Erreur d'inattention

il y a
3 min
35
lectures
3

J' écris depuis que j'ai quinze ans. Essentiellement des poèmes. Depuis peu, j' écris également des nouvelles ou textes très courts. “Choisissez un travail que vous aimez et vous n’aurez pas  [+]

C’était le matin de Noël, les enfants de Paul et Christine Anterre étaient profondément endormis. Ils habitaient en banlieue parisienne juste en face du centre commercial les 4 Temps à Courbevoie. Paul et Christine savaient que leurs quatre enfants ne se réveilleraient pas tout de suite car il avait veillés tard la nuit dernière. Surtour leur petit dernier qui était un gros dormeur. L’excitation de l’ouverture des cadeaux les avaient exaltés. Mr et Mme Anterre avaient économisé toute l’année pour pouvoir payer 3 cadeaux pour chacun de leurs enfants. Ils ne voulaient pas que leurs enfants se sentent frustrés parce qu’eux n’étaient pas riches.
Paul et Christine se dirent qu’ils pouvaient en profiter pour faire deux ou trois courses afin que le petit-déjeuner des enfants soit plein de bonnes choses : des croissants, des pains au chocolats, des pains et tout cela surgelés car ils n’avaient les moyens d’aller en boulangerie. Ils profiteraient en même temps pour acheter des bricoles pour le déjeuner: ils avaient vus que dans les supermarchés près de chez eux ils avaient des promotions le matin de Noël. Ils n’aimaient pas trop sortir et laisser leurs enfants seuls mais ils n’avaient pas les moyens de payer une nounou. Leur ainé Christian avait neuf ans et c’était lui qui était chargé de garder ces trois petits frères: Paula, quatre ans; Cécile, trois ans et Isaac, 18 mois. Il n’en avait pas pour longtemps que pouvait-il bien arrivé ?
Parfois ils laissaient les enfants sous la surveillance d’une voisine, Mme Hubert, mais le matin de Noël, ils n’osèrent pas frapper à sa porte de peur de la réveiller. Ils laissèrent donc un mot à leur ainé : « Chris, mon cœur, on est parti faire les courses. » Et ils partirent. Il était 8h00.
Le bruit de la porte d’entrée réveilla Cécile. Elle alla dans la chambre de ses parents ne trouva le lit de ses parents vide. Elle eu peur. Elle retourna dans sa chambre où dormaient Christian et Paula. Elle réveilla son frère. Christian se réveilla avec difficulté ce qui fit que Paula se réveilla également. Christian alla dans la chambre de ses parents et il le même constat que sa sœur. Christian alla dans la cuisine et trouva le mot laissé par ses parents. Il rassura donc ses sœurs. Cécile dit à son frère qu’elle avait faim. Paula renchérit en disant moi aussi. Christian va donc dans la cuisine. Il ouvrit le réfrigérateur et prit le lait. Il remplit deux verre de lait et met du chocolat dans les deux verres et les apporta à ses sœur. Cécile pleura. Elle voulait du lait chaud. Christian alluma le gaz. Il vint ensuite allumer le feu mais son attention fut détournée par les cris de Paula et Cécile. Il va dans le salon pour voir ce qui se passe. Christian réalisa en entrant dans le salon que ce n’était pas des cris mais des rires. Elles regardaient Tom et Jerry qui se disputaient encore. Il revint dans la cuisine. Il prend une allumette en oubliant qu’il avait laissé le gaz s’échappé du feu. Il craque l’allumette et l’approche du feu en tenant un gant. Une énorme flamme sort du feu et le gant prit feu. Christian prit peur. Il éteignit vite le feu. Et il jeta le gant dans l’évier. Il décida de donner du jus de fruit à ses sœurs. Maman avait raison le gaz était bien trop dangereux. Il apporta donc deux verres de jus et des biscuits dans le placard. Ils regardaient tous les trois les dessins-animés. Christian trouvait que cela sentait le brulé mais il pensait que c’était le gant.
Il est 8h25. Quelqu’un frappe à la porte. Christian accourt à la porte. C’est Mme Hubert. Christian se colle à la porte pour entendre ce qu’elle dit. Elle hurle! Elle leur hurle de sortir car il y a le...quoi le feu ! Christian fut affolé, il essaya d’ouvrir la porte mais elle était fermée à clé. Il n’avait pas de clé. Il l’hurla à Mme Hubert : « Papa et maman sont partis avec Isaac, je n’ai pas la clé. » La voisine alla chercher le double que Christine lui avait donné un jour pour garder les enfants. Elle ouvrit donc la porte. La fumée avait envahi le couloir.
Il est 8h35. Paula, Cécile et Christian accoururent à l’extérieur. Ils commencèrent à descendre les 10 étages en se couvrant la bouche accompagnée de Mme Hubert. Les pompiers arrivèrent en bas de l’immeuble et ils font évacuer l’immeuble. Paul et Christine arrivèrent en bas de l’immeuble. Ils ont totalement affolés. Ils étaient bleu de peur. Ils voulurent rentrer. Les pompiers les arrêtèrent. Ils expliquèrent qu’il fallait qu’ils y aillent que leur quatre enfants étaient dans l’immeuble au dixième étage. A ce moment là, ils aperçoivent Madame Hubert et les enfants qui sortent de l’immeuble. Paul et Christine furent soulagés. Ils embrassèrent leurs enfants un par un : Christian, Paula et Cécile. Mais ils ne virent pas Isaac. Christine demanda à Mme Hubert faiblement : « Suzanne, où est Isaac ? » Mme Hubert pâlit : « Je pensais qu’il était avec vous ! » Un cri de douleur sortit de la bouche de Christine. Tous les enfants se mirent à pleurer. Christian hurla : « Isaac ! Jai oublié Isaac ! » Christine et Paul se précipitèrent vers l’entrée de l’immeuble. Les pompiers les retinrent. Un pompier sortit à ce moment : « On a fait évacuer tout ceux qu’on pouvait. Il y a trop de fumée ! On n’y voit plus rien ! C’est trop dangereux ! » Paul et Christine s’effondrèrent : «Oh non Isaac ! Ce ne pouvait pas être réel... Ils n’étaient partis qu’une demi-heure... ».
Le pompier secoua la tête : « Je suis désolée... ».
3

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Celui qui s'ennuyait

Sarah Beaulieu

Il ne se passe rien. Le temps s’étire, il se tord, il se crispe ; il est le seul à qui il arrive effectivement quelque chose.
J’ai oublié de mettre des chaussures. Chaque pas sur le pavé ... [+]