Elle se prénomme Nękana

il y a
3 min
17
lectures
2

Je sors d'une craniotomie (opération le 12 mai dernier), d'un méningiome bénin - non cancéreux - de + de 8 cm de diamètre - qui écrasait mon cerveau depuis des années. J'avais perdu mon  [+]

Chapitre 1
Elle se prénomme Nękana

Vendredi 22 septembre – 23 heures
Douze années se sont écoulées à présent. Corentine a quitté la maison il y a quelques mois et j’ai récupéré sa chambre. Elle apparaît plus grande que mon ancienne et au moins, le chauffage fonctionne. J’en ai profité pour la décorer à ma façon, en placardant les murs de posters. J’adore les groupes de musique coréenne, la K-pop. Quand on rentre dans la pièce, ça se voit d’ailleurs : j’en ai mis partout partout !

Je ne m’attarde plus du tout aux interventions surnaturelles qui parasitent notre living : elles me dérangent peu et je descends rarement dans la salle de séjour. A part les repas et parfois la télé le soir quand mes parents dorment, je passe tout mon temps libre dans mon pigeonnier.

Fred, mon beau-père, de nature inquiète et éternellement soucieux de son bien-être, envisage cependant de faire appel à un géobiologue. Il parle de sonder les failles, les eaux souterraines, les influences négatives, qu’il dit... Pourquoi pas, si ça peut le rassurer.

Ce soir, je suis couchée sur le canapé, somnolant devant un DVD. Soudain, j’entends frapper à la porte du living. Plusieurs coups secs, à la suite.
— Entre, pas besoin de toquer, j’ai enfilé un pyjama. Je suis vêtue !
Personne ne réagit et on continue à marteler le bois. Je me lève pour aller ouvrir et... Mais c’est vrai, il n’y a plus de porte : Fred l’a retirée hier pour la poncer, car elle frotte sur le sol quand on la ferme. Du coup, maman a suspendu une tenture pour cacher l’accès au couloir, le temps de la réparation. Alors, comment puis-je percevoir un toc-toc cadencé sur du tissu ?

Le rideau rouge vibre de-ci, de-là comme du linge mis à sécher dehors. Je me gratte machinalement le cou tout en cherchant la logique. L’étoffe s’agite toujours, d’un mouvement régulier, comme le balancement d’un pendule.

Je continue à observer le frémissement tout en me frottant les yeux. Je suis à moitié réveillée ou semi endormie, ça revient au même. Je reste encore dans le gaz. Pourtant, je prends tout doucement conscience : je me tiens en présence d’un truc pas net du tout.

J’essaie de ne plus fixer la toile qui valse, balayant le parquet du living et le carrelage du couloir. Pitié : ne plus percevoir le claquement du fameux « toc toc » qui recommence, je n’arrive pas à comprendre... Trop c’est trop : je dois absolument examiner ce pan d’étoffe.

Si ma frangine habitait encore la maison, j’aurais pu croire qu’elle tentait de me taquiner.
Je la connais la coquine : c’est parfaitement son style. Mais non, la tenture ne révèle rien... Ni devant – ça fatalement je l’aurais vu n’est-ce pas – ni derrière non plus... Personne ! Et puis, comme je le disais, ma sœur vit avec son copain depuis quelques mois, donc forcément impossible qu’elle réside ici !

Ce ne sont pas non plus mes parents qui sont partis se coucher très tôt. Fatigués de leur journée trop chargée, ils veulent péter la forme pour demain matin. Ils m’ont laissée devant mon film, en diminuant d’ailleurs le son de la téloche pour ne pas être dérangés.

Maman m’a priée de quitter doucement la pièce et m’a chuchoté :
— Silence en remontant n’est-ce pas : tu vérifies que tout soit bien fermé. Tu éteins tout, le poste, les lumières. À demain, ma puce.

Donc, non, ce ne sont pas eux : ils doivent être profondément endormis à cette heure. Ils se mettent des bouchons de cire dans les oreilles et, du coup, ils ne perçoivent aucun son provenant de la maison. Je pourrais chuter dans les escaliers, un voleur entrerait : ils ne s’en apercevraient même pas.

Je songe aussi à notre chatte qui tente constamment de forcer le passage dès qu’elle peut pour se faufiler au salon. Elle aurait pu réussir à pénétrer sans que je m’en rende compte. Mais avez-vous déjà rencontré un félin qui peut toquer avec sa patte sur un voilage ? Pas moi !
C’est carrément débile d’émettre une telle éventualité. Mais dans des situations pareilles, on pense à tout, même aux suppositions les plus absurdes.

Le temps que je passe toutes ces possibilités en revue, je commence à émerger. Mon cerveau, qui fonctionnait encore au radar il y a quelques minutes, m’envoie les premiers signaux de stress. Dans la pénombre, je reste figée, momifiée, comme anesthésiée. Le couloir se révèle vide de toute vie humaine ou animale. Une sorte de courant d’air se faufile entre mes jambes, un souffle discret, mais bien présent. Ça me fait une sensation bizarre.

Mon cœur bat de plus en plus fort, à une vitesse exponentielle. Ma poitrine me fait mal, me serre comme un étau. Je transpire de partout. Je me passe la main sur le front : il brûle et semble humide. Ma bouche devient sèche, j’ai soif. Ce n’est pas le moment d’aller me chercher un verre d’eau. De toute façon, je n’en ai ni la force ni le courage. Mes jambes ne me tiendraient pas. Je tremble de partout et je respire péniblement. Je suis prise de vertiges et je commence vraiment à tourner de l’œil.

J’arrive juste à balbutier :
— Hé ho, là-dedans, y-a-t-il quelqu’un ?

Je me sens complètement stupide de monologuer toute seule. Mais comment agir logiquement dans des situations qui absurdes ?
Je regarde à droite, à gauche, sans broncher, en tirant sur mes yeux, pour ne rien rater.
Après quelques minutes, j’arrête, car je commence à avoir mal aux sourcils. Mon crâne va exploser, La tension monte, je n’arrive pas à la gérer. Je ravale ma salive à plusieurs reprises, ma bouche devient encore plus pâteuse. Mes oreilles bourdonnent, mes doigts s’engourdissent.

Je lance, une dernière fois, une interrogation dans le vide :
— Si vous vous cachez là, pitié, montrez-vous ! Apparaissez ! Ne me laissez pas ainsi, avec mes angoisses, mes frissons...

Et au moment où je regagne le living, dépitée de n’avoir obtenu aucune réaction, j’entends comme un murmure, un bruissement sourd.
— Nękana, je m’appelle Nękana...


2
2

Un petit mot pour l'auteur ? 9 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Viviane Fournier
Viviane Fournier · il y a
Oh c'est une belle histoire que tu nous donnes là, Christine ...j'ai chaviré entre tes lignes, c'est super !
Image de Randolph
Randolph · il y a
Je trouve ce récit excellent, une belle écriture, qui maintient le lecteur jusqu'à...Nekana ! (malgré mes recherches, je n'ai pas trouvé le "e cédille inversée", désolé !)
Image de Christine Śmiejkowski
Christine Śmiejkowski · il y a
TRANSLATION Reverso
Translation of "nękana" in French
harcelée victime de persécutions

Image de Randolph
Randolph · il y a
Je suis d'origine polonaise, mais n'en connais pas un mot !
Image de Christine Śmiejkowski
Christine Śmiejkowski · il y a
Moi c'est pareil
Ma grand-mère est morte que j'avais 12 ans sans avoir eu le temps de m'apprendre et mon père ne m'a appris que les gros mots, les jurons quoi ...
Et encore je ne les connais que de prononciation.
Style gouvno chmieredzoncé tè
ou houilletchè doupè tè
ou bchakref roléra yasna tè ( mdr ça ne s'écrit pas comme ça mais c'est comme que je les prononce)
Sinon je connais les expressions habituelles (toujours en phonétique lol)
Dovidzénia Djinndobrè Djinnkouyè Nassdroviè et Moya korana (ma chérie)

Pour nękana, je suis allée sur Google traduction car je cherchais un mot qui voulait dire harcelée et je suis tombée sur Nękana qui sonnait bien comme prénom

Image de Randolph
Randolph · il y a
Tu en connais bien plus que moi ! Mis à part Nassdroviè et...gouvno !
Image de Christine Śmiejkowski
Christine Śmiejkowski · il y a
Si tu veux je te dirai ce que ça signifie mais pas ici lol (en mp)
Ca reste des gros mots, voire des injures

Image de Randolph
Randolph · il y a
Je préfère les proférer (je ne le fais jamais) en français ! Dis-moi pour gouvno, j'ai un doute...
Nassdroviè (je prononce, à tort peut-être, "nazdrrroviè"), pas la peine de traduire !!

Image de Christine Śmiejkowski
Christine Śmiejkowski · il y a
Merci : c'est le chapitre 1 d'un roman pour pré-ados qui attend d'être publié depuis novembre 2017 (j'ai trouvé mon éditrice à compte d'éditeur en plus) mais elle a l'air de m'avoir oubliée car plus de nouvelles.
Ou alors elle a des problèmes de santé car elle ,est plus toute jeune (https://edecideur.com/leader/449794437-3640120-francoise-hessel-oskarson-21-av-de-la-motte-picquet-75007-paris-7.html)
Sinon, elle publie toujours mais moins de romans par mois qu'avant.
https://www.ricochet-jeunes.org/editeurs/oskar-jeunesse

ps. le "ę" provient de l'alphabet polonais lol

Vous aimerez aussi !