Enfant des bombes

il y a
1 min
1 743
lectures
1030
Finaliste
Public
Recommandé

"L’écrit ça arrive comme le vent, c’est nu, c’est de l’encre, c’est l’écrit et ça passe comme rien d’autre ne passe dans la vie, rien de plus, sauf elle, la vie." Marguerite Duras  [+]

Image de Automne 2017
Il court dans les rues dévastées, face aux murs éventrés. Il court par-dessus la misère.

Et parce que ce n’est pas fini. Et parce qu’il y a d’autres murs à franchir, il court.

Parce que la vie bat malgré tout. Parce que le jour continue de renaître. Parce que dans un infime rai de lumière, il cherche encore un soupçon d’éternité. Comme un outrage. Un pieux mensonge. Peut-être un dernier espoir. Une douce déraison. Il court.

Le regard guette, jusqu’au lointain. Mais rien ne vient. Sauf la poussière. La poussière d’une vie entière.

Il aimerait relier les contraires. Un reflet par-delà l’horizon. Et surtout corriger le réel. Parce que son existence a trop le goût des bombes et de ces lourds silences qui les suivent. Il court.

Il court comme on recherche l’illusion d’un avenir tangible. Un soupçon de bonheur. Juste un soupçon, si c’est encore possible. Peut-il y en avoir lorsqu’on grandit au bord du néant ? Il veut y croire.

Il court comme d’autres crient. Un appel muet. Une traînée sur son sillage. Chaque pied qui martèle, qui martèle. Gestes dérisoires. Et puis enfin, à bout de souffle, à bout de tout, à bout d’envie, il s’échoue comme pour ne plus subir. La main se tend pour un brin d’herbe. Juste une caresse et un sourire. Encore vivant.

Recommandé
1030

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !