En promenade

il y a
2 min
33
lectures
12

J'écris depuis très longtemps par passion et surtout pour m'amuser . Vous pouvez me retrouver sur Amazon où sont publiés mes romans et mes recueils et sur Facebook "Les pages de l'Herm". Merci à  [+]

Elle s'arrête un instant, fixe au loin le phare, puis se tourne à nouveau vers le chemin côtier qui s'étire jusqu'au-dessus du village. « C'est une belle région que vous avez là, mais n'avez vous jamais cependant songé à partir ? » lui demande-t-elle lui souriant. « Ma foi, pour aller où ?» lui répond-il gauchement. « Derrière l'horizon se cachent tant d'aventures ! » réplique-t-elle enthousiaste. « C'est vrai, mais je me suis toujours contenté de mes sorties dans la lande qui elles non plus ne manquent pas d'aventures » relève-t-il balayant l'océan immense et impressionnant. « Certes, j'entends bien, mais jamais l'envie de pousser davantage, ne vous a effleuré ? » insiste-t-elle. Il la regarde et soupire, une bourrasque les bouscule, et s'en va finir sa course près d'un buissons fait de joncs et d'herbes folles. Il comprend qu'il n'aurait pas dû l'emmener ici, si près des falaises, là où l'air se fait frais et où les esprits s'emballent au travers de songes irréalisables. « Non, jamais » répond-il effrontément. « Me voilà bien surprise, car tout ici invite au voyage au long cours, à la rêverie » souligne-t-elle s'avançant vers la pointe de la falaise. « Revenez Adèle ! La nature peut se faire méchante parfois ! » lui lance-t-il tandis que des nuages gris roulent sur l'onde écumeuse. « Venez mon ami ! Approchez ! D'ici la vue est encore plus saisissante ! » crie-t-elle lui faisant signe.
Adolescent, il aimait venir déposer ses peines sur ce chemin de vent et de chahut, son cœur alors se faisait moins lourd et son âme, légère, se noyait derrière l'horizon, D'Arville, n'était plus qu'un point dont seul le clocher raisonnait encore dans son monde imaginaire. Adèle, sans le vouloir, sans le savoir, réveille toutes ces vieilles images, et il sent sous sa peau de quinquagénaire, courir tout ce qu'il avait pu jusqu'à présent dompter. « Regardez, ne serait-ce point le bateau de votre ami Edgard ? » lui signifie-t-elle pointant du doigt un petit voilier rentrant au port. « Peut-être » réagit-il jalousement « Croyez-vous qu'il accepterait de nous emmener dans une de ses escapades ? » continue-t-elle. « Je l'ignore, nous lui demanderons lorsque nous le verrons » fait-il contrarié. « Allons le voir demain ! J'aime me promener dans D'Arville au petit matin, ses ruelles sont si pleines de surprises ! » s'exclame-t-elle exaltée à l'idée de voir le soleil se lever sur le petit port de pêche. « Est-ce bien raisonnable ? » s'enquiert-il espérant calmer ses ardeurs. « Mais absolument, l'air marin est bon pour les poumons, et puis, je passerai mon bras sous le vôtre, nous serons alors un couple, n'est-ce pas ce que vous souhaitez ? » lui expose-t-elle tenant son chapeau fermement, de peur que celui-ci ne s'envole. « Edgard n'est pas un homme facile vous savez » lui confesse-t-il désireux de la décourager. Mais elle se moque de la goujaterie d'Edgard, il le voit bien, son visage radieux, le lui prouve sans détour.
Belle oiseau que cette jeune femme ! Prise dans ses filets parce qu'il lui faut, son désir d'être père le lui réclamant. « Le chemin ne vous plaît-il plus ? Nos promenades en solitaires vous ennuieraient-elles ? » la taquine-t-il connaissant par avance la réponse. « Vous savez bien que non Louis » lui déclare-t-elle aussitôt. « Bien, je verrai ce que je peux faire » lâche-t-il lui caressant gentiment la joue, le vent les chahutant davantage. Edgard et son bateau, Edgard et ses histoires de pêches le long de la côte, ne manqueront pas, il en est certain, de la séduire et de le rendre, lui, le terrien, bien pâle et bien triste. Mais Adèle, souffle frais survenu dans sa vie par hasard et devenu si indispensable, mérite que son orgueil soit écorché.
Soudain, le chapeau de paille et de rubans d'Adèle, enlevé par un sournois coup de vent, s'élance vers le ciel, tournoie moqueusement au-dessus d'eux puis commence une folle course par-delà la lande. « Laissez Adèle, je m'en occupe ! » déclare-t-il se mettant à chasser le chapeau qui semble vouloir se poser près d'un parapet couvert de mousse et de bruyère. « Je l'ai ! » s'écrie-t-il comme un gamin. « Vous êtes incroyable Louis ! » le remercie-t-elle récupérant l'objet tant convoité. « Que ne ferais-je pour vous ma douce Adèle, » lui confie-t-il maladroitement.
12

Un petit mot pour l'auteur ? 20 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Isa. C
Isa. C · il y a
Une jolie tranche de vie pastel douce comme du miel
❤❤❤

Image de Albane Charieau
Albane Charieau · il y a
Merci beaucoup
Image de Mireille Bosq
Mireille Bosq · il y a
Comme une page envolée d'un roman fin XIX eme. L'histoire entrevue a son charme.
Image de Albane Charieau
Albane Charieau · il y a
la comparaison est très gentille et me flatte beaucoup, merci beaucoup
Image de Ginette Flora Amouma
Ginette Flora Amouma · il y a
Entre les balades dans la lande et les voyages en mer , parfois le coeur balance ...
Image de Albane Charieau
Albane Charieau · il y a
En effet le choix est crucial.
Image de Philippe Barbier
Philippe Barbier · il y a
JOLI
Image de Albane Charieau
Albane Charieau · il y a
Merci beaucoup
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
Un délicieux badinage entre l'esprit d'aventure et le terre à terre, dans un décor d'aquarelle.
Image de Albane Charieau
Albane Charieau · il y a
Merci pour votre passage
Image de JFG Sanshiro
JFG Sanshiro · il y a
Hum que c’est beau.
Superbe mélancolie venteuse très joliment écrite et décrit.
Un délicieux moment.

Image de Albane Charieau
Albane Charieau · il y a
C'est très gentil à vous. merci beaucoup
Image de Gerard de Savoie
Gerard de Savoie · il y a
j'ai litoralement adoré...
Image de Albane Charieau
Albane Charieau · il y a
Merci infinient.
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Chacun ses qualités... !
Bonne chance à Louis le terrien casanier ;)

Image de Albane Charieau
Albane Charieau · il y a
Il lui en faudra du courage, merci pour ce soutien Joëlle.
Image de Fleur A.
Fleur A. · il y a
Un mélange de tristesse de regrets et de douceur. J ai aimé
Image de Albane Charieau
Albane Charieau · il y a
Merci pour votre visite.
Image de Stéphane Sogsine
Stéphane Sogsine · il y a
Que de tendre amertume... Ou de tendresse amère. J'ai aimé ce moment de lecture, ces petits riens de la vie, qui sont pourtant parties de son grand roman
Image de Albane Charieau
Albane Charieau · il y a
quelques pages sont parfois plus dure que d'autres à écrire. Merci

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Trial poursuite

Muriel Meunier

Excité comme un enfant le soir de Noël, Thierry fait hurler le moteur de sa moto. Il jubile intérieurement : « Ça, c’est le plus beau coup de ma vie ! » Il faut dire que... [+]

Très très courts

Le coffre

Isabelle Lambin

C’était aux puces d’un petit village que je passais mon dimanche matin. Je jetai rapidement mon dévolu sur un carton contenant d’anciennes gravures. Glissé entre elles, je tombai soudain... [+]