Émois en sous-bois

il y a
3 min
842
lectures
155
Qualifié
Image de Automne 19

Sa dernière heure était arrivée. Il en avait pleinement conscience à présent. Dans un instant, il serait défiguré, déchiqueté... Il s’agenouilla dans un réflexe un peu ridicule de survie et se pelotonna le visage contre ses genoux. Il ne voulait plus voir les crocs menaçants du monstre qui lui faisait face ni entendre le grondement surpuissant qui émergeait de ses entrailles.

La vie de Hugo défila d’un coup. Sa maman décédée si jeune, deux ans auparavant, sa petite sœur qu’il adorait et puis son père, technicien forestier renommé, qui l’avait si habilement initié à la connaissance de la forêt. C’est à lui qu’il devait sa passion pour le milieu forestier et cette maîtrise précoce qui faisait qu’à dix ans à peine, il était déjà un fin connaisseur des arbres ou des empreintes de pattes des animaux.

En ce dernier samedi d’avril, la tentation avait été trop forte. Le soleil rayonnait, les premiers papillons voletaient et l’air doux, chargé des effluves du printemps, constituait une invitation au voyage qui avait eu vite raison de ses velléités d’avancer son travail scolaire. Il s’y mettrait à son retour, tout simplement, et son père n’y verrait que du feu.
Il s’engouffra au plus profond de la forêt toute proche. Elle avait bien changé depuis un mois. Les arbres s’étaient parés d’une ramure vert tendre qui contrastait avec le bleu du ciel. Les passereaux, pinsons, pouillots ou sittelles, s’étaient mis au diapason et gazouillaient joliment tandis qu’au loin, on percevait le tambourinement d’un pic noir. Hugo contourna la clairière des grands chênes en empruntant un minuscule sentier que lui avait montré son père. Il franchit un ruisseau au bord duquel il reconnut des traces de cervidés. Il était sur le bon chemin mais il fallait rester face au vent, c’est-à-dire aborder son objectif par le nord. Il avança pendant de longues minutes à pas feutrés, s’infiltrant le long des buissons avec la patience d’un Sioux. Et c’est alors qu’il les vit : une dizaine de biches, la plupart couchées, se prélassaient et goûtaient la douce caresse du soleil. Un frisson de bonheur parcourut son échine.

En sortant de la clairière, Hugo nota qu’un sentier tapissé de mousse s’enfonçait en montant vers une partie inconnue de la forêt. Malgré l'heure tardive, il prit sa décision spontanément et s’y engagea. Cette découverte de l’inconnu avait quelque chose de grisant, de palpitant.
Au bout de quelques centaines de mètres, l’aspect de la végétation changea diamétralement : finie la forêt de feuillus, on arrivait à une zone peuplée de conifères. Du sommet de la colline, une plantation de douglas s’étendait à perte de vue : de magnifiques sujets aux troncs rouges et liégeux s’élançaient hardiment vers le ciel tandis que de vastes tapis de mousses, baignées d’un soleil diffus et aux verts contrastés, apportaient leur touche de douceur et de sensualité au tableau. Hugo imagina des lutins parcourant ces lieux comme aux plus belles heures de ses rêves d'enfant.

Hugo emprunta le sentier moelleux qui s’infiltrait en descendant au sein de la forêt. Une odeur exquise de citronnelle emplissait ses poumons comme s’il eût batifolé dans un bain d’huiles essentielles. Il franchit un ruisseau en contrebas et aperçut en remontant un curieux amas de roches sur sa gauche. Il ne remarqua pas tout de suite que les oiseaux s’étaient tus et qu’une sensation étrange, impalpable, venait d’envahir tout son être...

Un grondement formidable en haut de l’amas rocheux le cloua sur place. Incrédule, il leva les yeux et aperçut...un loup. Magnifique. Redoutable. Menaçant. Il n’en avait jamais vu mais il n’y avait aucun doute. C’était incroyable, irréel, absurde. Un cauchemar pour sûr. Personne n’avait signalé le retour du loup dans ces contrées même si certains observateurs notaient la lente remontée de l’espèce vers le nord.
Le loup dévala la pente en un éclair, les babines retroussées, les crocs découverts...

À genoux, recroquevillé, Hugo sentait son cœur battre à tout rompre. Il posa imperceptiblement ses mains sur ses yeux. Ne plus voir. Ne plus entendre. Il sentit tout à coup un frottement contre ses genoux. La bête avait sans doute décidé d’en finir. Il écarta légèrement les doigts et aperçut une boule de poils qui gambadait à quelques centimètres de lui. Un louveteau ! Le grondement s’amplifia. La curée n’allait pas tarder ! Soudain, le louveteau disparut dans une anfractuosité de l’amas de rochers. Le grondement se fit moins menaçant. Avec une lenteur infinie, se traînant sur ses genoux, Hugo recula de quelques mètres. Il tenta un regard. La louve ne montrait plus les crocs.

- Yourka, ma belle, murmura-t-il. Je vais t’appeler Yourka, tu seras mon amie. N’aie pas peur, je ne leur ferai pas de mal à tes petits.
La louve émit un léger grognement puis s’infiltra dans l’anfractuosité où avait disparu son petit. Sa tanière, assurément !

Hugo se releva doucement. Le soleil déclinait à l’horizon. Il se mit à marcher lentement puis de plus en plus vite et finit par déguerpir à toutes jambes. Il s’arrêta. Où était-il ? Il comprit qu’il s’était perdu. Son père allait sans doute le chercher et il ne pouvait même pas l’appeler puisqu’il n’avait pas pris son portable. Il entreprit de remonter en direction du nord dont il imaginait la direction en s’aidant du soleil couchant. Une demi-heure passa. Un cri retentit soudain à quelques centaines de mètres.
- Hugo, Hugo !
- Papa, je suis là !
La silhouette robuste de son père le rassura définitivement.
- Qu’est-ce qui t’est arrivé, mon grand ? Mais, dis-moi, tu as les genoux en sang !
- Figure-toi que j’ai rencontré Yourka, une splendide louve.
- Ah, c’était donc ça ! Et elle t’a donné son numéro de portable, je présume !

155

Un petit mot pour l'auteur ? 58 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de JARON
JARON · il y a
Bonjour Symphonie, un texte bien écrit et qui fait du bien, une balade agréable et tellement bien décrite, un vrai bol d'air et une chute surprenante, bravo! mes voix avec plaisir. Si vous avez un instant pour venir me voir en Transylvanie et faire la fête au château de Bran, vous êtes le bienvenu. EN attendant belle journée à vous. https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/le-chaeau-de-bran
Image de Symphonie
Symphonie · il y a
Merci beaucoup Jaron. J'irai très prochainement faire un tour en Transylvanie.
Image de Chateau briante
Chateau briante · il y a
il l'a échappée belle, Hugo !
et son père qui comprend de travers nous fait rire au final !
une foule de détails dans votre description minutieuse de la forêt et ses habitants

Image de Symphonie
Symphonie · il y a
Merci beaucoup Chateaubriante.
Image de Chateau briante
Chateau briante · il y a
opération "portes ouvertes" jusqu'à jeudi, à la boulangerie du coin où "Charlotte" vous attend... peut-être
Image de Sandrine Michel
Sandrine Michel · il y a
Une très agréable promenade au plus près de dame nature
Image de Symphonie
Symphonie · il y a
Merci beaucoup Sandrine.
Image de Mathieu Kissa
Mathieu Kissa · il y a
Un beau texte qui nous emmène prendre le bon air de la forêt, ça fait du bien.
Image de Symphonie
Symphonie · il y a
Merci Mathieu pour ce gentil commentaire.
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Un récit bien écrit et captivant, Symphonie ! Mes voix !
Image de Symphonie
Symphonie · il y a
Merci beaucoup Keith.
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
"Petit Poucet" 2019 deviendra grand ☺☺☺!
Image de Symphonie
Symphonie · il y a
Original ce commentaire. Merci Miraje.
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Un texte très agréable à lire même si on frémit lors de certains passages ! Bravo, Symphonie ! Vous avez mes cinq voix !
Si vous avez un peu de temps, je vous invite à lire mon sonnet "Indian song" en finale été https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/indian-song bonne journée à vous !

Image de Symphonie
Symphonie · il y a
Merci beaucoup Jean. Je m'en vais découvrir votre sonnet.
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Bienvenue à vous, Symphonie !
Image de Zou zou
Zou zou · il y a
...ou le vivre en bonne Harmonie ou Symphonie? avec la Nature ! mes voix
en lice aussi si vous aimez

Image de Symphonie
Symphonie · il y a
Merci beaucoup Zouzou. J'irai vous faire une petite visite.
Image de Jeanne en B
Jeanne en B · il y a
J'ai bien aimé
Image de Symphonie
Symphonie · il y a
Merci Jeanne d'être passée sur ma page.
Image de B Marcheur
B Marcheur · il y a
Merci pour ce bel éloge de la nature.
Image de Symphonie
Symphonie · il y a
Merci Marcheur pour ce gentil commentaire.

Vous aimerez aussi !