevisses provenant du braconnage.
13
13

Un petit mot pour l'auteur ? 16 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Evy
Evy · il y a
histoire vécue ?? sinon jean Claude vous avez des cousins si oui qui sont ils?
Image de Nonno de Saint-Malo
Nonno de Saint-Malo · il y a
Comme bien souvent ! Il y a du vrai et du faux .
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Bonjour, quoi qu'il en soit ils auraient été simplement bons pour une prune un peu salée avec peut-être un rappel à la loi, mais c'est sûr quand on peut éviter tout ce tralala...
L'époque de votre histoire semble bien révolue, les écrevisses se font de plus en plus rares, la faute à qui à quoi, la pollution? mais de qui de quoi? tout le monde y contribue malheureusement. Bien cordialement.

Image de Julien1965
Julien1965 · il y a
Oh, merci..., vos souvenirs viennent en réveiller d'autres chez moi lors d'une pêche aux grenouilles... Et puis, si vous aimez voyager par des mots, je vous invite à découvrir Louise à Ispahan. https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/louise-a-ispahan
Image de Guy Bellinger
Guy Bellinger · il y a
Une aventure de jeunesse de celles qu'on n'oublie pas, contée avec une plaisante verve.
Image de Nonno de Saint-Malo
Nonno de Saint-Malo · il y a
Merci beaucoup.
Image de JACB
JACB · il y a
Ah! Les écrevisses j'y vais dans la Sédelle et la Petite Creuse avec mes petites filles et elles adorent ça! C'est une histoire tendre comme je les aime Nonno.
Image de Nonno de Saint-Malo
Nonno de Saint-Malo · il y a
Merci beaucoup. J'espère que la pêche a été bonne.
Image de JACB
JACB · il y a
OUI, comme il y avait très peu d'eau, elles étaient faciles à capturer cette année!
Auriez-vous envie de venir sur ma page frémir dans mon court et noir ?
à bientôt Nono.

Image de Alain.Mas
Alain.Mas · il y a
On est fou fou quand on.est jeune. J'ai écrits un poème sur la Bretagne Bleue ,si vous voulez bien le lire. Merci.
Image de Atoutva
Atoutva · il y a
Une bêtise de gosses bien agréable ! Et un bon souvenir !
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Une savoureuse histoire de braconnage ! Bravo, Nonno de Saint-Malo ! je clique sur j'aime.
Je vous invite à lire, et éventuellement soutenir, mon sonnet "Spectacle nocturne" : https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/spectacle-nocture
Bon week-end à vous.

Image de M BLOT
M BLOT · il y a
La nostalgie !!! Vous avez un style à Marcel Pagnol ! J'adore 🌹❤️
Image de Nonno de Saint-Malo
Nonno de Saint-Malo · il y a
Flatteur! Merci beaucoup.
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Se faire pincer en pêchant des écrevisses, c'est pourtant dans la logique des choses ...
Image de Nonno de Saint-Malo
Nonno de Saint-Malo · il y a
Elle est bien bonne!