Encore une deuxième chance

il y a
2 min
4
lectures
2
Ces derniers temps, minutes, secondes, une pensée m’obsède, non c’est plus un objectif qui me guide; tant que je l’ai dans la tête, je perds le contrôle et ne peux rien faire d’autre, alors j’y vais. Je veux, non... je dois... je vais me rendre dans cette foutue grotte pour...pourquoi déjà ? Ah oui, une dame m’a demandé d’y jeter un oeil car elle suppose que son mari a été enlevé par quelqu’un ou quelque chose et traîné dans un lieu obscur. Selon elle, je serais le seul à pouvoir l’aider, j’ai entendu ça toute ma vie, pas vous ?
J’y suis, bon j’allume ma torche et rentre en prenant mon courage à deux mains. Quelqu’un crie à l’aide, j’ai envie de me précipiter à son secours mais une force toute puissante me retient, me paralyse, je ne peux plus avancer. Pourtant, je ne ressens aucune peur grâce à l’adrénaline qui me submerge tout entier. J’aperçois une ombre inquiétante projetée sur la paroi dressée devant moi. Un feu crépite non loin, le cri vient de là-bas : “Au secours ! A l’aide !”. Deux minutes passent, j’ai regardé cinq fois dans mes poches et le double mon sac pour trouver quelque chose d’utile, mes mains brûlent d’empoigner le pommeau de mon épée mais je tombe sur une note que m’a donné la dame cherchant son mari. Je lis : “La grotte d’Ulgur est un repaire de marginaux, je suis sûre que mon mari y a été emmené de force pour être assassiné.”. Pour la onzième fois avant que je me lance, j’entends ce hurlement pathétique et cruellement répétitif “Au secours ! A l’aide !”. C’est l’heure, je ne sais pas ce qui m’a pris tout ce temps ni comment j’ai pu passer inaperçu en fouillant de multiples fois mon équipement. Je sors de ma position ridicule et appliquée, j’étais penché en avant, les genoux pliés, caché derrière un amas rocheux. Je m’élance, brandis mon épée et taille dans la chair mécaniquement, sans même prendre la peine de dévisager ma victime, poussé par mon instinct qui m’indique tout entier le danger, ma vision vire au rouge et je perds à nouveau le contrôle. Du sang coule de mon bras gauche mais je ne ressens aucune douleur, je recule pour récupérer. Surprenant, mon premier réflexe est toujours de boire un étrange liquide. Me voilà requinqué. Soudain, un grondement dans mon dos, accompagne une boule qu’un fléau d’armes vient abattre sur mon pauvre crâne... C’est le noir complet, le néant m’aspire, je vais enfin pouvoir me reposer... Là, une voix plane au dessus de moi, elle demande : “Voulez vous réessayer ?”. Le destin a choisi pour moi, la lumière jaillit, je suis de nouveau sur pieds dans un petit village au bord d’une pierre de vie...
Ces derniers temps, minutes, secondes, une pensée m’obsède, non c’est plus un objectif qui me guide; tant que je l’ai dans la tête, je perds le contrôle et ne peux rien faire d’autre, alors j’y vais...
2
2

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !